Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives


Accueil > Culture > Littérature > La Bibliothèque de Mireille : "Visages et paysages du cœur du Maroc, carnets (...)

< >

La Bibliothèque de Mireille : "Visages et paysages du cœur du Maroc, carnets de voyages" de Jaouad Mdidech

dimanche 4 juin 2017

L’essentiel de cet ouvrage reproduit les reportages publiés par l’auteur dans l’hebdomadaire marocain La vie économique. A travers la variété des paysages marocains, où la rudesse de la vie côtoie la simplicité d’une population pauvre mais digne, l’auteur nous brosse quelques portraits d’un Maroc pluriel, où le legs du judaïsme est encore tenace. Il nous dévoile le Maroc profond, où l’eau est de plus en plus rare, où l’école est désertée par les filles, où le béton prend la place du pisé, mais où l’électrification est quasi généralisée et les moyens de communication de plus en plus envahissants.


C’est de voyage dont il s’agit : voyage au cœur du Maroc en ce début de 21e siècle. L’auteur, Jaouad Mdidech, nous invite à découvrir ses hautes montagnes de l’Atlas et du Rif, ses vallées, son désert, ses lacs, sa mer, son arganier ressuscité, ses moussems, ses sanctuaires musulmans et juifs… Voyage pittoresque, qui commence à la saveur d’une medfouna à Rissani, à la porte du désert infini. Pause à la fraîcheur de la palmeraie avant le périple jusqu’aux dunes Chgaga, point de rencontre des voyageurs. C’est à ce moment-là que l’on oublie l’autre monde, celui de la "civilisation", la ville et ses bavardages, la cupidité de ses hommes… Le Haut Atlas. Le sommet du Djebel Toubkal, "Adrar n’Dern". Et nous voilà fouler le sommet après quatre heures d’escalade. Quelle joie ! Nos pieds raidis par l’effort et la fatigue, ne supportent plus nos corps, mais la beauté du ciel infini, à portée de main, et de l’étincelant soleil matinal éblouissant nos rétines, nous fait oublier l’épreuve. Étape à l’Ourika. Une vallée pauvre en ressources et vulnérable face aux crues dévastatrices. Mais aussi sanctuaire juif et haut-lieu de pèlerinage des juifs de la province du Haouz. Arrêt dans la forêt d’Aït Bou Oulli… l’abattage clandestin continue de plus belle, les camions viennent pendant la nuit transporter le bois, au détriment des intérêts de la population et au grand dam des férus de l’écotourisme. Le voyage se poursuit à Demnate, mémoire du judaïsme marocain. Autre jour, autre étape : Oukaïmede ou grandeur et décadence d’une station de ski. Et puis arrêt à Dayet Aoua, au bord d’un lac. Et puis encore, Moulay Yacoub, l’impérissable source thermale. Autre voyage, dans le Souss : Taroudant-Agadir, où l’arganier est ressuscité. Des kilomètres de champs d’oliviers, d’orangers et de cultures sous serres défilent sous nos yeux… Mais ce sont les arganiers dont ce coin du pays regorge qui font la fierté des hommes du cru. Véritable arbre de vie, pour l’homme et pour l’animal, arbre centenaire, résistant à l’usure du temps, aux aléas du climat et à la cupidité des hommes et du bétail. Autre décor : Issaguen où l’on ne vit que du kif… Trois heures de marche (…). On y est. Un paysage à couper le souffle – ce qui en reste du moins – s’offre à notre regard. En haut, les montagnes de Ketama s’étendent à perte de vue. Au loin, Issaguen n’est qu’un minuscule point au milieu des champs. Là-haut, il n’y a pas âme qui vive, que des corbeaux et autres rapaces, ailes toutes déployées dans le ciel, à l’affût d’une charogne. Et çà et là, des plaques de neige glacée qui fondront bientôt sous le soleil et iront alimenter la nappe phréatique et l’oued Ouergha. Presque la fin du voyage. Dakhla, la championne de la glisse… Enfin Casablanca, où les rues parlent. Casablanca, Dar El Beida, mégapole, peuplée en ce début de siècle de quelques 5 millions d’âmes, palpite au rythme d’une riche histoire. Elle est racontée par l’architecture de ses édifices, mais aussi par les dénominations de ses places, ses rues et ses grandes artères, qui renvoient, par le chapelet des signifiants qu’elles égrènent, à plusieurs époques historiques.
Ce carnet de voyage se referme. "Visages et paysages du cœur du Maroc" de Jaouad Mdidech est un récit à savourer, à partager avec l’auteur qui révèle des particularités méconnues de sites marocains emblématiques. Un livre qui va à la rencontre des lieux et de leurs mémoires, des femmes et des hommes qui les habitent, les animent. Il révèle aussi tous ceux qui s’associent avec pour seul objectif : garder leur vitalité à ces paysages et leur dignité à ces visages.

Mireille SANCHEZ

"Visages et paysages du cœur du Maroc, carnets de voyages" de Jaouad Mdidech. Éditions L’Harmattan. 147 pages. 16,50 €.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.