Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

STM

Accueil > Algérie : Hommage à Mustapha Ourrad correcteur du journal Charlie Hebdo ce (...)

< >

Algérie : Hommage à Mustapha Ourrad correcteur du journal Charlie Hebdo ce jeudi

mercredi 14 janvier 2015

La famille de Mustapha Ourrad -lâchement assassiné ce 7 janvier, au sein du siège de Charlie Hebdo à l’âge de 60 ans, a souhaité qu’il soit inhumé en France. Mais, son village natal d’Aït Larbaa de la commune de Béni Yenni en Kabylie à 150 kilomètres d’Alger, va lui rendre un dernier hommage ce jeudi 15 janvier. Un village réputé grâce à ses grandes figures comme le chanteur Idir, l’islamologue Mohamed Arkoun décédé récemment ou encore l’écrivain Mouloud Mameri. C’est à la suite d’un faire-part publié dans la presse algérienne, ce mardi, que l’annonce de cette commémoration a été rendue officielle.
Orphelin, Mustapha Ourrad est arrivé en France en 1980. Il a d’abord travaillé pour la maison d’édition Hachette avant d’intégrer Viva 20 ans durant puis, Charlie Hebdo en tant que correcteur. Personnalité estimée, douée,Mohamed était un véritable amoureux de la langue française, animé d’un grand professionnalisme et d’une érudition remarquable. Son goût pour la littérature française lui a valu le surnom de « Mustapha Baudelaire ». Marié et père de deux enfants, il vivait à Montreuil. Il venait d’obtenir la nationalité française juste avant son décès.
Le jour de son assassinat avec ses autres collègues lors de la fusillade, Il avait été appelé exceptionnellement à la rédaction de Charlie Hebdo.
En France, une cérémonie de recueillement devant la dépouille de Mustapha Ourrad a eu lieu à l’Institut médico-légal de Paris.
Jacky NAIDJA

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.