Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Aix Marseille > Société > Camp des Milles. Alain Chouraqui : racisme-antisémitisme "ne plus rien (...)

< >

Camp des Milles. Alain Chouraqui : racisme-antisémitisme "ne plus rien laisser passer"

lundi 20 juillet 2020

Comment tirer les leçons du passé ? Que ferais-je demain si… ? Autant de questions toujours très actuelles en cette Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’Etat Français, et en hommage aux Justes de France. Retour sur la cérémonie qui vient de se dérouler à la fondation du camp des Milles.

JPEG - 235.4 ko
Cérémonie au Camp des Milles dans le cadre de la Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’Etat Français, et en hommage aux Justes de France (© Camp des Milles)

« Deux dangers nous guettent et doivent être sans cesse combattus : l’oubli et la haine. Parce que l’oubli mène à l’indifférence, parce que la haine mène à l’affrontement », soulignait le Sous-préfet Serge Gouteyron lors de la cérémonie qui se déroulait ce dimanche 19 juillet au Wagon-Souvenir des Milles. Et d’ajouter : « La Rafle du Vel d’Hiv est devenue le symbole de toutes les autres, l’emblème des persécutions menées contre les Juifs de France. Nous saluons la mémoire de toutes les victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français ». Cette journée est organisée chaque année en mémoire de toutes les victimes -juives et tsiganes- des crimes racistes et antisémites de l’État Français sous Vichy. Il s’agit en particulier d’hommes, de femmes et d’enfants juifs victimes des rafles de l’été 1942 en zone occupée mais aussi en zone non occupée, comme au Camp des Milles, véritable Vel d’Hiv du Sud, en août et septembre 1942. A la lecture des noms de la centaine d’enfants et adolescents déportés des Milles vers Auschwitz, par Itamar Carlberg, jeune étudiant allemand, tous les invités avaient en tête les mots du Président Jacques Chirac prononcés le 16 juillet 1995 : « La France, ce jour-là, accomplissait l’irréparable ». Mots rappelés par le Sous-préfet lisant le message de Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées : « Il y a 78 ans, la France se trahissait elle-même ». Moment d’émotion et de recueillement en mémoire de ces enfants et de toutes ces personnes arrachées à la vie … uniquement parce que nés juifs. Faisant référence aux témoignages d’Eva Cayre, internée aux Milles, et de Manfred Katz, libéré d’un train de déportation en partance des Milles, Alain Chouraqui, président de la Fondation du Camp des Milles-Mémoire et Éducation soulignait : « Nous leur devons la mémoire. Et nous devons tirer de cette histoire les leçons pour aujourd’hui. J’en relèverai deux aujourd’hui : d’abord l’engrenage, qui peut mener au pire, peut s’emballer très vite dans une société déstabilisée par des crises. Nous sommes actuellement sur une ligne de crête où la démocratie peut basculer. Ensuite, nous savons aussi que ces engrenages sont résistibles. Ce qui implique de ne plus rien laisser passer  ». En témoignent les nombreux actes des 3 900 Justes de France et ceux de nombreux anonymes, gestes parfois anodins mais toujours efficaces. En cette période marquée par un retour de l’antisémitisme violent mais aussi des racismes, des extrémismes et des fanatismes en Europe, ces noms des Justes ayant œuvré en faveur des internés et déportés du Camp des Milles, lus durant la cérémonie, « nous rappellent qu’il est possible de résister aux engrenages mortifères au nom des valeurs de justice, de tolérance et d’humanité. » « Quand nos conditions de vie, notre économie, sont remises en cause, le pire comme le meilleur peuvent arriver. Le pire, c’est la recherche du bouc émissaire. Tout ce qu’on peut apprendre ici au Camp des Milles. Il y a eu aussi le meilleur, les Actes Justes, il faut comprendre comment le meilleur peut arriver. Pour faire échouer les mauvais penchants. Célébrer la vie, l’apprécier pour mieux pouvoir la défendre. Et transmettre aux jeunes une éducation qui les aidera à choisir le bon côté », a exhorté Dan Amiach, président de la communauté juive d’Aix-en-Provence.
Aujourd’hui comme à l’époque, les démocraties sont fragilisées par un contexte de crise économique et sociale, et l’expérience historique nous apprend que le danger extrémiste est d’autant plus grand quand le débat public est dominé par les questions identitaires, les peurs, les crispations et les passions qu’elles engendrent. Le racisme et l’antisémitisme ont un potentiel explosif qui peut conduire des sociétés vers le pire. Il est plus que jamais nécessaire de se souvenir à chaque instant que chacun peut résister, chacun peut agir, chacun à sa manière … Parce que tout peut recommencer, sous une forme ou une autre, si nous ne sommes pas vigilants. « Cette Journée nationale contribue aux combats pacifiques à mener. Mais ce combat est aussi celui du quotidien, de chaque citoyen attaché aux valeurs de la République », a conclu le sous-préfet Serge Gouteyron. L’art est l’une des formes de prise de conscience ou de résistance présentées au Site-mémorial du Camp des Milles. L’ouverture de la cérémonie de ce 19 juillet par la chanson « Comme toi  » de Jean-Jacques Goldmann puis la lecture d’un poème de Denise Toros-Marter, déportée à Auschwitz à l’âge de 16 ans étaient là pour nous rappeler les parcours de vies brisées mais aussi l’importance d’apprendre « à vos fils ce qu’est la Tolérance/Afin que l’Autre aussi jouisse de sa vie/Que même différent, il puisse avoir sa chance/Ou bien resurgiront les camps de Silésie ».
LG

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.