Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Culture > Littérature > Les Accidents médicaux, 3e cause de mortalité en France !

< >

Les Accidents médicaux, 3e cause de mortalité en France !

dimanche 3 mars 2019

Les Accidents médicaux, 3e cause de mortalité en France ! le nouveau livre coécrit par notre consœur Mireille Sanchez et par Maître Pascal Consolin, avocat aux barreaux de Marseille et Paris.


Quatre cent cinquante mille accidents médicaux par an en France, la médecine blesse. Cinquante mille morts des suites d’un accident médical, la médecine tue. Chiffres épouvantables qui hissent les accidents médicaux dans le tableau de l’absurde à la 3e place des causes mortelles en France. Les accidents médicaux sont, à juste titre, vécus comme un drame pour la victime venue chercher des soins de guérison ou de confort, et comme un échec de la médecine à son encontre. L’accident médical est brutal, non seulement la réparation ou le rétablissement attendu n’est pas au rendez-vous, mais le résultat est pire encore. L’accident médical est (toujours) grave : physiquement, il porte atteinte à l’intégrité physique de la victime, psychologiquement il heurte de plein fouet, remettant en cause les attentes et la confiance placées dans un médecin, un service hospitalier ou un protocole de soins. Souvent, il provoque chez la victime une profonde désillusion sur la médecine et sa capacité à la soigner. Pourtant peu de victimes demandent réparation, sans doute aussi parce que le parcours pour ce faire est complexe, long ou trop éprouvant. C’est tout l’objet de ce livre, véritable manuel à l’usage des victimes et de leurs proches, écrit par une journaliste victime de deux accidents médicaux et un avocat spécialisé en dommages corporels. Ce livre présente, entre autres, les instances concernées, informe sur la loi qui s’y rapporte, renseigne sur l’expertise médicale, explique l’intérêt du dossier médical, évoque le rôle et l’importance de l’avocat spécialisé et du médecin-conseil. Et s’il ne répond pas à toutes les questions que vous vous posez, il souhaite vous guider dans une démarche que vous voudriez envisager pour obtenir réparation.
Michel CAIRE

Les Accidents médicaux, 3e cause de mortalité en France !
Auteurs : Mireille Sanchez & Pascal Consolin
Parution février 2019. Format 15x21. 220 pages. ISBN 978-2-956163-0-6. 15 €
Points de vente à Marseille : Librairie Mautpetit (sur place et en ligne)
Librairie La Touriale (sur place) et Librairie des Facultés (sur place)
ou contacter directement Mireille Sanchez (15 € + 6 € frais envois)

Messages

  • Suite à un malaise dans le métro, j’ai été transporté aux urgences de la conception à Marseille. Sous perfusion un personnel médical m’a dit m’injecter un médicament.Au même instant j’ai crié "je meurs" et je suis partie dans un autre monde... Quand j’ai émergé j’ai entendu une infirmière qui me demandais pourquoi je m’étais arrêté de respirer.Au moins 6 personnes et + autour de mon lit moi,la tête en bas, les pieds en l’air.Depuis impossible d’obtenir un compte rendu exact de l’épisode, ni pouvoir connaître le médicament injecté. Allergique, je ne sais comment obtenir la vérité, et le nom du médicament injecté dans me demander mon accord.

  • Bonjour,
    je n’ai pas lu le livre ,je ne sais pas si vous évoquez le problème des experts médicaux .je suis victime d’un chirurgien qui a provoqué, en 2006, lors de sa pose de prothèse hanche, une inégalité de mes membres de plus de 2 cm et une paralysie à 80% du nerf sciatique poplité externe. J’ai subi 2 expertises ,l’une amiable et l’autre judiciaire demandée au vu de la première . J’ai présenté les preuves indiscutables de toutes les fautes du chirurgien et les ai prouvées à partir de l’expertise même de l’expert judiciaire .J’ai aussi mis en exergue toutes les falsifications du dossier médical .
    C’était sans compter sur la personnalité malhonnête des experts et de tous les médecins qui se doivent soutien devant l’adversité- la victime.
    Une double victime dépitée et ruinée.
    Il existe au sein de l’institution judiciaire deux médecins experts qui ne présente pas les qualités requises pour être expert :
    Le premier a rédigé en 2009 son rapport d’expertise dédouanant son confrère alors qu’Il venait d’être radié ,en 2008, définitivement de la liste des médecins autorisés à exercer en Angleterre .En l’espace de 2 semaines ,il a raté 9 interventions sur 15 .Depuis cette condamnation, En France, il ne pratique plus la chirurgie, et travaille dans le département médico judiciaire de l’Hotel Dieu.Actuellement expert judiciaire en cassation.
    Le deuxième ,un chirurgien spécialiste de la main ,a accepté de donner son avis sur la pose de prothèse de hanche qu’il ne pratique jamais.Ce qui a peu d’importance puisqu’il s’est donné pour mission de défendre les mis en cause .Le 3 décembre 2005, en tant qu’expert, lors d’un congrès auprès de médecins catholiques à Reims ,il a exprimé sa désapprobation totale de la judiciairisation de la médecine et l’a prouvée dans son rapport. Il a rédigé son rapport â partir de mon argumentaire mais en dédouanant le chirurgien d’une de ses fautes’ il a apporté la preuve de toutes les autres.

    Ce 5 novembre 2019, la juge vient, malgré toutes les preuves de fautes et les antécédents des médecins ,de dédouaner le chirurgien et de me condamner aux dépens et leur payer 1000€ (X3).
    Un livre sur le système institué par les médecins voyou et sur le recrutement des experts...
    Une décision collégiale est nécessaire et indispensable pour sauver les double- victimes de la médecine et de la « justice ».
    Cordialement.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.