Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives


Accueil > Culture > Littérature > Le Coin Lecture de Régine : "Le Grand Livre de notre alimentation" avec 25 (...)

< >

Le Coin Lecture de Régine : "Le Grand Livre de notre alimentation" avec 25 experts de l’Académie d’agriculture de France.

vendredi 4 octobre 2019

Savoir démêler le vrai du faux en matière de nourriture devient indispensable tant les informations sont nombreuses et souvent contradictoires. Pour y parvenir, vingt-cinq experts de l’Académie d’agriculture de France prodiguent leurs conseils et préceptes dans "Le Grand Livre de notre alimentation".


Quelle nourriture faut-il mettre dans nos assiettes pour éviter obésité, cholestérol, allergie ou maladie ? Que penser des boissons, eaux, vins et autres sodas ? Comment allier plaisir et raison, gourmandise et sobriété ? Autant de questions auxquelles vingt-cinq experts tentent de répondre dans "Le Grand Livre de notre alimentation". Il ne s’agit pas d’un ouvrage supplémentaire sur ce sujet déjà largement abordé dans les médias, mais d’informations utiles pour lutter contres les idées reçues ou les courants diététiques du moment. Les auteurs sont des spécialistes de domaines variés mais complémentaires : biologie, médecine, neurotoxicologie, hygiène alimentaire, gastronomie moléculaire… Un panel d’expertises, d’observations et de conseils distillés dans des chapitres clairement identifiables.
Ces experts de l’Académie d’agriculture de France répondent à cent questions que nous nous posons régulièrement. Chaque groupe d’aliments (œufs, viandes, poissons, légumes ou fruits) est étudié tout comme les moyens de conservation, le sucre, les céréales ou les compléments alimentaires. Ce livre est un excellent outil pour prendre conscience des risques, mais également pour nous rassurer : un bon repas peut encore être excellent pour la santé, à condition de le cuisiner avec des produits respectant autant notre corps que la planète. Un guide complet pour manger mieux sans dépenser plus, en conservant le plaisir gustatif sans pour autant culpabiliser devant notre assiette.

Régine ZOHAR

"Le Grand Livre de notre alimentation" avec 25 experts de l’Académie d’agriculture de France. Éditions Odile Jacob. 416 p. 23.90 €.

Extrait :
Bref, ce livre n’est pas une simple nouveauté d’édition sur l’alimentation ; c’est un événement : le point de vue de vingt-cinq académiciens qui, ensemble, construisent une vision indépendante, experte bien sûr, claire, raisonnée, et, nous l’espérons, aussi passionnante que possible de l’alimentation. Passionnante, car il s’agit de gastronomie au sens le plus noble du terme : tous les savoirs doivent être convoqués pour comprendre ce que nous mangeons. On ne peut pas s’arrêter à un mouvement des mâchoires, car nous mangeons aussi de la culture. Par exemple, le « bon », c’est le beau à manger, ce qui convoque des analyses esthétiques, donc de la philosophie. Mais, avec le bon, il y a aussi la question de la sécurité sanitaire des aliments, et il faut de la nutrition et de la toxicologie pour comprendre. Puis nous ne mangeons pas des ingrédients, mais des aliments, des mets : il faut de la technologie alimentaire, mais, aussi, de la gastronomie moléculaire. Et l’on n’oublie pas la sociologie, l’économie, la microbiologie ni l’agronomie. (…)
Les peurs alimentaires n’ont jamais été aussi fortes puisqu’en 2016, 74 % des consommateurs pensent que l’aliment présente des risques importants pour leur santé, contre seulement 55 % en 1995. Les inquiétudes portent sur les pesticides, herbicides et insecticides pour les produits végétaux, et sur les antibiotiques et des modes d’élevage pour la viande. Ce sont les consommateurs les plus éduqués qui sont les plus inquiets et changent de comportements alimentaires. Le bien-être animal (provenant des valeurs du nord de l’Europe) et la recherche de produits préservant la planète sont en hausse dans les classes supérieures. Avec la reprise économique, en 2016, la nutrition est de nouveau au cœur de toutes les attentions. Le consommateur sait faire attention à sa santé tout en se faisant plaisir. Pour les leaders d’opinion, l’aliment idéalisé est issu de l’agriculture biologique, qui revêt tous les facteurs de réassurance : associé à un meilleur goût, bon pour la santé, naturel et local. La question des transports des marchandises et de leur impact sur la production de gaz à effet de serre est ainsi posée, comme celle de la consommation de viande et de son impact sur l’environnement. Ce sont les plus diplômés qui vont les premiers diminuer leur consommation de viande rouge et acheter des produits issus de l’agriculture biologique, naturels, sains, de saison ou locaux. La question de la distinction au travers de nouvelles façons de manger est alors posée.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.