Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Culture > Littérature > La Bibliothèque de Mireille : "Qu’est-ce qui fait courir Julia Verdi ?" de (...)

< >

La Bibliothèque de Mireille : "Qu’est-ce qui fait courir Julia Verdi ?" de Geneviève Lefebvre

dimanche 10 mai 2015


C’est l’histoire d’une working girl égocentrique qui va rencontrer l’homme de sa vie quand elle ne s’y attendra plus (c’est toujours comme ça) ou bien c’est l’histoire d’une "Fille" qui rencontre un "Garçon", ou bien les deux ! En fait, tous les ingrédients sont réunis pour une histoire ordinaire : la jeune cadre qui perd son temps à courir, un premier amour lâchement abandonné, l’adorable voisin homosexuel, l’herbe que l’on croit toujours plus verte ailleurs… Mais voilà qu’un soir, l’incrédule Julia croise les yeux noirs d’une jeune chienne abandonnée au coin d’une ruelle. L’arrivée pile-poil de l’attachante et joyeuse boxer, qui saura se faire adopter, va évidemment changer sa maîtresse, au cœur. D’amours de passages voués à la rupture, de remises en causes par la grâce d’une bouteille de bon vin, de promenades au parc et de remise en forme pour courir après sa chienne, l’insupportable et agaçante Julia cesse de tourner en rond pour lever les yeux sur le monde qui l’entoure et faire enfin "LA" rencontre, l’improbable, l’inattendue. Mais quoi, un homme accompagné (d’une petite fille) et de son "Garçon" ne peut être qu’un signe de la providence… Une histoire banale ? C’est sans compter sur l’humour contagieux de l’auteur, son style entraînant et l’autodérision de ses personnages. Un bon roman sémillant, à lire en souriant, qui nous rappelle que la vie peut nous donner bien des leçons… canines !
Extrait : "Je n’ai pris aucune résolution. Je me suis levée le matin. Je suis sortie prendre le café dehors, moitié arabica, moitié sel. J’ai escaladé les dunes, un livre à la main, la jupe au vent, et Fille sur les talons. Je l’ai regardé courir après les vagues, infatigable et insolente comme une fille qui ne cherche pas à plaire. Cette chienne a passé des heures à enterrer des bouts de bois de grève, ses trésors, puis à la chercher en grattant le sable, avec la même patience déterminée. Acharnée, même. Et du même souffle, sans hésiter, elle a quitté l’œuvre de tout un après-midi à la seconde où j’ai sorti un sandwich au fromage de mon sac pour le manger en marchant le long de la grève. Mais tu as travaillé si fort pour ton bout de bois, Fille. Elle lève la tête vers moi, tout en sourcils arqués, en gueule affamée et en foulée joyeuse. Hein ? Qu’est-ce que tu dis ? Travaillé fort ? Quel bout de bois ?
Il y aurait long à dire sur la capacité de quitter un chantier sur lequel on a tant besogné pour suivre le premier sandwich au fromage qui passe. La ténacité est une belle qualité. Savoir reconnaître que l’occasion qui passe sera facile à saisir et meilleure en bouche est un don. Ma chienne est douée, et sa façon d’attraper le bonheur au vol et de l’engloutir d’un coup de mâchoire magique m’enchante. (…)
J’ai lu. Un livre par jour. Du sable plein les fesses, j’ai tourné des pages gondolées par les embruns, tachées de crème solaire et de jus de pêches mûres, n’en levant le nez que pour m’éblouir de la mer. Ou du poil lustré de ma chienne qui ronflait sur la serviette à mes côtés. Et quand je les avais terminais, je laissais les livres au bout du bar chez Claudie, univers sur papier pour lecteurs inconnus. Le lendemain, les livres avaient disparu, recueillis comme j’avais recueilli Fille, un soir de novembre. Il n’y a que les livres ou les chiens que l’on puisse adopter ainsi."
L’auteur : Réalisatrice, traductrice, auteure et scénariste chevronnée, Geneviève Lefebvre a abondamment écrit pour la télévision. Depuis juin 2006, elle est auteure, conceptrice et productrice du blog de fiction et d’opinion "Chroniques blondes", dont la qualité des textes lui a valu deux nominations aux Canadian Blog Awards 2010. "Je compte les morts", son premier roman, publié en 2009, a été finaliste du prix littéraire France-Québec et du prix Arthur-Ellis. Son deuxième roman, "La Vie comme avec toi", a remporté le prix Coup de cœur du club du polar de la bibliothèque Mathilde-Massé. Elle a également fait paraître à l’automne 2013 "Dis oui" (sous le pseudonyme "Blonde"), dans la collection "Expression rouge" des éditions canadiennes Libre Expression. Qu’est-ce qui fait courir Julia Verdi ? est son quatrième roman.
Mireille SANCHEZ
"Qu’est-ce qui fait courir Julia Verdi ?" de Geneviève Lefebvre. Éditions NiL - 288 pages -19 €

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.