Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives


Accueil > Provence > Société > Domaine du Merle à Salon-de-Provence : Un Salon des agricultures les 9, 10 (...)

< >

Domaine du Merle à Salon-de-Provence : Un Salon des agricultures les 9, 10 et 11 juin placé sous le signe de l’innovation

jeudi 8 juin 2017

Dans les Bouches-du-Rhône, au cœur du premier département français producteur de fruits et légumes, pays d’élevage et de transhumance, le salon des Agricultures de Provence se déroulera les 9, 10 et 11 juin 2017 au Domaine du Merle, à Salon-de-Provence. En juin 2016, la première édition du Salon avait remporté un immense succès avec la présence de plus de 150 entreprises agricoles et a accueilli quelque 38 000 visiteurs.

JPEG - 168.4 ko
Loulou un bélier Mérinos de l’élevage Simian.

Le choix du nom « Le Salon des Agricultures de Provence n’est pas anecdotique, précise André Boulard, secrétaire de la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône, il évoque, la pluralité de nos agricultures ». A la fois la multiplicité des terroirs du département, la variété des différentes productions végétales et animales locales et la diversité des modes de production. Donc « des agricultures  ». Un pluriel pour témoigner de la richesse des terroirs : la Camargue, la Crau, les Alpilles, le Val de Durance, l’Étang de Berre, le littoral de Marseille jusqu’à La Ciotat, le Pays d’Aix, etc. ; des filières de productions : élevage ovins, caprins, bovins, arboriculture, maraichage, viticulture, oléiculture, grandes cultures, horticulture, riziculture, apiculture, etc. Malgré cette force, André Boulard n’élude pas la question de « la pression foncière qui est très forte ». Dévoilant : « On perd quelques dizaines de terrains de foot par an. Heureusement avec l’aide des collectivités, notamment au travers d’actions des Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) on a pu limiter la perte de terrains ». Et de rappeler que « c’est le nombre d’agriculteurs qui va préserver l’agriculture ».
Michel Mille, maire de Lançon de Provence parle du Pays salonais comme d’une terre d’agriculture qui s’inscrit dans la diversité. Évoquant ce 3e territoire agricole en termes de surface avec 12 AOP et 858 exploitants. Le maire en vient au Domaine du Merle où le Salon doit se dérouler : « Il est au milieu des axes routiers et autoroutiers et c’est un haut lieu de la culture et de l’agriculture provençale qui accueille le siège de la Maison de la transhumance. C’est là que se trouve le plus ancien Centre français de formation des bergers. Ce Domaine a donc toutes les raisons pour accueillir ce salon que nous avons voulu comme un moment d’échange entre les producteurs et les consommateurs ». Il précise, entre autres, que le point noir de l’année dernière, l’accès au site, a été réglé et ont également été mises en place des navettes à partir de la gare de Salon. Et de se réjouir à l’avance : « Si on arrive à 60 000 visiteurs donc plus de 20 000 par rapport à l’année dernière, on pourra inscrire le Salon dans les grandes manifestations nationales ». Lucien Limousin, maire de Tarascon, conseiller départemental en charge de l’agriculture, représentant Martine Vassal, la Présidente du département met en exergue « la préservation des terres arables sur le territoire ». Il rappelle la politique du département des Bouches-du-Rhône depuis 2015 qui consacre un budget de 10,3 M€ à l’agriculture. En comparaison, le département du Nord « plus important que le nôtre ne consacre que 3 M€ à l’agriculture ». Évoque la politique du département en termes de soutien des circuits courts, insistant sur une capacité du territoire de produire pour un bassin de 2 millions de personnes ; une aide à la lutte contre les friches qui permet de restituer 3 000 ha à l’agriculture. Et, un autre soutien pour la transformation Bio d’exploitations, ce qui a représenté 400 000€ en 2016...

Favoriser les échanges directs entre agriculteurs et consommateurs

Ainsi, le salon des Agricultures de Provence entend favoriser les échanges directs entre agriculteurs et consommateurs, et promouvoir la qualité et l’authenticité des productions locales. Les élèves des écoles seront sensibilisés à la découverte de l’agriculture et de ses métiers. Enfin, un forum professionnel accueillera les agriculteurs autour d’une exposition de machinisme, d’un cycle de conférences et d’ateliers conçus en relation avec les problématiques actuelles. Implanté sur le très beau site naturel du domaine du Merle à Salon-de-Provence, ce salon en plein air s’articule notamment autour d’un Village de Producteurs, d’une Ferme d’un millier d’animaux, d’espaces d’ateliers pédagogiques et ludiques, d’aires de dégustation et de pique-nique. Une dizaine de filières sera représentée : élevage, arboriculture, maraichage, viticulture, oléiculture, grandes cultures, horticulture, riziculture, apiculture, etc.

La grande ferme des Bouches-du-Rhône

Au cœur du salon : le Village des Producteurs

JPEG - 169.4 ko
(Photos archives éditions 2016)

Véritable marché de campagne, le Village des Producteurs accueille 150 agriculteurs présentant la grande diversité des productions locales de saison. Une dizaine de filières en production conventionnelle, bio, raisonnée… seront représentées : élevage, arboriculture, maraîchage, viticulture, oléiculture, grandes cultures, horticulture, riziculture, apiculture, etc. Les visiteurs pourront déguster et acheter directement aux producteurs les fruits et légumes, les viandes et salaisons de pays, les vins, huiles, miels, épices, fleurs et aromates.

1500 animaux
Poulailler, écurie, étable, bergerie, parc des ânes, volière et pigeonnier… la Ferme du salon des Agricultures de Provence recense l’ensemble des animaux et des élevages des Bouches-du-Rhône. Plus de 1 500 bêtes à poil et à plumes vivront sur le salon pendant trois jours. De nombreuses races animalières sont présentées au public par leurs éleveurs sur le ring d’honneur.
- 350 volailles (poules, cou-nus, canards, oies, pintades, cailles, gibier, coqs, pigeons, etc.)
- 30 lapins
- 50 caprins (Chèvres du Rove, races Alpines et Saanen)
- 400 moutons Mérinos d’Arles
- 10 porcins de 4 races différentes
- 20 bovins dont 10 taureaux camarguais
- 40 équidés : chevaux de Camargue, chevaux de trait, ânes et poneys
- Autruchons...
Le public peut assister aux défilés animaliers commentés, circuler autour des parcs et des enclos au plus près des animaux (à l’exception bien entendu des espèces plus dangereuses). Les visiteurs auront tout loisir d’échanger avec les éleveurs, d’assister au nourrissage des animaux et aux fonctions traditionnelles des élevages (traite des vaches, tonte des brebis, etc.). Et l’Apimobile -une ruche pédagogique- permet d’observer les fascinantes abeilles en activité et révèle tous les secrets de la fabrication du miel et de la vie des abeilles.

Nouveau ! Les traditions rurales sont à l’honneur avec la présence cette année des fédérations départementales de Chasse et de Pêche des Bouches-du-Rhône. Pour tout connaître sur la faune et les populations aquatiques de nos campagnes, la réglementation et les actions en faveur de la préservation de l’environnement.

La cuisine des chefs : ateliers de dégustations

Les Maîtres Cuisiniers de France, les Chefs du Pays Salonais et les Chefs de cuisine des Collèges du Département animeront des ateliers culinaires devant le public. Des recettes inédites ou traditionnelles à découvrir et à déguster pour apprendre à bien cuisiner les produits du terroir.

Programme de la Cuisine des Chefs

Vendredi 9 juin
- 10h - 14h30 : Chefs du Département / Manger Autrement
- 15h- 16h00 : Atelier Petits Chefs pour le goûter
- 16h - 18h : Démonstrations des chefs du Pays Salonais

Samedi 10 juin
- 10h - 11h : Animation & dégustation « Amande de Provence, une histoire à déguster » -pays d’Arles
- 10h - 14h30 : Chefs du Département / Manger Autrement
- 15h - 16h : Atelier Petits Chefs pour le goûter
- 16h30 - 18h : Démonstrations des chefs du Pays Salonais

Dimanche 11 juin
- 10h - 11h : Démonstration de cuisine sur les produits sous signes de qualité et marques Parc avec un Chef des Maîtres Cuisiniers de France - Pays d’Arles
- 10h -14h30 : Chefs du Département / Manger Autrement
- 15h -16h : Atelier Petits Chefs pour le goûter
- 16h30-18h : Démonstrations culinaires des chefs du Pays Salonais.

« Manger autrement au collège »

Les Chefs de cuisine des collèges des Bouches-du-Rhône, présents sur le salon, animent des dégustations gourmandes. Dans les collèges, ils mettent en œuvre au quotidien les règles d’une alimentation équilibrée en favorisant notamment la consommation de fruits et légumes frais de saison et/ou issus de l’agriculture biologique. Le Département encourage les collèges à intégrer la démarche Manger autrement au collège qui comprend un volet formation à l’équilibre nutritionnel pour les chefs et seconds de cuisine, et un volet de sensibilisation et d’actions éducatives destiné aux collégiens.

Des Espaces Gourmands pour se restaurer

Plusieurs formules de restauration sont proposées aux visiteurs avec un snack provençal, un restaurant des Chefs, plusieurs Food trucks et une aire de pique-nique près du Village des Producteurs qui proposeront des assiettes dégustation à la vente. Chacune de ces formules met à l’honneur les produits de l’agriculture locale.

La configuration du salon

L’agriculture d’aujourd’hui : pôles thématiques et expositions
Un espace d’exposition présente les matériels et services utilisés dans l’agriculture contemporaine. Vitrine de l’innovation dans le secteur agricole, cette zone accessible à tous présente des équipements et solutions innovantes, des outils traditionnels aux technologies les plus évoluées dédiées aux professionnels de l’agriculture. Sur plus de 2000 m², une trentaine de marques nationales et d’entreprises présentent aux professionnels leurs dernières nouveautés : tracteurs et utilitaires, Quad, travail et entretien du sol, matériel hors sol, serres et équipements, plants, semences et pépinières, matériel de mise en culture, traitement et fertilisation, protection et entretien des cultures, greffage, taille, entretien et palissage, irrigation, pompes, drainage, matériel de récolte, énergies renouvelables. A noter que les fabricants de tracteurs et leurs concessionnaires régionaux sont quasiment tous présents.

Les filières en action
Des rencontres techniques et des démonstrations pratiques sont organisées par les très nombreuses organisations professionnelles agricoles (OPA) et différents organismes professionnels (Agriculteurs du Pays Salonais, Journée Technique Ovine MRE, Symcrau, Maison de la Transhumance, Interbev, Criel Paca, Chambre d’agriculture 13, etc.). Ces rendez-vous s’adressent soit aux familles, soit aux professionnels, soit à l’ensemble des visiteurs.

Nouveau ! Le salon décline ainsi plusieurs pôles thématiques : Serre & Végétal, Enseignement & formation agricole, Tourisme, Innovation, Eau & Environnement et Élevage.

Pôle Serre & Végétal

Les agriculteurs du Pays Salonais présentent différentes techniques d’irrigation des cultures avec des dispositifs et équipements de plein-champ et sous serre. En partenariat avec le groupe Richel qui met à disposition un tunnel de serre.

Pôle Enseignement & Formation agricole

Pour les collégiens et lycéens en phase d’orientation comme pour les professionnels aguerris qui souhaitent suivre une formation technique spécifique, le département des Bouches-du-Rhône dispose d’importantes ressources pour former aux métiers du secteur agricole. Pendant les trois jours de salon, le CRIPT (Complexe Régional d’Information Pédagogique et Technique) Paca, plateforme régionale de l’enseignement agricole, coordonne le Pôle Enseignement et renseigne les familles et les entreprises sur les formations aux métiers de l’agriculture, de l’agro-alimentaire, de l’animal, de la forêt, du paysage, des services et de l’environnement.
Animation sur le Pôle Enseignement : Vendredi 9 juin
- De 14h à 15h : Séance de dégustation d’huiles d’olives avec des élèves du Lycée professionnel agricole de Saint-Rémy de Provence
- À 10h et à 15h : Dégustation de sablés et préparations culinaires avec les élèves des Maisons Familiales et Rurales.

Pôle Tourisme

Les professionnels de l’agri tourisme accueillent les visiteurs du salon et présentent de multiples destinations de loisirs à la ferme… souvent à deux pas de chez-soi !
L’adhésion au réseau "Bienvenue à la Ferme", réseau animé par les Chambres d’agriculture depuis sa création, peut permettre à l’agriculteur de dynamiser ses activités d’accueil et de vente directe. Les familles trouveront dans les exploitations agricoles labellisées Bienvenue à la Ferme un accueil et un service de qualité, agréé par la Chambre d’agriculture du 13.

Pôle Innovation

Un nouvel Espace Innovation mettra en lumière une dizaine de produits et initiatives particulièrement innovants en pratique culturale, processus de transformation, circuit de distribution ou dispositif de gestion. Le Crédit Agricole Alpes Provence est le partenaire principal de cet espace innovation créé en partenariat avec la Chambre d’Agriculture 13, et entend ainsi s’associer à la promotion d’une agriculture plus performante et plus économe, qui favorise le bien-être au travail. Le public est invité à voter pour les projets innovants présentés et attribuer ainsi ses « Coups de cœur ».

Pôle Eau & Environnement

Visites de la Réserve naturelle des coussouls de Crau, proposées par la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône, le Cerpam et le Conservatoire des Espaces naturels PACA.
Samedi et dimanche à 10h30 et 15h30.
Visites gratuites. Durée 45 min. Se présenter 10 min avant l’heure de départ au pôle Eau & Environnement.
Visite du partiteur du Merle (durée 45mn)
- Vendredi 9 juin à 15h et 16h (départ du Pôle Eau/Environnement 10 mn avant)
- Samedi 10 juin à 11h, 15h et 16h (départ du Pôle Eau/Environnement 10 mn avant)
- Dimanche 11 juin à 11h, 15h et 16h (départ du Pôle Eau/Environnement 10 mn avant)

Pôle Élevage

Les animations du Pôle Élevage sont réalisées à l’initiative de : Coopérative l’Agneau Soleil - Maison de la Transhumance - Maison Régionale de l’élevage - Interbev Paca Corse - Centre Régional Interprofessionnel de l’Économie Laitière Sud-Est - Organisme de Sélection Races Ovines du Sud-Est - Agneau de Sisteron Label Rouge IGP - Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône - Association de Défense des
Caprins du Rove - Syndicat caprin des Bouches-du-Rhône - Association des Chiens de Troupeaux 13 - Association de Sauvegarde du Chien Berger de Crau - Association Chemin Faisan.
Nouveau ! Vendredi 9 juin : Journée Technique Ovine
Au programme de la Journée Technique Ovine, organisée par la Maison Régionale de l’Élevage et ses partenaires : choisir son bélier avec l’OS ROSE, réussir son agnelage avec le GDS 13, contenir ses animaux avec la coopérative Agneau Soleil, utiliser les notations d’état corporel pour piloter son troupeau, utiliser les logiciels informatiques avec la Chambre régionale d’agriculture.
- 2e Concours de chèvres du Rove, organisé par l’Association de Défense des Caprins du Rove.

Samedi 10 juin
Nouveau ! - Concours de fromages de chèvre fermiers, organisé par le Syndicat Caprin des Bouches-du-Rhône
Pendant les 3 journées
- Démonstration de matériel d’élevage par la coopérative Agneau Soleil
- Découverte des métiers de la viande, organisée par Interbev Paca Corse - MRE
- Animation autour de la traite, organisée par le CRIEL Sud-Est
- Démonstration de chiens de bergers, organisée par l’Association des Chiens de Troupeaux 13
- Démonstration de tonte de brebis
- Présentation des races animales (ovines, caprines, bovines, équines, asines, canines)
- Visite de la Réserve naturelle des coussouls de Crau
- Présentation : projet de vêtements de randonnée en laine mérinos d’Arles (Maison de la transhumance)
- Animation de la malle pédagogique La Routo par la Maison de la transhumance et Chemin Faisan
- Signature par Anne Vallaeys du livre Hautes Solitudes - Sur les traces des transhumants (Edition La Table Ronde)
Grillades proposées par la FDO 13 et Bovin 13.

Informations pratiques & implantation générale

La zone d’exposition du salon s’étend autour des bergeries et des hangars du Domaine du Merle. Face au succès enregistré en 2016, de nouveaux parkings de stationnement pour les véhicules sont prévus. L’accès au salon se fera par deux voies au nord et au sud du site, trois sorties permettront de fluidifier la circulation. De même, l’installation du salon a été dimensionnée pour accueillir des espaces de restauration, des buvettes et des sanitaires en nombre suffisant pour les 50 000 visiteurs attendus.

- Vendredi 9, samedi 10 et dimanche 11 juin 2017
- De 10H à 19H00 le vendredi, de 9H à 19H00 les samedi et dimanche
- Domaine du Merle – Route d’Arles à Salon-de-Provence
- (A54 sortie 13 puis direction Eyguières, suivre signalétique)
- Entrée libre et gratuite
- Parkings gratuits à proximité immédiate du site
- Possibilité de restauration sur place.
- Des navettes gratuites sont mises en place au départ de la gare SNCF de Salon-de-Provence en partenariat avec CarPostal France qui exploite le réseau Libébus de l’agglomération de Salon-de-Provence.
- Samedi et le dimanche Navettes toutes les 20 minutes de 8h40 à 18h25.
Il est recommandé d’arriver en début de matinée pour visiter tranquillement l’intégralité du salon et assister à un maximum d’animations.
Renseignements : Office de Tourisme de Salon-de-Provence - Tél. 04 90 56 27 60
salon-agricultures-provence.com
facebookLe-Salon-des-agricultures-de-Provence
|


A découvrir

Innovation : Le Château Virant à Lançon de Provence

JPEG - 248.7 ko
(Photo Robert Poulain)
JPEG - 156.4 ko
André Boulard, de la Chambre d’agriculture 13 et Christine Cheylan la productrice moulinière d’huile d’olive (Photo Robert Poulain)
JPEG - 120 ko
La cave du Château Virant et ses cuves Khadafi. Christine raconte : "En 1976 mes parents ont vendu 250 000 pieds d’olivier à la Libye ce qui leur a permis d’acheter ces cuves d’où le nom Khadafi" (Photo Robert Poulain)
JPEG - 188.7 ko
Au Château Virant on déguste le vin et... les huiles d’olive. Christine Cheylan Ici en chef d’orchestre (Photo Robert Poulain)
JPEG - 155.7 ko
La mise en bouteille des vins (Photo Robert Poulain)
JPEG - 147.9 ko
Le musée de la vigne et de l’olivier (Photo Robert Poulain)

Entreprise familiale, le Château Virant produit des vins et des huiles d’olives depuis 4 générations. Il concilie un savoir-faire traditionnel ancestral et des moyens de production ultra modernes. Le domaine est à la pointe de l’innovation tant sur le plan des technologies d’élaboration des vins et des huiles d’olive que de la commercialisation au caveau, sur le marché français ou à l’export. Robert et Noële Cheylan ont acquis Château Virant en 1974, une propriété agricole de 53 hectares à Lançon de Provence. Ils investissent durant plusieurs années dans la restructuration du vignoble et la plantation de cépages nobles, la restauration des bâtiments et des caves bâties en 1632 pour la partie de la plus ancienne. L’ancienne bergerie du 17e siècle est restaurée et devient une salle de réception de 200m². La première vinification est réalisée en 1987. Pascal Cheylan travaille aux côtés de ses parents dès 1989. En 1996, la famille construit un nouveau bâtiment qui accueille les salles d’embouteillage et crée son moulin à l’huile. Christine, leur fille, prend en charge le moulin et la commercialisation des huiles sur les marchés français et internationaux. en 2014 la construction d’un nouveau bâtiment de 1200m ² accueille l’un des plus importants moulins à l’huile de France et le seul labellisé EPV (Entreprise du patrimoine vivant attribué en 2012. Une reconnaissance de l’excellence du savoir-faire français. Aujourd’hui Château Virant s’étend sur 187 hectares de vignoble et sur 40 hectares d’oliveraie, en appellation Aix-en-Provence Protégée. Le domaine emploie 53 personnes à l’année et des collaborateurs saisonniers supplémentaires lors des récoltes. Le Château s’est ouvert à l’œnotourisme et propose des initiations à la dégustation et la visite des caves, du moulin à huile et du musée de la vigne et de l’olivier. Et surtout ne jamais rater l’intervention de Christine Cheylan qui apporte ce supplément d’âme des passionnés. Et les yeux fermés se laisser guider dans le choix des huiles d’olive ou encore des vins. Le conseil est bienveillant. Au passage, pour les gourmands, le caramel aux olives est...
Mise en bouteille à la main

Plus d’info : chateauvirant.com

Innovation : A propos de la flavescence dorée

JPEG - 151.5 ko
Jean-Claude Pellegrin, élu de la Chambre d’agriculture en charge de la viticulture (Photo Patricia Maillé-Caire)
JPEG - 120.3 ko
Les drones utilisés pour détecter la flavescence dorée (Photo Robert Poulain)
JPEG - 306.8 ko
(Photo Robert Poulain)
JPEG - 289.2 ko
(Photo Robert Poulain)

Jean-Claude Pellegrin, élu de la Chambre d’agriculture en charge de la viticulture, et lui même viticulteur aborde le problème de la propagation de la flavescence dorée, maladie de la vigne à l’origine de pertes de récolte importantes et aux conséquences parfois irrémédiables pour la pérennité du vignoble. Un fléau sanitaire qui ne connait pas de traitement curatif. Jean-Claude Pellegrin rappelle que pour la prospection « il faut regarder pied par pied pour identifier la maladie ». Et un arrêté préfectoral oblige à arracher les pieds touchés. Le drone s’est imposé comme une piste qui a été testée l’année dernière, explique-t-il, « et qui a une forte capacité de détection ». Depuis 2015, la détection de la flavescence dorée est l’un des principaux axes de travail de la société Avidordrone. Les résultats obtenus en 2016 ont permis de montrer la capacité de détecter la maladie avec l’utilisation d’une caméra multispectrale, qui est d’une précision de 5 centimètres, et proposer des cartes de haute précision. « La réduction des traitements destinés à l’éradication de la flavescence dorée est un enjeu environnemental de taille. L’utilisation de drones pour détecter les pieds infectés permet de cibler précisément les zones atteintes et donc de réduire l’emploi d’insecticides de près de 80%. », explique la société Avidordrone.

Innovation : Comment faire rougir les tomates ?

JPEG - 238.7 ko
Exploitation familiale dirigée par Marie Aravecchia et Serge son fils (Photo Robert Poulain)
JPEG - 181.3 ko
La pollinisation passe par les bourdons
JPEG - 253.1 ko
Tomates volent !!! (Photo Robert Poulain)

De l’innovation toujours avec Le Mas Saint Roch à Salon de Provence avec la cogénération pour un chauffage des serres économiques et écologique. la SCEA Aravecchia, est une exploitation familiale dirigée par Marie Aravecchia et Serge son fils qui cultive des tomates (2,6 ha de serres) et des concombres (1,5 ha de serres pour Rougelines et sont coopérateurs de la coopérative agricole des primeurs de la Crau.
Depuis 2015, le Mas a adopté un système innovant en termes d’économie d’énergie et de respect de l’environnement : une centrale de cogénération au gaz naturel y assure simultanément une production d’énergie thermique pour le chauffage des serres et d’énergie électrique injectée sur le réseau. L’eau chaude stockée dans des grandes citernes circule et chauffe les 4 hectares de serres maraîchères, instaurant un micro climat propice au développement et à l’équilibre des plants. Cette culture hors-sol est une référence avec zéro pesticide et zéro résidus. La pollinisation passe par les bourdons et si quelques bestioles venaient à pointer le bout de leur nez des œufs de prédateurs ont été délicatement introduits.

Innovation : Opération CLOchèTE au sein du domaine du Merle

JPEG - 276.8 ko
Le projet CLOchèTE proposé par Jean-Baptiste Menassol, maître de conférence à Montpellier SupAgro et François Bocquier, directeur du département (MPRS) à Montpellier SupAgro a été accroché au cou d’un bélier (petit) attrapé par Pierre-Marie Bouquet (au centre) directeur du Domaine du Merle (Photo Robert Poulain)

Point question de fée ici mais de biquette ou plus exactement de biquet. En effet malgré leurs atouts et leur rôle agroécologique majeur, les pratiques pastorales sont aujourd’hui menacées. L’astreinte et la pénibilité du travail lié à la conduite du pâturage sur parcours, fragilisent les systèmes pastoraux. Ce projet, CLOchèTE, a pour objectif de faciliter à la conduite des troupeaux des petits ruminants sur surfaces pastorales basé sur des capteurs embarqués. En fonction des besoin définis en collaboration avec les bergers et les éleveurs, est évalué et calibré sur des sites expérimentaux les technologies de capteurs de type GPS et accéléromètres. Des traitements adéquats seront ainsi développés à partir des enregistrements issus des capteurs afin de fournir des données interprétables pour les utilisateurs.
Patricia MAILLE-CAIRE

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.