Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Ailleurs > Le cri du cœur de la CFE-CGC : « Ne m’appelez plus jamais EADS (...)

< >

Le cri du cœur de la CFE-CGC : « Ne m’appelez plus jamais EADS »

jeudi 1er août 2013

La CFE-CGC EADS prend acte des informations données dans la matinée du mercredi 31 juillet aux représentants du personnel, concernant la réorganisation du Groupe EADS. En attendant les réunions prévues en septembre dans les différentes entités, qui devront détailler le projet, « de nombreuses questions restent en suspens », estime le syndicat. « En quoi une structuration civil / militaire est-elle plus efficace que la classique structuration Aéronautique / Espace / Défense ? Quelles sont les synergies attendues au sein de la nouvelle entité Défense et Spatial, entre les satellites, les avions militaires, les drones, les lanceurs ? N’y a-t il pas risque d’une perte de synergies dans les activités aéronautiques, du fait de la séparation entre avions civils et avions militaires ? », s’interroge la CFE-CGC.
Le syndicat observe aussi que cette nouvelle organisation porte en elle « un objectif répété et affirmé d’augmentation de la rentabilité économique (10 % d’EBIT en 2015) ». « Tout syndicaliste normalement constitué sait ce qui se cache souvent derrière le mot "synergie"... », ironise l’organisation syndicale. Et de s’interroger à nouveau : « En quoi cette réorganisation anticipe-t elle l’avenir dans le cadre de la baisse des budgets de défense en Europe ? Quelle suite purement française l’Etat pourrait être tenté de lui donner ? Quels sont les avis des états actionnaires face à cette réorganisation potentiellement porteuses de "synergies" ? »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.