Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Culture > Littérature > La Bibliothèque Méditerranéenne de Mireille : La rentrée littéraire des (...)

< >

La Bibliothèque Méditerranéenne de Mireille : La rentrée littéraire des éditions Baie des Anges…

lundi 21 septembre 2015

Les collections s’enrichissent aux éditions Baie des Anges, dynamique éditeur régional. Pour la rentrée 2015, un roman de montagne (un genre que la maison d’édition défend haut et fort), "De Gialorgues à Casterino", un polar "Mort-flash à Nice Ouest" et un roman "La Tour Rouge". Et puis une biographie de l’artiste Moya écrite par la journaliste Florence Canarelli.

"De Gialorgues à Casterino ... balades dans le Mercantour" de Malou Ravella

Un loup « parqué » recouvrant sa liberté(Liberté au Parc Alpha), une jeune enseignante métamorphosée en bergère (Heureux épilogue à Gialorgues), une randonneuse sauvée d’une coulée par un chien-loup (Coup de chaud à Castérino), un taureau coursant deux joggeuses (Le taureau du Val d’Entraunes), quatre amis échappant à une avalanche (Skis et crampons dans le Borèon) et un vacher pris dans une tempête essayant de sauver son troupeau (Zéphirine), voici les ingrédients de ce recueil de nouvelles qui nous entraîne dans les paysages grandioses du Mercantour. Mêlant fiction et réalité, Malou Ravella, après son roman Drame Vertical en Gordolasque (publié en 2013 aux éditions Baie des Anges), transcende ici dans six nouvelles, amitié, solidarité, humilité, courage et liberté, valeurs déterminantes des gens de la montagne.
L’auteur : Malou Ravella, enseignante et conseillère pédagogique à Nice, écrit depuis longtemps pour les enfants et plus récemment pour les "grands". De la Gordolasque où elle vit, au Népal où elle "trekke", elle s’imprègne d’images, de paysages, de visages, de personnages et d’émotions qu’elle nous décrit merveilleusement ici à travers ses nouvelles.
"De Gialorgues à Casterino ... balades dans le Mercantour", de Malou Ravella - 96 p. 9,90 €.

"Mort-flash à Nice Ouest" d’Isabelle Luminet et Catherine Sackur

Un corps défiguré est découvert dans le laboratoire de chimie du lycée Thierry-Maulnier, plus connu des Niçois sous le nom de "lycée de l’Ouest". C’est le commandant Régis Fontan "l’expert en criminologie" de la PJ d’Auvare, qui est chargé de l’enquête. Les premières difficultés l’attendent dès son arrivée à l’intérieur du lycée : pas facile d’identifier la victime, ni de comprendre le mode opératoire de l’assassin ! Pour résoudre l’énigme, Fontan et son adjoint, le beau lieutenant Vasco, devront se lancer dans un audacieux périple qui les conduira de la Route Départementale 6202 au quartier du Port de Nice, et de la vallée de la Roya à Vence, en passant par Carros et Gattières. Mais ce qu’ignore ce policier philosophe, c’est que, cinq ans plus tôt, quelqu’un a mené une autre enquête sur une étrange disparition. Pourquoi ? Et que signifie ce mystérieux galet, présent sur la scène de crime, qui renverra nos enquêteurs à l’époque des fondateurs de la cité niçoise ? Mort-flash à Nice Ouest : une écriture à quatre mains !
Les auteurs : Isabelle Luminet est née dans une famille niçoise d’origine italienne. Agrégée de Lettres, elle a enseigné avec bonheur dans la Creuse, au Maroc, en Corse, avant de revenir dans sa ville natale, à Nice, où elle a été professeur de français au lycée Thierry-Maulnier. Catherine Sackur originaire de la région parisienne, a tout de suite succombée aux charmes de Nice. Cette ancienne enseignante de mathématiques, s’est lancée dans l’activité moins sérieuse, mais tout aussi passionnante, de l’écriture policière.
"Mort-flash à Nice Ouest", d’Isabelle Luminet et Catherine Sackur - 184 p. 8,50 €.

"La Tour Rouge" de Gilbert Autheman

A travers une suite de messages électroniques adressés à un ami d’enfance, un niçois retraité depuis peu et exilé malgré lui, évoque son enfance à Nice, dans le quartier du Port, pendant les années d’après guerre. Au gré de ses souvenirs et de son inspiration, il évoque avec humour et émotion, une ville de Nice des années cinquante et soixante, insolite, insouciante, vue par un enfant du baby-boom et revisitée par un papy-boomeur nostalgique... Au fil des pages nous découvrons son aventure amoureuse avec Amanda, ses amitiés enfantines, ses histoires d’école et de multiples personnages trempés dans cette période qu’on a appelée, à tort ou à raison "les Trente Glorieuses". La Tour Rouge, l’odeur enivrante du chocolat Florian, les corridors secrets de l’École du Port, ou encore l’arrière boutique de la librairie bien connue des niçois dans les années 50/60 : La Sorbonne.
L’auteur : Gilbert Autheman est né à Nice. Après des études de psychologie à Nice et à Aix-en-Provence, il exerce le métier de psychologue auprès de jeunes en difficulté et finit sa carrière professionnelle comme directeur d’établissement. Depuis 1995, il s’adonne à l’écriture pour faire partager à ses lecteurs une vision colorée, intimiste, onirique de Nice et sa région, à travers des fictions qui traversent les décennies mais qui plongent leurs racines dans les années d’après-guerre.
"La Tour Rouge", de Gilbert Autheman - 104 p. 9,90 €.

"Le cas Moya" de Florence Canarelli

Pour tout savoir sur l’artiste niçois Patrick Moya, de ses débuts à la Villa Arson jusqu’à nos jours, de ses rencontres, de ses passions, de sa vie sur les “réseaux”, de son avatar Janus Moya, le tout en 8 chapitres thématique, abondamment illustrés de photos couleurs et “mise en scène” (texte et photos) par la journaliste Florence Canarelli. Un must ! Après une première biographie parue en 2006, la journaliste Florence Canarelli récidive avec cette nouvelle version "du cas Moya" totalement remaniée, nouvelle maquette, nouvel éditeur, 352 pages couleurs, comprenant plus de 400 photos et 4 contributions extérieures.
L’auteur : Florence Canarelli est journaliste indépendante à Nice, où elle a collaboré à de nombreux magazines, généralistes, économiques ou culturels. Depuis le premier « Cas Moya » paru en 2006, elle est l’auteur de plusieurs livres, textes et préfaces sur Patrick Moya.
"Le cas Moya", de Florence Canarelli - 352 p. 19,50 €.

Pour une rentrée littéraire niçoise et éclectique !
Mireille SANCHEZ

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.