Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives


Accueil > Aix Marseille > Politique > Institut Paoli-Calmettes de Marseille : la ministre Laura Flessel rencontre (...)

< >

Institut Paoli-Calmettes de Marseille : la ministre Laura Flessel rencontre les acteurs et des patients du programme d’onco-coaching

vendredi 29 septembre 2017

A l’occasion d’un déplacement à Marseille, Laura Flessel, ministre des Sports, s’est rendue à l’Institut Paoli-Calmettes (IPC), centre de cancérologie, pour rencontrer les acteurs de l’onco-coaching, ainsi que des patients qui ont pu bénéficier de ce programme encore unique en France.

JPEG - 122.3 ko
Laura Flessel et des patients du programme d’onco-coaching (Photo IPC)
JPEG - 121.4 ko
Le Pr. Patrice Viens, Directeur général de l’IPC a présenté le programme d’onco-coaching "Rebond" (Photo IPC)

Baptisé Rebond, puisqu’il s’agit de rebondir après un cancer, le programme est né d’une initiative conjointe d’Aix-Marseille université (AMU), l’UFR médecine et l’UFR Sciences et techniques des activités physiques et sportives, et de l’IPC au printemps 2016.Ce programme pionnier associe les compétences du monde médical aux talents du monde sportif pour explorer et développer un modèle qui transpose au secteur de la santé, pour des patients en rémission, les bienfaits du coaching sportif.

La rencontre du coaching sportif et de patients en rémission de cancers

« A l’occasion d’échanges répétés avec l’équipe de l’université, explique le Professeur Patrice Viens, Directeur général de l’IPC, nous avons identifié des problématiques communes : les patients qui sont en rémission ont parfois des difficultés à reprendre une vie "normale", une activité physique ou professionnelle, se relancer dans une vie sociale satisfaisante pour eux, comme des sportifs de haut niveau peuvent avoir du mal à trouver la motivation, dans un parcours émaillé de réussites mais aussi d’échecs. » Conçu avec l’appui d’entraîneurs et sportifs de haut niveau et de renom, tels que Claude Onesta, Vincent Collet ou Fabien Gillot, le modèle a d’abord été expérimenté auprès d’un groupe d’une dizaine de patients ayant reçu une allogreffe de moelle osseuse. « Traités pour des cancers hématologiques -pour lesquels les pronostics ont, longtemps, été très défavorables-, ces patients subissent des soins lourds et longs, et sont donc confrontés à des difficultés particulières quand ils abordent leur rémission et, finalement, leur victoire contre la maladie », précise le Professeur Didier Blaise, chef du service d’hématologie et de thérapie cellulaire de l’IPC. C’est pourquoi ce sont d’abord ces patients allogreffés qui ont été inclus dans la phase-pilote puis dans la phase de recherche [1]. Ces premières expériences ont permis de mesurer des retours très positifs qui amènent à poursuivre l’expérience avec la perspective de l’élargir à davantage de patients.

L’onco-coaching, ou comment rebondir après un cancer

« Concrètement, indique Sarah Calvin, docteur en neurosciences et maître de conférence au laboratoire STAPS d’AMU, l’onco-coaching n’est pas un programme d’activités physiques pour les patients mais il consiste en une série d’entretiens individuels entre le patient et le coach, où il n’est plus question de maladie, de traitement, ou même de soutien psychologique, mais d’objectifs de motivation, de confiance, d’autonomie, en définissant des objectifs personnels à suivre. »
Rebondir après un cancer, c’est l’objet de l’onco-coaching : un tremplin pour évacuer tout lien avec la maladie et déclencher un mécanisme de réappropriation, retrouver une activité physique, une vie professionnelle, ou simplement une vie sociale après une longue épreuve.

Un programme de recherche et une formation universitaire à la clef

Le programme Rebond a pour objectif d’intégrer une centaine de patients sur 3 ans dans la phase de recherche, pour laquelle il bénéficie du soutien financier du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône d’un montant de 100 000 euros. Au plan universitaire, une formation d’Onco-coaching, unique en France, devrait être mise en place. « Au-delà de la recherche et de l’enseignement, le rôle majeur d’AMu a été de faire se rencontrer des disciplines qui n’étaient pas faites pour. La politique transdisciplinaire que mène AMU nous a permis cette rencontre, conclut le Professeur Viens. »

L’Institut Paoli Calmettes (IPC) :
Centre de lutte contre le cancer basé à Marseille, membre de la Fédération Unicancer, l’IPC rassemble 1 580 chercheurs et personnels médicaux et non médicaux, engagés dans la recherche, les soins médicaux et de support, l’enseignement et la formation. L’IPC a réalisé 91 220 consultations, et accueilli 10 085 nouveaux patients en 2016.
Certifié par la Haute Autorité de Santé (HAS) niveau A, sans remarque, référence et pionnier pour la recherche et les soins, l’IPC abrite le Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille (CRCM), et dirige le SIRIC Marseille avec l’AP-HM. L’IPC apporte également son appui et son expertise en cancérologie à de nombreux établissements de santé de la région. La prise en charge y est conventionnée, sans dépassement d’honoraire, ni consultations privées.

Pour plus d’informations : institutpaolicalmettes.fr


[1Les cancers hématologiques et le département de thérapie cellulaire de l’IPC : L’IPC est l’un des centres français les plus réputés en matière de recherche sur les cancers hématologiques, et contribue à la mise au point de nouveaux traitements contre les formes aiguës, réfractaires ou récidivantes, et les formes chroniques. Les cancers hématologiques représentent environ 5 % des cancers. Autrefois maladies à très sombre pronostic, les taux de guérison sont de 60 % à 75 % aujourd’hui. En 2016, 1 257 patients ont été pris en charge à l’IPC pour des cancers hématologiques.
L’IPC est en pointe sur les traitements par thérapie cellulaire (greffe de moelle) avec plus de 8 000 greffes réalisées depuis les années 1980. L’unité dédiée à la thérapie cellulaire et la transplantation (U2T) a ouvert ses portes en 2009. 153 greffes allogéniques et 101 greffes autologues ont été réalisées en 2016.L’équipe de thérapie cellulaire est composée de 19 personnes.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.