Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Culture > Littérature > La Bibliothèque de Mireille : "N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures" (...)

< >

La Bibliothèque de Mireille : "N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures" de Paola Pigani

samedi 7 février 2015

Évoquant le camp des Alliers de 1930 à 1945, près d’Angoulême et cet épisode oublié de l’internement des Manouches lors de la seconde guerre mondiale, le premier roman de Paola Pigani est empreint d’humanité et d’une grande empathie. Un coup de maître !


Alba (Alexienne Winsterstein), résiliente Manouche aux yeux bleus, est le personnage principal de ce récit. En fait, l’auteur et la vieille Manouche ont des liens familiaux. Son frère, le gadjo, a épousé une femme du clan avec qui il a une fille. C’est par sa nièce que Paola Pigani découvre l’existence de ce camp et rencontre la grand’mère Manouche. Contraint par un décret qui interdit la libre circulation des nomades, les Manouches considérés comme dangereux par la Kommandantur d’Angoulême, vont être rassemblés dans le camp des Alliers. Alba a alors quatorze ans, elle passera six longues années dans cet enfermement sans horizon. Quand les roulottes des manouches sont mises à l’arrêt, c’est leur maison qui leur est volée. La liberté, l’intimité, les chevaux, les chants, les feux qui réchauffent et rapprochent, tout est balayé dans ce camp de misère et d’oubli. Ces gens-là dérangent. Les odeurs, la malnutrition, les toilettes écœurantes, toujours débordantes, l’absence de soins, le manque de tout, de nourriture, de chaleur, de vêtements, c’est dans cet univers si loin de son histoire qu’Alba grandit sans cesser d’observer. Et dans cet espace et ce temps suspendus, Alba deviendra femme puis mère. « N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures », dit le proverbe Manouche car on n’entre pas impunément chez eux, ni dans leur présent ni dans leur mémoire. L’auteur nous invite sur la pointe des pieds (nus) à partager une tranche de vie volée, une page d’histoire oubliée rendant à toute une communauté, le temps d’un livre et de souvenirs, une parole libre et une âme fière.
Extrait : "On ne leur a jamais pris la lune et les étoiles. Même s’il faut braver le couvre-feu pour sortir sous la nuit, se perdre dans le ciel. Silvère souvent l’accompagne dehors, la prend par la taille. Il la soulève et lui dit : - Touche le ciel. Tu es la seule à savoir. Alors elle tend les bras, enfantine, avant de serrer la tête de son Cherok, comme elle le surnomme, contre sa poitrine. Ils s’aiment parfois debout dans le noir, s’inventent des nuits intimes loin du chœur envahissant des autres. Et toute la folie du monde tombe à leurs pieds dans le fatras de leurs vêtements fatigués. Cette nuit Alba rêve encore de ce champ immaculé que leur roulotte traverse à une vitesse folle. Le cheval vole, la neige vole. Elle est seule cette fois sous la bâche. Elle est seule et rit à perdre haleine…"
L’auteur : Paola Pigani a grandi en Charente dans une famille nombreuse d’origine italienne. Elle y rencontre la communauté manouche et en particulier une femme ayant été internée au camp des Alliers. Cet épisode méconnu de l’histoire française lui inspire son premier roman. Poète et nouvelliste, Paola Pigani vit aujourd’hui à Lyon où elle partage son temps entre l’écriture et son travail d’éducatrice.
Mireille SANCHEZ
« N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures » de Paola Pigani - Éditions Liana Levi - collection Piccolo - 215 pages -9,50 €

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.