Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives


Accueil > Aix Marseille > Politique > Banquet républicain : Martine Vassal (LR) réunit 3 000 amis dans son "Cuges" (...)

< >

Banquet républicain : Martine Vassal (LR) réunit 3 000 amis dans son "Cuges" de campagne

dimanche 10 septembre 2017

C’est à Cuges-les-Pins que Martine Vassal (LR), présidente du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône et 1ère vice-présidente de la métropole Aix-Marseille Provence a réuni, pour la deuxième année consécutive, ses amis. Le succès populaire était au rendez-vous puisque, selon les organisateurs, après les 2 000 participants de l’an dernier ils étaient 3 000 cette année parmi lesquels de nombreux politiques, bien sûr, au premier rang desquels Jean-Claude Gaudin, Maryse Joissains-Massini, Bernard Deflesselles, mais aussi des membres du tissu associatif, de la société civile dont les anciens footballeurs Jean Tigana et Jean-Christophe Marquet.

JPEG - 260.5 ko
Martine Vassal entourée de ses amis (Photo Robert Poulain)
JPEG - 205.8 ko
Bruno Gilles, Martine Vassal et... Jean-Claude Gaudin (Photo Robert Poulain)
JPEG - 253 ko
Le Banquet de Platon ? Peut-être ... (Photo Robert Poulain)

Après le discours de bienvenue du maire de Cuges-les-Pins, Bernard Destrost, Martine Vassal, s’est réjouie de ce moment « de l’amitié et de la fidélité » avant d’annoncer que la prochaine rencontre aurait lieu le 1e juillet 2018. Elle tient également à rappeler que les fonds récoltés par l’association AMV (Les Amis de Martine Vassal) bénéficient à des associations. « En un an, nous avons fait beaucoup ensemble, déclare-t-elle, mais il reste beaucoup à faire et nous avons vu des certitudes s’envoler. Mais la nouvelle donne ne doit pas nous empêcher d’agir. Il nous faut rendre la vie meilleure à nos concitoyens, lutter contre les injustices sociales. Je pense aux retraités qui ont du mal à boucler leur fin de mois, aux enfants en situation de handicap qui ne peuvent pas être scolarisés faute de place, aux mineurs qui ne peuvent être placés par manque de familles d’accueil ». La présidente du Département 13 lance : « Le combat pour nos territoires ne sera jamais abandonné, nous serons toujours avec nos petites communes qui voient partir les services publics et parfois les banques, avec les élus de terrain méprisés par Paris. Je crois à l’équilibre entre les grands centres urbains et les territoires ruraux ». « Nos concitoyens, poursuit-elle, attendent des résultats sur l’emploi, les transports et le pouvoir d’achat.(...) Rien n’est possible seul mais ensemble nous faisons bouger les lignes pour ce territoire, la population ».
Au préalable, le maire LR de Marseille, Président de la métropole Aix-Marseille Provence, Jean-Claude Gaudin, le Président d’Honneur des amis avance : « Après le KO debout de la Droite à la Présidentielle nous pouvons être fiers du soutien que Martine Vassal a apporté à nos candidats aux Législatives dans le Département où nous avons résisté à la vague En Marche ». « Martine Vassal, considère-t-il, prendra encore plus de dimension dans les années à venir. Elle a toute légitimité à se projeter pour 2020 ». Il évoque ensuite sa participation au dialogue avec le gouvernement sur un rapprochement raisonné, concerté et accepté entre la métropole et le département. « Car l’enjeu est d’unir les habitants, les élus et les institutions pour inventer la métropole de demain ». Puis d’inviter sa famille politique à éviter les contre-sens et les dérives, les impasses : « Il ne faut pas croire que notre défaite du printemps est due à la malchance. Nous ne devons pas ignorer la volonté de recomposition de la société française. Il faut également éviter de nous diluer ou de nous crisper. Nous sommes dans l’opposition républicaine mais, nous ne sommes pas obligés de reproduire le comportement du chien de Pavlov et être dans une opposition systématique. » Ainsi, avance-t-il : « Nous approuvons la démarche des ordonnances et nous souhaitons la réussite de cette réforme. Nous savons aussi dire non lorsque le gouvernement veut encore réduire les aides à nos collectivités territoriales. De même, on ne peut pas accepter la baisse de la CSG pour nos anciens. Nous ne sommes donc pas des opposants à tout et nous avons notre place dans un système politique où le gouvernement réussirait. Nous ne devons pas spéculer sur l’échec mais sur le redressement de la France ». Jean-Claude Gaudin rappelle en conclusion : « La vie politique oscille entre changement et continuité. Entre Gramsci pour qui La crise est le moment où l’ancien ordre du monde s’estompe et où le nouveau doit s’imposer en dépit de toutes les résistances et de toutes les contradictions et le Guépard pour qui tout doit changer pour que rien ne change ».
Anna CHAIRMANN

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.