Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Aix Marseille > Politique > Investiture LREM à Marseille : le professeur Berland siffle la fin de la (...)

< >

Investiture LREM à Marseille : le professeur Berland siffle la fin de la récréation

vendredi 4 octobre 2019

JPEG - 120.4 ko
Pour Yvon Berland "maintenant il faut donner l’investiture" (Photo Robert Poulain)

« Maintenant il faut donner l’investiture, il ne reste que quelques mois avant les municipales, si la République en marche veut un candidat à Marseille », vient de lancer Yvon Berland, président honoraire d’Aix Marseille Université (AMU), candidat déclaré avec Saïd Ahamada à l’investiture LREM pour la mairie de Marseille. Décline le travail entrepris et les trois séquences d’échanges, les 3, 4 et 5 octobre « sur les axes forts de notre projet : éducation/jeunesse, les urgences pour cette ville et, enfin, les grands projets de développement. » Précise que depuis l’annonce de sa candidature, le 20 juillet, « le travail n’a pas manqué pour construire les grands axes de notre projet. » Et le 8 août, dévoile-t-il, il a adressé un document au Président de la République « afin qu’il prenne connaissance des grands axes que nous voulons développer et on m’a dit qu’il avait apprécié ». Parmi les actions entreprises, il met en exergue une réunion de travail, le 8 septembre « qui a regroupé plus de 150 personnes » et, une séquence internationale. « Nous nous sommes rendus à Bruxelles pour prendre des contacts car c’est là que se trouvent les financements. Je me suis également rendu en Chine où des échanges universitaires me permettent d’avoir des contacts pour faire la promotion de notre territoire ». Puis, il a enfin déposé, le 2 octobre, à Paris, son dossier de candidature. « C’est un acte majeur. Le dossier comprend un CV, un engagement éthique, les grandes lignes de notre projet et une analyse secteur par secteur, une liste de soutiens et une première liste de 60 candidats », explique-t-il avant de déclarer : « Ma détermination et mon engagement son total. Élu, je me consacrerai exclusivement et sept jours sur sept à ma fonction de Maire. Et je ne ferai aucun compromis car ma liberté sera totale, ma carrière étant derrière moi. En revanche, je m’attacherai à faire émerger de nouveaux talents afin que la dynamique que nous allons enclencher se poursuive. Je souhaite aussi rassembler au-delà des clivages politiques, comme j’ai pu le faire à l’Université. Car il faut voir plus large, sortir d’un cadre restreint, la compétition se joue au niveau européen et mondial. J’appelle à rassembler tous ceux qui veulent que la population marseillaise vive bien ». De fait, il considère qu’« il faut que les choses se clarifient, que l’investiture soit donnée car chaque jour qui passe et une journée de perdue ». Yvon Berland tient à préciser que, s’il n’obtient pas l’investiture il se retirera. Il juge alors, non sans humour : « Ce serait dommage pour Marseille ». Mais, poursuit-il : « Si nous obtenons l’investiture nous débattrons avec les Marseillais pour passer d’un projet avec des grandes lignes à des propositions réalistes qui remonteront du terrain ». Concernant le projet de Saïd Ahamada, le diagnostic est clinique : « Je ne connais pas tout son projet mais nous avons des visions différentes. Pour moi, l’important est de voir Marseille dans sa globalité et non de la fragmenter encore plus ». Puis, remettra en question le projet de reconstruction de la Timone annoncé par Martine Vassal : « Croyez-vous que reconstruire un bâtiment suffira ? » « Il ne s’agit pas d’un mécano, insiste-il. Croyez-moi, si je suis élu maire, en tant que président du conseil de surveillance je ne manquerai pas de faire des propositions » Tandis que le Pr. Jean-Paul Moatti (IRD), co-auteur d’un rapport sur le développement durable dévoilé en septembre à l’ONU rappelle que Marseille, en 2008, adhérait à la Charte des villes durables : « Depuis toutes les villes ont fait peu ou prou des progrès, chez certaines comme Bristol ou Hambourg, ils sont monstrueux mais à Marseille rien alors que nous devrions être la capitale méditerranéenne du développement durable ». Yvon Berland aborde enfin la question du second tour : « Nous aurons une réflexion mais ce qui est déjà certain c’est que nous ferons tout pour empêcher une victoire du RN ».
Michel CAIRE

Entretien avec Yvon Berland


Propos recueillis par Mireille Bianciotto

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.