Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Culture > Littérature > La Bibliothèque de Mireille : "Je te protégerai" de Peter May

< >

La Bibliothèque de Mireille : "Je te protégerai" de Peter May

dimanche 9 décembre 2018

Peter May est l’un des écrivains britanniques les plus lu dans le monde, devant sa renommée à sa "Trilogie écossaise" : "L’Île des chasseurs d’oiseaux", "L’Homme de Lewis" et "Le Braconnier du lac perdu". Avec son dernier roman, "Je te protégerai", l’auteur revient sur l’île de Lewis avec une intrigue tissée aussi finement et tenue que le tweed qui est au cœur de l’histoire.


Niamh Macfarlane a créé avec son mari Ruairidh une entreprise de textile renommée, Ranish Tweed. Alors qu’ils séjournent à Paris, Niamh est tourmentée par de mauvais pressentiments, l’intuition que son mari la trompe avec Irina Vetrov, la séduisante et célèbre créatrice de mode. Oui, à chaque instant, elle a la sensation de perdre un peu plus cet amour qu’elle croyait destiné à durer toute une vie et pour lequel elle a tout bravé, à commencer par l’hostilité de sa propre famille. Un soir, place de la République, l’impensable se produit. Ruairidh meurt sous les yeux de Niamh dans l’explosion de la voiture d’Irina. Accablée par la douleur, Niamh ne tarde pas à comprendre qu’elle est la principale suspecte. Alors que le lieutenant Sylvie Braque progresse dans son enquête, Niamh sombre dans les souvenirs dévorants de son amour perdu et de son île Atlantique. Avec la certitude écrasante que quelqu’un l’observe en secret, prêt à tuer encore.

Si l’intrigue de ce nouveau roman policier démarre à Paris, c’est bien dans l’archipel des Hébrides au nord-ouest de l’Écosse que Peter May nous entraîne une fois encore, plus précisément sur l’île de Lewis et Harris, île jetée au paroxysme des tempêtes où les sentiments paraissent s’exacerber. Et si Niamh a dû lutter contre la noirceur du cœur des hommes pour imposer son amour pour Ruairidh, elle va devoir, jusque dans l’extrême solitude des éléments déchaînés, affronter un indémasquable assassin. Soupçonné donc d’être à l’origine de la mort de son mari, Niamh revient sur l’île de Lewis là où leur amour est né, là où ils ont développé leur filature. Et l’on pressent bien que ce tweed si spécial, si typique des îles Hébrides, « le seul textile au monde à être décrit par une loi de parlement », va jouer un rôle dans l’enquête policière.

A la fin du livre, nous quittons à regret ces landes écossaises et ses ciels tourmentés, les tourbières à perte de vue, le secret de fabrication d’un tissu unique et mythique, et puis des personnages attachants, troublants ou inquiétants. "Je te protégerai" un nouvel opus de Peter May porte sa signature stylée et s’inscrit dans les très bons romans à lire absolument !

Mireille SANCHEZ

Extrait :
En courant au milieu de la chaussée, Niamh attira l’attention de plusieurs policiers armés qui, soudain en alerte, la suivirent des yeux. Elle ne les vit même pas. Les feux de stop de la Mercedes rougeoyèrent quand elle s’arrêta au feu, au-delà des camions de chantier ; son clignotant gauche s’alluma. Niamh jeta un coup d’œil à la statue de Marianne constellée de taches symboliques bleu, blanc, rouge, et se dit que si elle traversait l’esplanade en diagonale, elle pourrait atteindre le bout de la place à temps pour couper la route de la Mercedes, avant que celle-ci ne disparaisse pour de bon. À condition que le feu reste rouge assez longtemps.
Prenant ses jambes à son cou, elle dépassa le gros conteneur rouge couvert de graffitis planté sur l’esplanade et fila vers Marianne. Elle prit vaguement conscience, sur sa gauche, des clients assis aux tables vertes de la terrasse du Fluctuat Nec Mergitur. Détruit par un incendie début 2015, le café avait rouvert sous ce nouveau nom après les attentats du mois de novembre de la même année. Il est battu par les flots, mais ne sombre pas. La devise de Paris. Il n’allait pas tarder à souffrir une fois de plus. Niamh vit le feu passer au vert et la Mercedes tourner à gauche. Puis elle ne vit plus rien. Aveuglée par un éclair fulgurant qui lui effaça tout le reste, un millième de seconde avant que l’onde de choc de l’explosion ne la projette par terre. En heurtant le macadam, elle recouvra la vue. Du verre jaillissait des vitres brisées du Fluctuat Nec Mergitur, tables et chaises voltigeaient à travers la place. Elle se retourna. La Mercedes était encore en l’air. Plus tard, elle se souviendrait de l’avoir vue à trois ou quatre mètres du sol. En fait, elle n’en était probablement qu’à une cinquantaine de centimètres. Des débris flamboyants bombardèrent la place de la République quand la voiture s’écrasa sur la chaussée en une boule de flammes.
Niamh pouvait voir à nouveau, mais elle n’entendait plus rien. Le bourdonnement était assourdissant. Puis elle perçut un hurlement. Il lui fallut un moment avant de comprendre que c’était le sien.

"Je te protégerai" de Peter May. Éditions Rouergue. 416 p. 23 € .

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.