Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives



Accueil > Culture > Musique / Opéra > "Don Carlo" à l’Opéra de Marseille : de pierre et de chair

< >

"Don Carlo" à l’Opéra de Marseille : de pierre et de chair

samedi 10 juin 2017

JPEG - 138.1 ko
Du grand spectacle signé Charles Roubaud et son équipe pour ce « Don Carlo » sur la scène de l’Opéra de Marseille (Photo Christian Dresse)

Pouvait-on imaginer distribution plus homogène que celle réunie à l’Opéra de Marseille par Maurice Xiberras pour ce « Don Carlo » de Verdi en forme d’épilogue d’une saison lyrique qui aura été frappée au sceau du succès ? Et il fallait oser les réunir, ces protagonistes, sur cette scène qui, pour la majorité d’entre eux, abritait des prises de rôle. Les qualités vocales des uns et des autres ont couronné des incarnations lumineuses. Incarner, donner de la chair, mais aussi du caractère, à son personnage, c’est ce qu’à fait Nicolas Courjal, Philippe II pour la première fois de sa carrière. Assurée, franche et directe, sa voix sombre, mais tranchante dans les aigus, est idéale pour ce royal rôle perdu entre jalousie, crainte, despotisme, lâcheté avec un soupçon d’humanité. Pour exprimer tout cela, quelques airs entrés dans l’histoire de la musique dont l’aria « Ella giamma m’amo… Dormiro sol nel mento moi regal  » plus de dix minutes d’introspection, de questionnement sur le pouvoir royal, sur la grandeur et l’impuissance, le tout sous une impressionnante vanité imprimée sur un linceul. Ici, comme tout au long de l’opéra, Nicolas Courjal donne sa dimension, toute de fragilité derrière le vernis de la puissance, à ce roi placé définitivement sous la coupe du pouvoir religieux incarné par le grand inquisiteur, Wojtek Smilek, qui obtiendra la mise à mort de Rodrigue avant de rétablir l’aura royale face au peuple révolté. Triomphe de l’obscurantisme et de l’intégrisme face à la compassion et à la lumière incarnées par le duo Rodrigue / Don Carlo qui n’a de cesse d’implorer la paix pour le pays des Flandres dont les habitants sont châtiés en permanence car jugés comme hérétiques. L’amitié virile qui lie les deux restera solide comme l’airain, Rodrigue allant jusqu’au sacrifice ultime pour préserver l’infant. Incarné par un Jean-François Lapointe en pleine forme, la voix bien placée, puissante et agréable, le marquis de Posa est un beau rôle verdien parfaitement honoré par le baryton. Embrassant le rôle-titre, le ténor Teodor Ilincai impose avec une voix tantôt juvénile, tantôt assurée, les facettes d’un personnage en proie à la recherche de l’amour, de la justice, mais aussi tellement meurtri par le fait que son père ait épousé celle qui lui était promise. Un grand moment de théâtre et d’art lyrique qui touche le public au cœur.
Sous les voûtes pesantes d’un environnement marmoréen créé par Charles Roubaud, habile metteur en scène, Elizabeth est incarnée par Yolanda Auyanet. La soprano de Las Palmas donne une profondeur et une amplitude méritée à ce personnage féminin évoluant entre la passion (pour Carlo) et la cruelle réalité (reine aux côtés de Philippe II). Elle aussi incarne le don de soi par amour et par devoir. Et sa prestation vocale est à la hauteur d’un rôle qui semble effacé mais qui est omniprésent.
De la belle ouvrage, tout comme la prestation de Sonia Ganassi, Eboli, dont la destinée est elle aussi guidée par l’amour, l’ambition et la jalousie. Une distribution de luxe au succès de laquelle il convient d’associer des comprimari de haut niveau et des chœurs visiblement heureux d’être de la fête, tout comme celui qui les prépare idéalement, Emmanuel Trenque. Cette nouvelle production bénéficie aussi du traitement scénique de Charles Roubaud et son équipe. Contournant intelligemment les multiples changements liés à la succession des scènes, Charles Roubaud joue avec les projections sur d’immenses blocs minéraux alternant le gisant de Charles Quint, les arbres emprisonnés du jardin, les ors de l’Escurial, les flammes des bûchers où sont sacrifiés les hérétiques. A souligner aussi la sobriété élégante des costumes signés Katia Duflot. Un environnement oppressant qui met en valeur tout le travail scénique, déplacements, regards, le tout exacerbant les caractères des protagonistes du drame. Car si ce Don Carlo est l’un des ouvrages les plus aboutis de Verdi, tout du moins à notre avis, il est aussi l’un de ceux où les âmes et les cœurs sont sondés de façon permanente. Et pour accompagner l’action, la musique est d’une beauté redoutable. Sous la direction de son directeur en titre, Lawrence Foster, l’orchestre de l’Opéra donne le meilleur de lui-même, dans la subtilité, mais aussi dans la puissance. Une partition marathon superbement servie. Cette production de Don Carlo vient tirer le rideau sur une saison lyrique exceptionnelle de qualité. Et celle qui arrive est aussi prometteuse… Place désormais aux festivals d’été, notamment aux Chorégies d’Orange où nous retrouverons Charles Roubaud pour la mise en scène de « Rigoletto » avec, dans le rôle-titre… Léo Nucci !
Michel EGEA
Pratique. Représentations le 11 juin à 14 h 30 puis les 14 et 17 juin à
20 heures. Réservations au 04 91 55 11 10 ou 04 91 55 20 43.
opera.marseille.fr

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.