Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Culture > Littérature > La Bibliothèque de Mireille : "Le programme pour bien nourrir votre (...)

< >

La Bibliothèque de Mireille : "Le programme pour bien nourrir votre cerveau", du Dr Jean-Marie Bourre

jeudi 1er août 2019

C’est le cerveau qui commande ! Et pour bien le nourrir, le Dr Jean-Marie Bourre, livre ici son programme "bien manger pour bien penser"…


Vous voulez que votre cerveau fonctionne à plein régime et soit au top. Vous voulez tirer le meilleur parti de vos capacités de concentration, d’attention et d’action. Vous voulez éviter les maladies dégénératives. Vous voulez préserver votre santé et vos talents pour penser.
Dans son nouveau livre, le docteur Jean-Marie Bourre propose un programme tout spécialement concocté pour vous ; un programme qui vous aidera à bien comprendre les besoins de votre cerveau et à bien le nourrir.

Manger avec son cerveau s’apprend : le savoir des saveurs (p. 290)
De même qu’il faut apprendre à marcher, à lire et à écrire, il faut impérativement apprendre à manger. C’est-à-dire connaître l’existence des lettres (les nutriments) pour former des mots (les aliments), et créer des phrases (les repas), sans oublier les règles élémentaires de la grammaire : le plat de résistance se situe après les entrées et avant les fromages et le dessert pour des raisons physiologiques et chronobiologiques et pas seulement culturelles. Enfilez donc les perles culinaires. (…)

En six chapitres, l’auteur décline son objectif : nous expliquer comment, pourquoi et ce qu’il faut manger pour bien nourrir notre cerveau qui manifeste des exigences alimentaires tout à fait particulières.

1. Préliminaire : alimentation et cerveau
2. Ravitailler à la seconde avec les sucres, carburants de votre cerveau
3. Nourrir à la journée : aliments et comportements à table.
4. Alimenter à la quinzaine : votre cerveau rutilant
5. Approvisionner pour maintenir à l’année : le bon gras du cerveau
6. Des étapes clefs plus ou moins longues

Le livre abonde de conseils pratiques à la fois dans le choix des aliments que dans la manière de la consommer. Des encadrés "Le saviez-vous ?" rythment les pages et des tableaux classent les aliments, à moindre prix, et selon leurs richesses en tels ou tels nutriments (vitamines, minéraux, oligoéléments, oméga-3 et 6, acides aminés). L’auteur n’a de cesse d’associer à ses propos des recommandations en matière de qualité et de quantité mais aussi sur les rythmes d’approvisionnement, le temps consacré aux repas, etc. Il livre nombre d’observations sur de bonnes et moins bonnes associations d’aliments…

Rappelant que l’alimentation est un art, alors que la nutrition est une science (balbutiante !), le "Le programme pour bien nourrir votre cerveau" du Dr Jean-Marie Bourre nous informe et nous invite à peut-être reconsidérer ou améliorer quelques habitudes et/ou pratiques alimentaires pour "bien manger pour bien penser" !

Mireille SANCHEZ

"Le programme pour bien nourrir votre cerveau", du Dr Jean-Marie Bourre. Éditions Odile Jacob. 336 p. 20,90 €.

Extrait (première partie) :

On connaît, de mieux en mieux, les effets de l’alimentation sur le cerveau. De gigantesques progrès ont été réalisés depuis la publication de mon premier livre, voilà maintenant plus de vingt ans (La Diététique du cerveau. Les aliments de l’intelligence et du plaisir). D’autant qu’il était essentiellement théorique, quoique basé sur les oméga-3, objet de mon travail de chercheur. À ce titre, il y a vingt ans, j’écrivais Les Bonnes Graisses, dont le socle reposait déjà sur les oméga-3 ; pour publier plus tard La Vérité sur les oméga-3. Voilà plus de dix ans, je publiais La Nouvelle Diététique du cerveau, qui apportait des recommandations de consommation d’aliments. Après le « quoi manger », restait le « comment et quand manger », que j’abordais, voilà sept ans, dans un livre intitulé La Chrono-diététique. Puis s’est posée la question : qu’en est-il du cerveau lui-même, d’où La Chrono-alimentation du cerveau, titre de mon dernier livre, il y a trois ans.
Mais la nutrition et plus encore l’alimentation ne sont pas que physiologie, biologie ou biochimie. En effet, globalement, l’alimentation remplit quatre fonctions fondamentales pour l’organisme tout entier, au sein duquel le cerveau occupe une place prépondérante, et centrale. La première de ces fonctions est évidemment nutritionnelle : ingérer pour vivre, prendre des forces et prévenir les maladies, l’objectif étant d’être en forme. Choix des aliments, préparations, faim, rassasiement, satiété : tout est dans le cerveau. La deuxième repose sur le plaisir : plus ou moins inné pour le sucré ; appris pour la plupart des autres sensations. Or tout est dans l’organisation de circuits de neurones (avec leurs consœurs, les cellules gliales), réalisée à un âge précis de l’existence. Mais, en troisième lieu, l’alimentation remplit des fonctions symboliques : nous sommes ce que nous mangeons, omnivores assumés (inconsciemment pour la grande majorité d’entre nous), végétariens, bio, fast- ou slow-foodistes, etc. Qui plus est, savez-vous que ce qui est donné à manger aux animaux en élevage (quoi, comment et quand) influe sur la valeur nutritionnelle de ce qu’ils vous offrent à leur tour ? La quatrième fonction est sociale : des liens se créent en mangeant, et réciproquement ; ainsi, une célébration (religieuse, familiale, amicale, professionnelle, etc.) comporte presque toujours un repas. L’illustre Brillat-Savarin reste d’actualité, lui qui écrivait : « On goûte le plaisir de la table dans toute son étendue lorsque les quatre conditions suivantes sont réunies : chair au moins passable, bon vin, convives aimables, temps suffisant. » Bref, l’aliment compte autant que la façon dont on le mange, et le moment auquel on le déguste. Prendre le temps de savourer avec plaisir est donc indispensable. Ce en (bonne ?) société : « Un homme qui mange seul est toujours en mauvaise compagnie » ! Étant donné leurs spécificités, vous savez que les professionnels de l’alimentation, quant à eux, tentent d’assumer aussi quatre obligations : la santé (rester en forme), la sécurité (ne pas se rendre malade), la satisfaction (plaisir et convivialité) et le service rendu (facilité d’achat et d’utilisation).
Distinction de grande importance : l’alimentation est un art, alors que la nutrition est une science (balbutiante !). Si vous refusez, à juste titre, les injonctions autoritaires, normatives et dogmatiques dans le domaine de l’art, vous devez alors vigoureusement rejeter celles qui touchent à votre alimentation. Ce livre vous explique donc aussi comment concilier pratiques quotidiennes, culture culinaire et nature. Dans le monde de l’alimentation, les traditions sont des réformes qui ont réussi. La sagesse populaire vous apporte donc certaines recommandations, les traditions dictent certaines règles. Dans la cacophonie des oukases et ultimatums nutritionnels « modernes », des régimes amaigrissants et du comptage des calories, le sens premier du manger se perd. Sachez manger !
Le levier le plus important pour maintenir votre cerveau en bonne santé, mais aussi le plus accessible et sans doute le plus agréable, est donc votre alimentation. Pour le cerveau : que manger, quand et comment ? Le temps pour manger, le temps de manger ? Que de temps de santé (mentale ?) perdez-vous en essayant d’en gagner sur le temps du repas ! Sans oublier la considération portée au porte-monnaie, car si la santé n’a pas de prix, elle a un coût : celui des aliments ; or bien manger n’est pas nécessairement onéreux.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.