Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

STM

Accueil > Grève des policiers municipaux - Caroline Pozmentier : "L’État doit donner (...)

< >

Grève des policiers municipaux - Caroline Pozmentier : "L’État doit donner plus de moyens aux forces de l’ordre"

jeudi 17 novembre 2016

JPEG - 203.9 ko
Caroline Pozmentier, ajointe au maire de Marseille en charge de la Police municipale (Photo archive Robert Poulain)

« Après la grogne de la police nationale, ce sont les policiers municipaux qui tapent du poing sur la table pour faire entendre au gouvernement son manque de reconnaissance et son manque de moyens », indique Caroline Pozmentier-Sportich, adjointe au maire de Marseille en charge de la Sécurité publique et de la Prévention de via un communiqué. « Troisième force de sécurité en France, les policiers municipaux voient leurs missions se diversifier et font face à de nouvelles menaces. Les mêmes que celles que doivent combattre policiers et gendarmes », souligne-t-elle. Considérant : « L’État doit prendre en compte leurs demandes afin de contribuer, en appui des services qui en ont la responsabilité, à la sécurité des Français et à la tranquillité publique du territoire national et ultramarin. Il s‘agit d’un devoir régalien et d’une priorité absolue pour nos concitoyens ». Rappelant qu’à Marseille « il y a eu une anticipation des revendications légitimes puisqu’ils ont doté la police municipale marseillaise d’armes létales et modernisé l’ensemble de ses matériels. »
Dans ce contexte, l’élue à la sécurité demande à l’État de ne plus faire « la sourde oreille » et de donner « enfin » aux forces de l’ordre « les moyens, notamment juridiques, absolument nécessaires à l’accomplissement de leurs missions ».

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.