Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

STM

Accueil > Procès du génocide au Rwanda : la Licra exige la transparence

< >

Procès du génocide au Rwanda : la Licra exige la transparence

samedi 7 mai 2016

« Alors que débutera ce mardi 10 mai à Paris le procès historique de plusieurs ressortissants rwandais accusés de crime contre l’Humanité, le quotidien Libération a révélé le 4 mai un fait rarissime », indique la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) dans un communiqué. Précisant : « Les parties civiles ont ainsi appris par voie de presse qu’Aurélia Devos, Avocate Générale qui devait soutenir l’accusation au cours de ce procès aux côtés de son collègue Philippe Courroye, s’était subitement désistée en invoquant "la clause de conscience". Magistrate expérimentée, chef du pôle "Crimes contre l’Humanité" au parquet de Paris, Mme Devos maîtrisait parfaitement ce dossier complexe dont les ressorts politiques et diplomatiques n’échapperont à personne. » La Licra, partie civile dans cette affaire, demande à ce que « toutes les garanties » soient données « afin que rien ne déstabilise un dossier dont l’aboutissement a déjà été semé d’embûches ». Juger un crime contre l’humanité « n’est pas un acte anodin et chacun est en droit d’attendre du Parquet une parfaite et stricte transparence dans la gestion de ce type de dossier », assène la Licra. En conséquence, afin de lever toute ambiguïté qui pourrait naître de la décision prise par Mme Devos, la Licra demande au Parquet « de rendre publiques avant le début du procès les motivations qui ont conduit Mme Devos à faire valoir aussi tardivement sa clause de conscience. De la réponse qui sera apportée par le Parquet dépendra l’attitude que les parties civiles adopteront ensemble dès lundi. »

Messages

  • Bravo à la Licra : il est, en effet, inacceptable d’oser pouvoir croire envisager que la France soit devenue un état négationniste, qui ne soit plus à même d’acter d’une Justice aussi saine qu’indépendante des malversations négationnistes . Nombres de citoyens et citoyennes connaissent maintenant très bien le Dossier Rwanda et l’implication française dans le génocide perpétré en 1994 au Rwanda : ceux-ci et celles-là désirent une JUSTICE profonde et exemplaire , comme encore la répression de toutes les formes de négationnismes structurels, conséquents et avérés. / LBS

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.