Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Culture > Cinéma > Chronique cinéma d’Eric Delbecque : "Aquaman" ou le désir de ne pas être (...)

< >

Chronique cinéma d’Eric Delbecque : "Aquaman" ou le désir de ne pas être roi…

dimanche 23 décembre 2018

Le personnage d’Aquaman n’était pas simple à apprivoiser… Il date de 1941 et il ne s’avéra pas toujours facile de le rénover au cours des décennies. Le résultat du travail de James Wan se révèle pourtant distrayant et plutôt crédible du point de vue des initiés. Je veux dire ceux qui ne jouent pas les snobs de l’univers comics afin d’étaler leur côté « branché pop » dans les chroniques « Culture » de quelques journaux de référence…

Ces derniers n’appartiennent pas vraiment au milieu des « lecteurs grognards » qui virent déferler toutes les modes sur les galaxies Marvel et DC. Lorsque l’on choisit la bienveillance et le retour aux sources, non pas dans le but de jouer les vieux cons prétentieux, mais dans celui de voir le bon côté des choses et de faire preuve de nuances, on regarde Aquaman avec une réelle sympathie.

Il ne s’agit pas de décerner des bons ou mauvais points aux blockbusters hollywoodiens selon qu’ils respectent ou non les critères de l’artistiquement correct façonné par l’on ne sait quel gardien autoproclamé du temple de la pop culture. Oui, c’est exact ce film tient du Star Wars aquatique et Jason Momoa a des allures de Thor ! Cela ne permet pourtant pas de décréter qu’il ne présente aucun intérêt. Comment arriver à faire comprendre aux critiques pompeux et superficiels que ce type de divertissements ambitionne de faire rêver tout en installant quelques symboles qui disent des choses essentielles sur nos démons intimes ainsi que sur les rêves de l’humanité, sur ce qu’elle aspire à devenir dans ses instants de génie et de compassion.

Par ailleurs, ce qui paraît parfois simplistes aux « intellos » parisianistes s’affirme en réalité bien plus profond qu’ils ne le croient. Arthur (Aquaman) ressemble sans doute à un rustre au cœur de rocker très éloigné des versions dessinées du super-héros des Trente Glorieuses, lequel manifestait un tempérament très « monarchique » et une élégance aristocratique. C’est indiscutable. Néanmoins, il pose très précisément la question du pouvoir qui obsède ce siècle. A travers l’interrogation du fils des deux empires (la surface et les océans) sur sa capacité à exercer la responsabilité suprême, les spectateurs entrent dans le vaste débat sur l’essence de la légitimité des dirigeants. Vaste sujet depuis quelques années… En particulier en France dans ces temps de fièvre jaune… Confronté à un frère qui se prend pour un pur-sang, l’héritier d’Atlan, premier souverain de l’Atlantide, apprend à devenir un pont entre deux mondes. En cela, l’intrigue fait écho au grand sujet de l’époque : déterminer ce qui autorise un individu à guider vers l’avenir ses compatriotes. A cet égard, la totale marginalité du futur monarque démontre à la perfection qu’une élite arrogante et certaine qu’elle possède un droit divin à commander ne fait que creuser sa tombe sur la durée.

Arthur Curry devient finalement roi parce qu’il est persuadé de ne pas en être digne et qu’il n’en a nullement l’envie… Exactement l’inverse de l’écrasante majorité des dirigeants contemporains… Certes, la sophistication n’est pas toujours au rendez-vous de ce type de mise en scène : certaines répliques sont faciles et certains plans convenus. Et alors ? Un divertissement populaire se doit de parler au plus grand nombre. Toutefois, la simplicité ne rime pas avec la vulgarité ou la médiocrité. Les questions éthiques et les problématiques psychologiques mises en exergue par le réalisateur correspondent à un climat de l’époque. Elles visent donc juste et résonnent chez les citoyens de 2019.

Par ailleurs, si l’on sent bien le thème écologique (la pollution des mers), il ne se fait pas trop lourd et ne conduit pas à devoir subir un discours moralisateur hors de propos dans un tel film. Comme d’habitude, on peut constater que l’univers super-héroïque porte des réflexions métapolitiques, psychosociales et métaphysiques fondamentales que les auteurs des personnages de papier avaient clairement à l’esprit en les créant. Les critiques disent souvent beaucoup de bêtises sur un univers artistique qu’ils ne maîtrisent absolument pas. Ignorez les « penseurs » du bon goût de salon et faites-vous plaisir : la légende d’Atlantis et les mythes des civilisations perdues constituent au final un bon moyen de commencer une nouvelle année…

Eric Delbecque est l’auteur de : Les super-héros pour les nuls (First)

A lire aussi
- Equalizer 2 ou le voyage du bon samaritain...
- Ant-Man et la Guêpe : vous allez aimer les insectes héroïques !
- Black Panther : l’identité heureuse et l’Afrique au cœur de l’Histoire
- Star Wars : les Derniers Jedi ou la première querelle des Anciens et des Modernes ?
- Justice League : le voyage vers le héros…
- Thor Ragnarok : toujours l’angoisse de la décadence…
- Blade Runner 2049 : ce qu’être humain veut dire…
- Seven Sisters : qu’est-ce que l’identité ?

Messages

  • Je ne suis pas certain que nous ayons vu le même film, cher monsieur…
    Cet Aquaman, hyper tatoué, tout autant testostéroné, héros malgré lui, franchement c’est insupportable de bêtise et de clichés, notamment sur les pseudo attributs d’un chef !
    Sans parler de cette insupportable débauche de scènes d’action enchaînées pour mieux noyer dans le bruit et l’hyper vitesse la pauvreté du scénario qui pourrait tenir sur un post-it ! Fast and furious n’est pas loin…
    Non franchement, il faut arrêter la masturbation intellectuelle, là !
    Ce film est un gros navet, et point besoin d’être un intello parisien pour s’en rendre compte et oser le dire.
    Vouloir chercher des sources « profondes » ou des lectures au second degré à tous les nanars produits ces dernières années par Hollywood relève, hélas, d’un snobisme et d’un parisianisme bien plus pompeux que celui affiché par les tenants de ce que l’on peine à identifier comme étant « artistiquement correct ».
    Vous voulez un vrai bon moyen de commencer l’année ? Allez voir Miraï, ma petite sœur… là au moins vous y trouverez, entre autres, une réelle finesse d’interprétation.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.