Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives


Accueil > Culture > Musique / Opéra > 5e Festival de Pâques d’Aix-en-Provence - Chamayou et The Knights : sublimes (...)

< >

5e Festival de Pâques d’Aix-en-Provence - Chamayou et The Knights : sublimes tout simplement !

samedi 22 avril 2017

JPEG - 109.1 ko
Betrand Chamayou & The Knights (Photo Caroline Doutre)

Et si le concert donné par le pianiste Bertrand Chamayou et le groupe américain The Knights figurait parmi les trois meilleurs moments de ce Festival de Pâques 2017 ? C’est en tout cas ce qui se disait dans beaucoup de travées du Conservatoire Darius Milhaud à l’issue de cette soirée somme toute magique et surtout hors normes. Originale, convenons-en, puisqu’elle unissait la musique de Schubert à celle de l’Américain Philip Glass (ayant pour singularité d’être nés l’un comme l’autre un 31 janvier), l’univers de Haydn à Franz Liszt et Gabriel Kahane né en 1981. Avec en prime une plongée dans l’ « Ascending Bird » de Colin Jacobsen, mélange de grandes envolées américaines et folklore oriental que le co-directeur artistique des Knights écrivit avec son ami l’Iranien Siamak Aghaei et qui souleva des tonnerres d’applaudissements. Éclectisme donc, signe que le concert était placé sous la notion de voyage, de périple même, d’épopée serait-on tenté d’ajouter à l’écoute de « Freight and Salvage » de Gabriel Kahane, compositeur défini par Colin Jacobsen comme étant « versatile » et nourri de classicisme autant que de musiques populaires. Ces mêmes chansons populaires qui inspirèrent Glass et son Quatuor à cordes n° 2 dit « Company » en référence à la pièce éponyme de Beckett pour laquelle il fut composé en 1983. Là encore The Knights excellent électrisent les spectateurs, et régalent de la première à la dernière note. Tout comme ils séduisent (là encore diversité quand tu nous tiens) avec la Symphonie n°80 de Haydn pas souvent mise à l’honneur, que The Knights jouent sans emphase et avec une jubilation constante. Et puis il y a cette ouverture sur « Marguerite au rouet », pièce schubertienne, (le compositeur demeure un des fils rouges de la soirée) qui ouvrit le concert en mettant des étoiles dans les yeux des spectateurs. Ceux-ci n’avaient encore rien entendu, ni vu, la manière dont on créa une sorte de pénombre dans laquelle se tint le pianiste Bertrand Chamayou pour son Liszt et ses extraits des Années de pèlerinage relevait du miracle poétique. Son jeu fluide, virtuose, ces descentes de gammes invraisemblables de dextérité, valaient à elles seules le déplacement. Avec cadeau, là encore surprise et volonté de sortir des sentiers battus, la pièce de Liszt « Malédiction » que personne ne donne jamais, pratiquement inconnue et qui, sorte de concerto pour piano et cordes retrouvé seulement en 1915, (Liszt mourut en 1886), est un grand moment symphonique, et lyrique. Bertrand Chamayou qui semble se démultiplier offre une interprétation orageuse qui fera date et que The Knigts, formation qui aime partager et faire découvrir a porté avec son chef Eric Jacobsen à un niveau d’exigence et de perfection sonore là encore inégalable. Inoubliable entendait-on, à l’issue du concert. On approuve et on confirme !
Jean-Rémi BARLAND

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.