Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives


Accueil > Culture > Littérature > La Bibliothèque de Mireille : "C’en est trop" d’Hermann Hesse

< >

La Bibliothèque de Mireille : "C’en est trop" d’Hermann Hesse

mardi 26 février 2019


Hermann Hesse n’est pas seulement l’auteur de romans mondialement connus. Il a aussi livré une œuvre poétique majeure que cette publication nous invite à (re)découvrir. Les textes de jeunesse témoignent de sa difficulté à vivre et de sa révolte contre un milieu familial piétiste. Puis viennent la dénonciation des ravages de la Première Guerre mondiale et l’évocation du mal fait aux hommes. En fait, l’existence entière entre dans les poèmes de cet homme : les crises personnelles et le suivi psychothérapique, la peinture et la beauté du monde, l’exil et le rejet du nazisme, les voyages en Inde, l’amour et ses déchirements… En 70 ans d’écriture, le poète s’est mis à nu pour montrer le quotidien d’un homme, ses joies et ses peines, ses révoltes, son désir profond d’un monde meilleur. Bruno Doucey

C’en est trop. Poèmes 1892-1962
1892-1899. "Cet enfant blond, c’était moi."
1900-1909. "Il y a là de l’espace pour les plaisirs et les douleurs."
1910-1919. "Ici, mon premier rêve de vie a été détruit."
1920-1929. "Homme perdu, j’ai marché dans ce monde."
1930-1939. "Nous préférons pourrir en "rêveurs", solitaires."
1939-1950. "Pauvres hommes que nous sommes, Capables du bien comme du mal."
1950-1962. "Branche tordue fendue."

Dans cette superbe anthologie bilingue allemand/français, C’en est trop met en exergue soixante-dix ans d’écriture poétique, des emportements de jeunesse aux chants du crépuscule de celui qui ne fut pas seulement le romancier si illustre et connu dans tout le monde mais aussi un poète de premier ordre.

Mireille SANCHEZ

Extrait :
« Je jette mes vieux bâtons de randonnée
Dans l’herbe mouillée,
C’est à crever,
J’en ai les larmes aux yeux.
De nouveau, il faut que je parte,
[…]
Je crache en silence dans un buisson,
Vous tous qu’il me faut servir, c’en est trop,
Ministres, excellences, généraux,
Que le diable vous emporte ! »

Grincements d’une branche tordue
Branche tordue fendue
Qui pend déjà d’année en année,
Sèche, elle grince dans le vent sa chanson,
Sans feuilles, sans écorce,
Blême et nue, fatiguée de vivre trop longtemps,
D’une trop longue agonie.
Sa chanson sonne dure, et endure,
Sonne obstinément, sonne un secret effroi,
Encore un été,
Encore un hiver entier.

"C’en est trop", d’Hermann Hesse. Éditions Bruno Doucey. 192 p. 17 €.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.