Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Ailleurs > Politique > Emmanuel Macron fixe les grands axes de la politique énergétique du pays pour (...)

< >

Emmanuel Macron fixe les grands axes de la politique énergétique du pays pour les dix prochaines années

mardi 27 novembre 2018

Le chef de l’État, Emmanuel Macron, a présenté, ce mardi 27 novembre, la très attendue Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et « le cap de la transition énergétique » pour les prochaines décennies.

JPEG - 65.4 ko
(Photo Robert Poulain)

Au cours de son discours, Emmanuel Macron a affirmé qu’il comprenait et qu’il partageait les inquiétudes des "gilets jaunes". « On vous parle de fin du monde et vous nous parlez de fin de mois difficile (...) Une crainte s’est exprimée, celle d’être laissé pour compte, de payer la transition énergétique sans en bénéficier », a-t-il reconnu. Évoquant la « responsabilité » des gouvernements dans le manque d’action climatique, le Président a ajouté que « les premières victimes de nos renoncements, ce sont ceux qui vivent les situations les plus dures ».

Lancement d’un débat national dans les territoires sur la transition écologique
Dans les trois mois, le Président souhaite que les associations et hommes politiques puissent « mettre au point une méthode de constructions pour apporter des solutions concrètes ». « Je souhaite un débat national inscrit dans les territoires. Je souhaite une stratégie d’accompagnement, partout sur nos territoires et sur les réseaux sociaux pour faire des propositions », a souligné Emmanuel Macron, qui dit refuser « que la transition écologique accentue l’inégalité entre les territoires ». « Je souhaite aussi que des représentants des "gilets jaunes" puissent aussi proposer des solutions ».

Adapter les taxes aux fluctuations des prix du pétrole
Emmanuel Macron veut adapter la hausse des taxes à l’évolution des prix mondiaux du pétrole. L’objectif : limiter l’impact de la fiscalité des carburants et de la fluctuation des prix pour les Français qui utilisent beaucoup leur voiture. « Il nous faut aussi ensemble, construire une méthode pour nous mettre à l’abri de tels phénomènes. Et donc adapter toute nouvelle hausse de la taxe sur les carburants à l’évolution des marchés internationaux du pétrole, pour que si l’envolée des cours devait se reproduire, nous ne soyons pas mis dans la même situation », a-t-il évoqué dans son discours. « Il faut construire une méthode pour rendre plus intelligente cette taxe et avoir tous les trimestres un rendez-vous pour atténuer les effets pour nos concitoyens. ».Ce dispositif sera discuté lors de l’examen en deuxième lecture, mi-décembre, du projet de loi de finances pour 2019, précise l’Élysée.

La part du nucléaire ramenée à 50% en 2035
« Je n’ai pas été élu sur un programme de sortie du nucléaire mais sur une réduction du nucléaire dans le mix énergétique », a rappelé Emmanuel Macron. « J’aurais aimé le faire dès 2025. Nous maintenons le cap des 50% mais repoussons l’échéance à 2035 ». Pour cela, 14 réacteurs de 900 mégawatt seront arrêtés en 2035, dont les deux de Fessenheim qui le seront à l’été 2020. Deux réacteurs pourraient être arrêtés durant le prochain quinquennat, en 2025-2026, si la sécurité d’approvisionnement est assurée et si nos voisins européens accélèrent leur transition énergétique, a précisé le chef de l’État. Deux réacteurs seront arrêtés en 2027-2028, a-t-il ajouté, et quatre à six réacteurs seront fermés avant 2030, selon l’évolution des marchés de l’électricité et des systèmes électriques des voisins. « Je fixe d’emblée à EDF une règle : aucune fermeture complète des sites. Réduire la part du nucléaire, ce n’est pas renoncer au nucléaire », a-t-il ajouté.

Développer les énergies renouvelables
« Nous devons transformer notre production d’électricité », a indiqué Emmanuel Macron. Pour ce faire, il a évoqué « un mix électrique » qui reposera « sur l’essor des énergies renouvelables les plus compétitives. Le parc d’éolien devra être triplé et le photovoltaïque devra, lui, être multiplié par cinq » d’ici 2030. « L’éolien en mer sera aussi développé », a précisé le président. Il veut également renforcer l’énergie hydraulique. Ce soutien aux énergies renouvelables atteindra entre 7 et 8 milliards d’euros d’ici la fin de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), qui s’achève en 2028, selon l’Élysée. Cela représente un total de 71 milliards d’euros de soutien aux énergies renouvelables (électriques, biogaz, chaleur renouvelable) sur 2019-2028. Une « montée en puissance inéluctable », selon Emmanuel Macron.

L’État pourrait renforcer sa participation au capital d’EDF
Le chef de l’État souhaite aussi que la direction d’EDF réfléchisse aux évolutions du groupe, qui devront préserver son intégrité, et n’écarte pas l’hypothèse d’un renforcement de la participation de l’État au sein de l’énergéticien français. Aujourd’hui, EDF est détenu à 83,7% par l’État. La compagnie remettra ses propositions dans le cadre du plan stratégique élaboré après la présentation de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et l’État ouvrira de son côté une réflexion sur le renforcement de sa participation au capital de l’entreprise en lien avec les enjeux et risques particuliers de l’activité nucléaire.

Une stratégie européenne des batteries de véhicules électriques
Le chef de l’État a demandé à EDF d’intensifier ses recherches dans le nucléaire, mais aussi dans le secteur du « renouvelable et dans le stockage de l’énergie », souligne le Président. « Il faut plus d’indépendance dans la production des batteries des véhicules électriques. Il faut une stratégie franco-allemande, au moins, et au mieux une stratégie européenne », avance-t-il.

Fermeture de l’ensemble des centrales à charbon d’ici 2022
Le chef de l’État a aussi indiqué que « l’ensemble des centrales à charbon seront fermées d’ici 2022 ». « Il faut réduire nos consommations d’énergie et le faire de manière concertée en prévoyant les investissements publics et en apportant des solutions adaptées et concertées », a-t-il précisé.

Une production et consommation totalement décarbonée
La France doit se « désintoxiquer des énergies fossiles ». « Nous devons sortir des énergies fossiles, nous devons passer d’une France où 75% de l’énergie consommée est d’origine fossile à une production et consommation totalement décarbonée » en 2050, a défendu le chef de l’État. Il a également appelé au développement des voitures électriques, des déplacements en transport en commun et en covoiturage

Mieux isoler les bâtiments
« Nous devons encourager de meilleures isolations sur les vieux bâtiments, les commerces, logements… », a déclaré le président. Il a rappelé que « 9 milliards d’euros » ont été alloués dans le cadre du plan investissement mais que les résultats sont trop timides, « nous devons accélérer ». En outre, il a insisté sur l’objectif de « renouveler toutes les chaudières au fioul d’ici 10 ans ».

Création d’un Haut Conseil pour le climat
Cette nouvelle structure, composée d’experts, sera chargée de veiller au maintien du cap écologique de la politique gouvernementale. « J’ai voulu établir ce Haut conseil pour le climat, pour rétablir des faits. On ne peut pas confronter des avis sur des fausses informations et des contre-vérités », a expliqué Emmanuel Macron.
A.C.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.