Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Aix Marseille > Société > Kedge Business et la Caisse d’Épargne Provence-Alpes-Corse lancent la Chaire (...)

< >

Kedge Business et la Caisse d’Épargne Provence-Alpes-Corse lancent la Chaire « Bien-Être et Travail »

jeudi 12 juin 2014

Kedge Business School, à travers sa Fondation pour un Leadership Responsable placée sous l’égide de la Fondation de France, et la Caisse d’Épargne Provence-Alpes-Corse (CEPAC) agissant en tant que mécène, signent une convention de Mécénat en vue de la Création de la Chaire de recherche et d’enseignement : « Bien-Être et Travail ».

JPEG - 85.4 ko
Alain Lacroix et François Pierson signent une convention de Mécénat en vue de la Création de la Chaire de recherche et d’enseignement : « Bien-Être et Travail » (Photo D.R.)

Alain Lacroix, Président du Directoire de la Caisse d’Épargne Provence-Alpes-Corse, et François Pierson, Président du Conseil d’Administration de Kedge Business School, ont signé la convention ce mercredi 11 juin sur le campus de Kedge BS Marseille.
Dotée d’un financement de 450 000 euros sur trois ans, la Chaire « Bien-Être et Travail » souhaite promouvoir des modes de management innovants, porteurs de sens et intégrant les intérêts et besoins parfois divergents de l’ensemble des parties prenantes de l’entreprise. Sa mission est de contribuer, par le développement et la diffusion des connaissances, par les activités de recherche et par la formation de cadres en activité, au développement d’un management performant dont la finalité est l’Homme.

Développer l’excellence académique

L’ambition de la Chaire est de développer l’excellence académique et pédagogique en intégrant les pratiques et problématiques de domaines variés issus de l’entreprise principale partenaire, la CEPAC, des territoires, des organisations. Elle vise à créer un socle commun de connaissances permettant une diffusion rapide et ouverte des pratiques, tant dans l’enseignement et la recherche que dans les organisations et entreprises dans l’amélioration du bien-être de leurs collaborateurs comme vecteur de performance économique tels que : -Le bien-être au travail
- La santé au travail
- La prévention des risques psychosociaux
- Les conditions de travail dont l’impact des nouvelles technologies
- La qualité du dialogue social et sociétal
- L’évolution du rôle du management et son impact sur la performance sociale
- Une utilisation adéquate des outils numériques
Par ailleurs, en accord avec la CEPAC, une attention toute particulière sera portée sur les sujets suivants :
- L’accompagnement en termes de performance sociale d’un chantier de restructuration stratégique de l’entreprise pour son maintien de position de leader
- La mise en œuvre de l’évolution des compétences et des fonctions de l’entreprise dans tous les rouages de l’entreprise
- Les outils de pilotage de la performance sociale présents au sein de la CEPAC seront également exploités (tels que le baromètre social, véritable outil de mesure de la confiance dans l’entreprise)

Organisation d’un Think Tank

Cette chaire abrite un Think Tank qui a pour but de renforcer la coopération au sein du réseau des Chaires et d’accéder aux idées innovantes. Il favorise la diffusion et l’accès à des travaux liés aux thématiques de prédilection des Chaires.
Ce laboratoire d’idées constitué de représentants des entreprises et organisations partenaires, tout particulièrement de l’Observatoire Social International (OIS), se réunira régulièrement afin de coopérer et produire sur la mise en œuvre d’actions et projets innovants relatifs au bien-être au travail.
- Déterminer des actions concrètes et des indicateurs de suivi d’une politique d’amélioration continue de la Qualité de Vie au Travail
- Mesurer l’impact d’une politique efficace de prévention des risques psychosociaux
- Traiter tout particulièrement le sujet du bien-être au travail et l’accompagnement du changement
Ce « Think Tank » sera piloté par Sylvie Brunet, professionnelle du management des RH, professeur à Kedge BS et membre du Conseil Économique Social et Environnemental, en co-animation avec un représentant de l’OSI

Messages

  • Le Management doit effectivement évoluer pour libérer l’intelligence collective. La déhiérarchisation nécessaire est un changement de paradigme qui faut pouvoir intégrer. Cela s’apparente à une chute libre qui repose sur des notions de confiance, de maîtrise de soi et d’audace. S’arrêter pour donner du sens, ce n’est pas produire, c’est innover. L’empowerment, c’est la restauration chez l’individu de sa propre valeur, de sa place et de sa capacité à traiter les problèmes de sa vie. Il faudra donc que le Manager soit formé, aussi, aux fonctions de médiateur. La coopération, l’engagement des parties prenantes, impliquent le respect, l’écoute empathique, mais aussi une formation à la lecture émotionnelle, aux techniques permettant l’émergence de la créativité. La différence des points de vue, sont les épices qui donnent toute leur saveur aux mets les plus simples.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.