Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Culture > Littérature > La Bibliothèque de Mireille : "Manifeste pour un XXIe siècle paysan" de (...)

< >

La Bibliothèque de Mireille : "Manifeste pour un XXIe siècle paysan" de Silvia Pérez-Vitoria

samedi 31 octobre 2015

Le monde paysan souffre. Ce livre permet de comprendre les raisons de cette crise tout en ouvrant le champ de vision vers ce qui se passe dans d’autres pays, notamment en Amérique du Sud mais aussi en Europe. L’enjeu est immense car les destructions engendrées par l’agriculture industrielle sont la principale cause de la faim dans le monde. Silvia Pérez-Vitoria, spécialiste du monde paysan, soutient à travers ses livres, films documentaires et conférences un changement radical de la place du paysan dans nos sociétés. Ses analyses prennent en compte les évolutions récentes et font découvrir des formes d’organisation qui traduisent de véritables ruptures par rapport au système mondialisé.

Depuis une vingtaine d’années, les paysans du monde ne se laissent plus faire. Ils s’élèvent contre la volonté affichée par de nombreux chercheurs et politiciens de les faire disparaître pour les remplacer par des “techniciens du vivant”. Ce livre est un cri de colère contre la destruction d’un mode de vie et contre les débats et les politiques actuels sur les questions agricoles qui apparaissent de plus en plus comme des leurres. Mais il fait aussi des propositions pour cheminer vers d’autres possibles. Des ruptures avec le système dominant sont nécessaires. Ce n’est qu’en redonnant toute leur place aux paysans dans nos sociétés que l’on pourra sortir de l’impasse à laquelle conduisent l’agriculture et l’alimentation industrielles et, plus généralement, un développement économique qui fait chaque jour la preuve de son échec.

« Ce livre s’inscrit dans la suite de mes deux précédents ouvrages "Les Paysans sont de retour" (Actes Sud, 2005) et "La Riposte des paysans" (Actes Sud, 2010). Le premier rappelait les conditions dans lesquelles a été programmée la disparition de la paysannerie et les moyens utilisés par cette dernière pour survivre. Le deuxième présentait les luttes paysannes et les rapports de force en présence. Ce troisième volet de mes réflexions voudrait faire entendre l’urgence de choix de société qui passent par la nécessité de redonner toute leur place aux paysans. Les questions liées à l’agriculture ont acquis, depuis une vingtaine d’années, une nouvelle actualité. Elles alimentent débats, prises de position, politiques publiques, accords internationaux, stratégies des multinationales. Elles inspirent des pratiques nouvelles de la part de nombreuses populations dans le monde. Mais elles sont aussi l’objet d’importantes manipulations idéologiques tant la planète est devenue un champ de bataille d’intérêts économiques et politiques contradictoires. L’observation de cette guerre de position, le plus souvent invisible, qui se joue autour de la nature, de la nourriture et des pratiques culturales devrait susciter inquiétudes et même terreur. Elle se solde par des destructions, peut-être irréversibles, des morts par millions, d’innombrables blessés au sens propre comme au sens figuré. Jusqu’à quand ? Pour se maintenir, le système dominant brouille les cartes, lance des leurres, favorise certaines initiatives pour mieux les pervertir. Bien entendu, tout n’est pas manipulation, il y a aussi des collaborations, des soumissions, des fascinations, des cynismes aussi. L’urgence est là. Comment infléchir le cours de choses, comment susciter un sursaut, comment faire sentir qu’il nous faut nous ressaisir afin de réagir au mieux ? Ces interrogations, beaucoup d’acteurs se les posent et les expérimentations pour trouver des solutions sont nombreuses. »
Dans ce livre, Silvia Pérez-Vitoria dresse un bilan et évoque des solutions en quatre grands chapitres : Colères. La marchandisation généralisée de la nature. / La spoliation et la destruction des terres agricoles. / La libéralisation accrue des échanges agricoles. / Le déni et l’élimination des paysans. Impostures. Agriculture biologique et agroécologie : l’art de transformer une critique sociale en un ensemble de techniques "performantes". / De l’agriculture familiale et autres avatars. / La faim dans le monde : au-delà des chiffres. / Agriculture urbaine : la solution par les villes ?
Ruptures. Retour sur la question du développement. / L’économie contre la nature // Rompre avec la toute-puissance des sciences et des techniques. / Le mythe du consommateur. Dissidences. Retrouver des formes d’autonomie. / Reconquête des territoires ? / Paysans rebelles ! / Vers de nouvelles constructions sociales.
Silvia Pérez-Vitoria participe à la Cop 21, au sein de forums alternatifs.

L’auteur : Économiste, sociologue et documentariste, Silvia Pérez-Vitoria a réalisé des films documentaires sur les questions agricoles et paysannes aux États-Unis, en Espagne, en France, au Mexique, en Roumanie, en Erythrée, au Nicaragua… En Italie, son ouvrage Les paysans sont de retour a reçu le prix Farmers’ friend 2008 et le prix Nonino 2009. Il est également traduit en allemand et en espagnol. Aujourd’hui considérée comme l’une des meilleures journalistes spécialisées dans les mouvements paysans alternatifs du monde entier, elle collabore notamment à L’Écologiste et au Monde Diplomatique.
Mireille SANCHEZ

"Manifeste pour un XXIe siècle paysan", de Silvia Pérez-Vitoria - Editions Actes Sud. 192 p. -18 €.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.