Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Culture > Littérature > La Bibliothèque de Mireille : "Le monde entier" de François Bugeon

< >

La Bibliothèque de Mireille : "Le monde entier" de François Bugeon

samedi 13 août 2016

Il n’y a pas de femme dans la vie de Chevalier, pas qu’on sache en tout cas. De même qu’il n’y a pas beaucoup de tendresse entre sa mère et lui. Pourtant, il n’a jamais eu l’envie d’aller s’installer ailleurs que dans ce village où il a grandi, où il aime aller pêcher dans les étangs, avec son vieux copain Ségur. Jusqu’à ce soir d’août où son chemin a croisé une voiture renversée sur le bord de la route…


Finalement, il entendit gémir le bois du lit, puis la porte de la chambre s’ouvrir doucement, avant que les pieds nus ne courent sur les carreaux de brique du couloir et que la porte des toilettes ne se ferme. Il décida alors de préparer le déjeuner en faisant suffisamment de bruit pour préserver l’intimité de la gosse, et mit la radio en sourdine pendant qu’il y était.
Lorsqu’elle apparu, ses cheveux courts luisaient encore de l’eau de la douche. Elle s’épongeait négligemment les épaules et la nuque en avançant vers lui selon une trajectoire qui oscillait au gré des gestes qu’elle faisait avec la serviette. Avec un large sourire et sans rien dire, "pourquoi voudriez-vous quelle dise bonjour, hein ?", pensa Chevalier, elle s’approcha de lui, et l’embrassa sur les deux joues. Puis, comme si elle habitait là depuis des années, elle s’assit à table et dévora, avec calme, méthodiquement, sans un mot, juste de soupirs de temps en temps, la moitié du pain, qu’elle coupa en anches courtes avant de les tremper dans le café au lait. Chevalier resta un moment à contempler le spectacle, se remettant à peine des bises si naturelles, et du silence qui accompagnait le petit déjeuner de la gamine. Au bout d’un moment, considérant, qu’il n’y aurait rien à tirer de cet oiseau tant qu’elle n’aurait pas décidé de s’intéresser au monde extérieur, il s’en alla dans la grange chercher le matériel nécessaire à la petite clôture qu’il envisageait déjà la veille.
C’est l’histoire d’un homme, Chevalier ; de sa vie ordinaire, simple, mais subtile et si riche d’attentes. C’est histoire d’un accident sur le bord d’une route et de quatre jours qui vont bousculer toute son existence, ses repères, ses espérances : le monde entier est alors à sa portée. L’auteur, délicatement, par petites touches pudiques, saisit une vie au moment où elle bascule.
Un (premier) roman d’une grande délicatesse, d’une belle légèreté, tout en retenue, en pudeur, en justesse. "Le monde entier" de François Bugeon est la preuve que la vie suffit, que la vie ordinaire peut être simple mais ample, ordinaire mais intense, singulière et complexe.
Mireille SANCHEZ
Le monde entier, de François Bugeon - Éditions du Rouergue - 144 pages - 16 €

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.