Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

STM

Accueil > UPE 13 : "Touche pas à ma CCI !"

< >

UPE 13 : "Touche pas à ma CCI !"

mardi 21 novembre 2017

JPEG - 84.2 ko
Johan Bencivenga Président de l’UPE 13 (Photo Robert Poulain)

Dans un communiqué l’UPE13 de s’insurger à la suite d’un nouveau prélèvement à hauteur de 150M€ les Chambres de Commerce et d’Industrie : « Réduire les moyens d’intervention des CCI, c’est stopper la mise en œuvre des conditions indispensables à la croissance des PME sur nos territoires ! Le gouvernement prévoit une nouvelle fois de ponctionner à hauteur de 150 millions d’euros les Chambres de Commerce et d’Industrie. Ce nouveau prélèvement qui vient s’ajouter aux précédents (plus de 35 % de baisse des ressources en 5 ans) porte un mauvais coup à l’action des CCI. Les budgets de fonctionnement des CCI reposent en grande partie sur les contributions des entreprises. Cet argent prélevé aux entreprises de notre territoire est utilisé à bon escient par la Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille Provence pour le développement économique local. Elle, qui a su diversifier ses ressources indépendamment de ces prélèvements, mène une stratégie d’accompagnement des entreprises efficace et ce, en parfaite collaboration avec l’UPE13 et les branches professionnelles. C’est pourquoi les entrepreneurs s’acquittent de ce prélèvement avec bonne grâce. » Johan Bencivenga Président de l’UPE 13 de dénoncer : « Pourquoi les entreprises devraient-elles continuer à s’acquitter de cet impôt si sa destination est modifiée ? Toute diminution supplémentaire des ressources des CCI décidée par l’État devrait entraîner une baisse proportionnelle des prélèvements sur les entreprises. Les CCI sont le parlement des entreprises, là où convergent les grandes orientations de la stratégie économique du territoire. Réduire leurs moyens d’intervention, c’est stopper la mise en œuvre des conditions indispensables à la croissance des PME ».

Messages

  • Il est intéressant de voir ces élus, chefs d’entreprise, toujours prêt à combattre la dépense publique. Sauf quand celle-ci touche à leur jouet, à leurs cocktails, à leurs arrangements. Ces chefs d’entreprise deviennent ainsi les porte-paroles de la gabegie budgétaire et du déficit.
    Ils n’ont pas de conviction, uniquement des intérêts personnels à défendre.
    Quant à cette déclaration "C’est pourquoi les entrepreneurs s’acquittent de ce prélèvement avec bonne grâce. » Chiche, alors comme en Espagne, passons à un versement uniquement sur la base du volontariat, nous verrons ainsi si les chefs d’entreprise chérissent tous ce réseau d’apparatchiks.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.