Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Culture > Musique / Opéra > Jean-Guihen Queyras, du Festival d’Aix-en-Provence aux Rencontres musicales (...)

< >

Jean-Guihen Queyras, du Festival d’Aix-en-Provence aux Rencontres musicales de Haute-Provence

samedi 23 juillet 2016

JPEG - 80 ko
Jean-Guihen Queyras. (Photo François Sechet)

Le chemin qui mène des rives du cours Mirabeau au pays de Forcalquier, Jean-Guihen Queyras le connaît bien. Il aime le parcourir, l’été venu, entre deux concerts pour aller se ressourcer sous cet immense platane dans le jardin de la maison familiale où, adolescent, il faisait ses gammes sur son violoncelle. Et cette année encore, il n’a pas manqué à la tradition. Au terme d’une exceptionnelle carte blanche qui lui a été délivrée par le Festival d’Aix-en-Provence, il s’en est allé mettre la dernière main à la 28e édition des Rencontres musicales de Haute-Provence qui, chaque année, sous la houlette des Queyras et d’un groupe de bénévoles fidèles et efficaces font de Mane et Forcalquier une région capitale pour la musique de chambre.
Avant de tailler la route, Jean-Guihen Queyras est revenu en notre compagnie sur sa dizaine aixoise qui comportait concerts, master class et participation active à la création en compagnie des jeunes musiciens méditerranéens rassemblée à l’Académie du festival. « Pour moi, nous confiait-il, ce qui se passe ici est vraiment exceptionnel. Le festival d’Aix est arrivé a proposer une offre totale complète depuis la mise en place de productions parfaites, comme celle de "Pelleas et Mélisande", jusqu’à l’accueil et l’accompagnement de jeunes musiciens, en particulier ceux qui arrivent du bassin méditerranéen. Côtoyer ces jeunes, aller à l’opéra, jouer en concert, ces dix jours m’ont nourri intellectuellement et musicalement. J’ai fait un nouveau pas en avant en tant que musicien et j’en suis ravi. »

Le quatuor Arcanto, c’est fini

Au cours de cette carte Blanche, Jean-Guihen Queyras a joué en duo avec Alexander Melnikov, a créé une œuvre de Gilbert Amy en compagnie du Baryton Marc Mauillon ; il a aussi participé aux deux concerts du quatuor Arcanto les 14 et 15 juillet. Concerts exceptionnels par leur qualité, mais aussi car c’était les dernières fois que les quatre musiciens se produisaient ensemble. « Après quatorze années passées à jouer ensemble, nous avons décidé de nous séparer. Définitivement ou pour une longue pause, l’avenir le dira. Mais nous avons vécu de très grands moments ensemble, donnés de concerts denses et forts et nous avons décidé, d’un commun accord, de vivre autre chose. » Autre chose, pour Jean-Guihen Queyras, c’est surtout une centaine de concerts par an. « C’est le chiffre que nous nous sommes fixés avec mon agent. Il faut que je puisse aussi m’occuper de mes élèves en Allemagne. Pour moi, transmettre est très important. Puis, j’ai un autre grand projet à concrétiser : un travail autour de Bach en compagnie de la danseuse et chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker. Parmi les autres perspectives me tenant à cœur, mes retrouvailles avec Alexandre Tharaud pour Brahms. » Un autre projet, mais concrétisé, celui-ci, verra la sortie, en septembre, d’un CD enregistré avec les frères Chemirani qui s’appelle « Thrace » et qui sera le troisième opus de la collection « Latitude » chez Harmonia Mundi. En attendant, le violoncelliste a retrouvé le pays de Forcalquier où débutent, ce dimanche 24 juillet à 15 heures en la Cathédrale, les 28e rencontres musicales de Haute-Provence.

Rencontres sous le signe du conte

« Cette année, j’ai choisi une thématique autour du conte et du discours musical. Nous ouvrirons ce programme avec "Un conte" pour violoncelle et piano de Janaček. J’ai choisi des œuvres qui ont l’ambition d’être à programme. Il y aura le "Pierrot Lunaire" à la limite de la musique et du raconté, la musique parlée de Kurtag, les souvenirs de Florence de Tchaïkovski, le concerto pour piano de Charles Ives qui raconte la vie quotidienne en Amérique, et bien d’autres œuvres. Il y aura aussi beaucoup d’amis musiciens qui me font le plaisir et l’honneur de répondre à l’invitation, notamment quatre grands du piano : Pierre-Laurent Aimard, Alexandre Tharaud, Tamara Stefanovitch et Frédéric Lagarde. Enfin, ne pas oublier la dernière soirée avec Djamchid, Bijan et Maryam Chemirani, Raphaël Imbert et les musiciens des rencontres autour du conte persan et du conte jazz…  »
Michel EGEA

Le programme des Rencontres Musicales de Haute-Provence

Les concerts ont lieu à 21 heures. Les 25, 26 et 27 juillet, ils sont donnés au Prieuré de Salagon à Mane - les 28, 29 et 30 juillet ils sont donnés au cloître des Cordeliers à Forcalquier.

Lundi 25 juillet :Leoš Janaček : « Un conte » (Pohadka) pour violoncelle et piano - Bedřich Smetana : Trio avec piano en sol mineur « À la mémoire d’un ange » op. 15 - Maurice Ravel : « Tzigane  » - Felix Mendelssohn-Bartholdy : Quatuor à cordes en la mineur, op. 13, « Est-ce vrai ? »

Mardi 26 juillet : Gilbert Amy : « Après Ein…Es Praeludium  » pour quatre violoncelles (2010) - Johannes Brahms : Sonate pour violoncelle et piano en fa majeur, op. 99 puis trois Danses hongroises - Arnold Schoenberg : Quatuor à cordes en en ré majeur.

Mercredi 27 juillet : Jan Pieterszoon Sweelinck : Fantasia à 4 en ré mineur, Echo SwWV 260 - György Kurtag : Extraits des « Jatékok » (1973-2010) - Jan Pieterszoon Sweelinck : Fantasia Crommatica à 4 SwWV 258 - György Kurtag : Pièces pour piano récentes - Leoš Janaček : Sonate pour violon et piano - Johannes Brahms : Quatuor en la mineur, op. 51.

Jeudi 28 juillet : Franz Liszt : Variations sur un choral de J.S. Bach « Weinen, klagen, sorgen, zagen » - André Caplet : « Viens ! Une flûte invisible soupire  » - Maurice Ravel : « La Flûte enchantée » (Shéhérazade) - Pierre Boulez : « Le Marteau sans maître  », n°3 ; Robert Schumann : « Fantasiestücke » pour clarinette et piano, op. 73 - Piotr-Ilyitch Tchaïkovski : « Souvenir de Florence  », op. 70.

Vendredi 29 juillet : Claude Debussy : « Syrinx » (histoire de Pan) et « Six épigraphes antiques » ; Charles Ives : Première Sonate pour piano ; Arnold Schoenberg : « Pierrot Lunaire », op. 20.

Samedi 30 juillet : Conte persan et conte jazz avec Djamchid, Bijan et Maryam Chemirani, Raphaël Imbert et des musiciens des Rencontres Musicales.

Pratique - Tarif : 24 euros, réduit : 8 euros, gratuit - de 13 ans.
Abonnements possibles. Billetterie et renseignements : Office de tourisme de Forcalquier, tél. : 04 84 54 95 10 billetterie@haute-provence-tourisme.com - billetterie en ligne : haute-provence-tourisme.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.