Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Culture > Littérature > La Bibliothèque Méditerranéenne de Mireille : "Intempérie" de Jésus (...)

< >

La Bibliothèque Méditerranéenne de Mireille : "Intempérie" de Jésus Carrasco

jeudi 15 janvier 2015


Les terres sont arides, aussi arides que le cœur des hommes. Les personnages (sans nom) sont durs, aussi durs que leurs vies. C’est l’histoire d’un enfant en fuite d’une violence misérable vers un destin inconnu au-delà de l’oliveraie. C’est l’histoire d’une rencontre improbable avec un chevrier, berger des bêtes et peut-être des âmes. Ce pourrait être une fable, un conte initiatique (de plus) mais la justesse du récit, portée par des mots volontairement crus et la rudesse des descriptions, empêche toute évasion imaginaire. Ce pourrait être la biographie d’archétypes, l’enfant, le chevrier, le shérif (ou l’apprenti, le maître et le diable) mais, la finesse du roman est de ne jamais franchir la ligne. Le mot est fort mais jamais trop, la scène est brutale mais (hélas) réaliste, la nature est impitoyable mais des hommes y vivent. Et là où la vie est violente et violentée, l’extrême simplicité et dénuement du quotidien du chevrier vont réunir la solitude du vieil homme et la résilience farouche du plus jeune. Le talent de l’auteur (dont c’est le premier roman) nous emmène dans un univers âpre, parfois insupportable. Et dans ce monde noir, extrême, seules quelques touches patentes de compassions et de solidarité éclairent de gris un avenir meilleur. Pour autant ce n’est pas une histoire tragique, ce n’est pas un roman désespérant, sa lecture n’est pas laborieuse bien au contraire. C’est du cousu main ce livre là, c’est un roman au couteau mais celui d’un sculpteur et puis à la fin un signe de Dieu ? Tout est juste, juste ce qu’il faut pour garder le lecteur dans ce monde inhospitalier, pesant et écrasant. Nous avons sur les lèvres le goût du lait des chèvres, nous sentons sur la peau le tiraillement du soleil et de la poussière, nous avons l’âme blessée mais des éclats d’attentes et d’espoirs pleins les yeux, comme un rêve peut-être accessible dans cette immense plaine entre sécheresse et pluie. Toute une vie d’intempéries…
Extrait : "Le sac de berger en cuir épais sentait l’oignon séché et la sueur. Le garçon attrapa la courroie entre deux doigts et tira doucement. (…) - Où vas-tu avec ça ? La voix rauque, de l’autre coté du feu, le paralysa et embrasa son visage réduit à une grimace. (…) J’ai faim, monsieur. On ne t’a pas appris à demander ?" / "Puis il revint sur le seuil de la porte et il resta là, tant que dura la pluie. Il regardait comment Dieu desserrait pour un moment les écrous de son tourment."
Mireille SANCHEZ
Intempérie, de Jésus Carrasco aux Éditions Robert Laffont - Parution le 2 janvier 2015 - 234 pages - 19 €

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.