Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Culture > Littérature > La Bibliothèque Méditerranéenne de Mireille : "Je soussigné Mahmoud Darwich (...)

< >

La Bibliothèque Méditerranéenne de Mireille : "Je soussigné Mahmoud Darwich "d’Ivana Marchalian

vendredi 2 octobre 2015

"Je soussigné Mahmoud Darwich" d’Ivana Marchalian

Entretien traduit de l’arabe par Hana Jaber


Le poète Mahmoud Darwich a donné une longue interview à la journaliste libanaise Ivana Marchalian, lui demandant expressément de ne la publier qu’après sa mort. Promesse tenue par la journaliste, qui nous livre, dans un récit intimiste, les écrits à travers lesquels se dévoile le regard rétrospectif du poète sur sa vie et son œuvre.
Le livre est fait de quatre parties : le texte de la rencontre, écrit par la journaliste Ivana Marchalian qui retrace ses rendez-vous avec le Poète ; puis la reproduction de 10 photographies de Mahmoud Darwich par Abed Qarout et Ivana Marchalian ; le fac-similé des pages manuscrites en arabe de Mahmoud Darwich et enfin la traduction de cet entretien inédit.

La rencontre plante le décor, donne l’atmosphère de ces échanges aussi inattendus qu’espérés de la journaliste…

Ivana Marchalian : « A la question : "pourquoi choisissez-vous le métier de journaliste ?", j’avais répondu avec une spontanéité qui m’avait valu une excellente note : "pour pouvoir interviewer Mahmoud Darwich ! »
Mahmoud Darwich : "N’oubliez pas les deux obsessions que sont la langue et l’écriture. La plupart du temps nous écrivons pour écrire, parce que nous nous aimons davantage penchés sur le papier blanc, à le remplir de ce que nous voulons de lettres, de mots et de pensées, nous écrivons parce que nous ne savons pas faire autre chose aussi bien."

Ivana Marchalian : « Le thé au jasmin parfumait la pièce, il a proposé que nous écoutions Fairouz. Au rythme de la chanson "Les Vieilles Rues de Jérusalem", il est entré dans on bureau, en est revenu en arrangeant les feuilles qui étaient dispersées. Il m’a lu un passage émouvant qui est resté gravé une éternité dans ma mémoire : "La vérité a deux visages et la neige est noire sur notre ville / Nous ne pouvons désespérer plus que nous ne l’avons fait / Et la fin marche vers les remparts / Sure de ses pas." Il s’est arrêté brusquement et m’a demandé : Vous aimez ? »

Mahmoud Darwich a donc choisi de répondre de façon manuscrite à une liste de questions de la journaliste…

Ivana Marchalian : (…) Parlez-nous du vent…
Mahmoud Darwich : Et le vent… reste le vent, j’y dresse mes tentes qui ne cessent d’être arrachées. Il continue de souffler de tous les cotés, surtout du coté du cœur. A croire que je n’ai jamais habité que le vent, le vent qui souffle en dessous de nous comme dirait Mutanabbî, ou au-dessus de nous comme j’essaie de le dire. A-t-il dans la langue suffisamment de terre pour y trouver notre toit ?

Ivana Marchalian : Ustâdh Mahmoud…Pourquoi la poésie ? Que reste-t-il de vous en dehors de la poésie ?
Mahmoud Darwich : Parce qu’elle me permet de dire et de faire ce que je ne peux ni dire ni faire autrement. Car si nous agissons et nous nous exprimions en dehors de la poésie comme nous le faisons à l’intérieur, nous, poètes, ressemblerions-nous davantage à une bande de malfrats et de dingues." (…) Quant à ce qui reste de moi en dehors de la poésie, c’est le masque, le but, l’héritage, et la condition de la liberté.

Le dialogue né de ces rencontres aborde la vie et l’œuvre de Mahmoud Darwich, la Palestine et le Liban, son enfance et sa mère, l’amour qui s’appelle Rita, l’exil et Paris, les saisons et la poésie. Au moment de refermer les pages du livre, une sensation de mélancolie bienveillante nous enveloppe, "la lune de son manteau est tombée parmi les feuilles mortes"… Ce livre est un cadeau.
Mireille SANCHEZ

Mahmoud Darwich, né en 1942 à Birwa, près de Saint-Jean d’Acre, et mort à Houston en 2008, est unanimement considéré comme l’un des plus grands poètes arabes contemporains. Auteur de plusieurs ouvrages maintes fois réédités et traduits partout dans le monde dont de très nombreux aux éditions Actes Sud.
Ivana Marchalian est journaliste. Elle a participé à plusieurs projets pour la télévision libanaise et elle est actuellement coréalisatrice de séries, documentaires et longs métrages.

"Je soussigné Mahmoud Darwich" d’Ivana Marchalian - Éditions Actes Sud - 96 pages - 18 €.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.