Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Aix Marseille > Politique > Covid-19 à Marseille : Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé (...)

< >

Covid-19 à Marseille : Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé prend la température in situ

vendredi 28 août 2020

Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, était à Marseille ce jeudi 27 août pour une journée exceptionnelle de mobilisation contre la Covid-19. Il a visité à cette occasion la cellule de crise de l’Agence régionale de santé (ARS) Provence-Alpes-Côte d’Azur puis, le centre de test Covid-19 du laboratoire Alphabio Européen. « Je suis venu auprès des élus et des professionnels mobilisés pour lutter contre la propagation de la Covid-19 dans les Bouches-du-Rhône. La situation épidémique impose des contraintes et un effort à chacun. Mais c’est ensemble que nous arriverons à inverser la tendance », précise le ministre. Entretien.

JPEG - 129.1 ko
Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la santé était à Marseille pour dresser un état des lieux à la suite de l’augmentation de cas de personnes touchées par la Covid-19 (Photo Mireille Bianciotto)
JPEG - 274.1 ko
Le centre de test Covid-19 du laboratoire Alphabio Européen visité par le ministre de la Santé ne désemplit pas (Photo Mireille Bianciotto)

A l’issue de ses rencontres Olivier Véran dresse un premier bilan

Le ministre considère que « les hôpitaux de Marseille ont besoin de rénovation » et indique que des choix ont été fait en ce sens par l’État, les collectivités et l’AP-HM rappelant qu’un pôle mère-enfant va voir le jour alors que la Timone et l’Hôpital Nord vont être rénovés

En France on a les résultats des tests dans 56% des cas en moins de 24 heures et dans 80% des cas en moins de 36 heures

Quelles aides de l’État pour Marseille pour faire respecter les règles de sécurité sanitaire ?

Des décisions ont été prises en concertation avec les élus mais aussi avec les associations et syndicats de la restauration et de l’hôtellerie

Le ministre de la Santé revient sur sa rencontre avec le Pr. Didier Raoult , directeur de l’Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée infection à Marseille

Propos recueillis par Mireille BIANCIOTTO

Réaction de Renaud Muselier, président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Renaud Muselier, salue la démarche du ministre de la Santé pour sa venue à Marseille afin de faire le point sur la situation sanitaire, alors que l’État vient d’imposer la fermeture des bars et restaurants à 23 heures et de rendre obligatoire le port du masque dans toute la ville. Dans ce cadre, le président de Région indique via son compte twitter que toute fermeture totale « ou à 20 heures le soir » aurait été « une faute majeure » et il se félicite que les arguments régionaux contre cette décision aient été finalement écoutés. Loin de se limiter à l’urgence de la Covid, Renaud Muselier tient à rappeler à l’État ses engagements concernant les hôpitaux de Marseille. Selon lui, les arbitrages politiques et financiers ont été pris « depuis plus de deux ans » (l’enveloppe globale représente plus de 300 millions d’euros) mais les promesses n’ont pas été tenues. « Blocs fermés par manque de personnel, interventions reportées, surmenage des professionnels de santé, vétusté des bâtiments et même danger quant à la sécurité incendie », s’alarme Renaud Muselier, en rappelant qu’aucun ministre de la Santé n’était venu à Marseille « depuis Jean-François Mattéi et Xavier Bertrand ». Il ajoute : « Au-delà de cette pandémie, il existe une situation endémique pour l’Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, ses professionnels et ses patients, qui ne peut plus durer ». Absent du département Renaud Muselier a demandé à son vice-président, Georges Leonetti, de le représenter auprès du ministre de la Santé, sans oublier de lui remettre, en main propre, ces trois pages de rappel aux engagements de l’État. Pour celui qui préside aussi les Régions de France, la visite ministérielle est certainement un moyen de rappeler que les collectivités sont prêtes à participer à la politique hospitalière du pays dans le cadre d’un nouvel acte puissant de décentralisation. Les régions, avec les départements et les maires de France, estiment que la crise inédite que traverse le pays doit être une occasion de repenser en profondeur la relation entre l’État et les collectivités locales. (Source Le Figaro)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.