Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Méditerranée > Rive Sud > Libre expression du Pr Hagay Sobol : "La mort des enfants, un crime contre (...)

< >

Libre expression du Pr Hagay Sobol : "La mort des enfants, un crime contre l’avenir"

mardi 1er juillet 2014

Ce que l’on redoutait de pire est arrivé. Gilad 16 ans, Naftali 16 ans et Eyal 19 ans ne rentreront plus jamais chez eux. Leur avenir, toutes les belles promesses qu’ils représentaient, ont été fauchés à jamais.

« En écrivant ces lignes… »

En écrivant ces lignes, j’ai les larmes aux yeux en imaginant les derniers instants de ces enfants innocents, la souffrance des parents et le vide incommensurable qu’ils vont laisser derrière eux.

En écrivant ces lignes, j’éprouve un sentiment d’horreur tant cet acte abjecte est étranger à tout ce que l’on nous a enseigné sur la valeur de la vie.

En écrivant ces lignes, j’éprouve un sentiment de révolte envers ceux qui trouvent toujours de bonnes raisons pour justifier qu’en certains endroits, les enfants représentent des cibles légitimes.

En écrivant ces lignes, la colère me gagne en repensant à ceux qui n’ont condamné qu’à demi-mot cet enlèvement et qui ainsi ont contribué à sceller le destin des trois adolescents.

En écrivant ces lignes, je sens monter aussi la haine. La haine envers les assassins. La haine envers ceux qui ont transformé ces jeunes gens en monstres en leur inculquant depuis l’école maternelle que « la mort est plus douce que la vie ». La haine envers ceux qui font si facilement commerce de la vie d’autrui en restant bien prudemment en retrait.
Enfin, j’ai de la haine pour tous ceux qui font naitre en moi ce sentiment dégradant et sans appel.

Et maintenant ?

Face à une telle horreur nous devons condamner unanimement et sans équivoque ces assassinats. Tous sans exception ! Car si l’on se dit démocrate, alors nos valeurs sont incompatibles avec celles des meurtriers et de leurs donneurs d’ordres.

Mais la condamnation seule ne suffit pas. Il faut combattre les « fauteurs de haine » et les empêcher de nuire partout où ils se trouvent, là-bas et ici en France. Car on ne peut pas faire de compromis avec la terreur au risque de la voir se renforcer et de nous submerger en se frayant un chemin partout où elle trouvera une faille.

Messages

  • Merci de ce magnifique texte au Professeur Hagay Sobol auquel on ne peut qu’adhérer :
    "Face à une telle horreur nous devons condamner unanimement et sans équivoque ces assassinats. Tous sans exception ! Car si l’on se dit démocrate, alors nos valeurs sont incompatibles avec celles des meurtriers et de leurs donneurs d’ordres.

    Mais la condamnation seule ne suffit pas. Il faut combattre les « fauteurs de haine » et les empêcher de nuire partout où ils se trouvent, là-bas et ici en France. Car on ne peut pas faire de compromis avec la terreur au risque de la voir se renforcer et de nous submerger en se frayant un chemin partout où elle trouvera une faille."

    Les intérêts de la France sont bien souvent complexes, et la coupe de monde du foot a monopolisé toutes tes ondes hier soir : était-ce vraiment si important pour que pas un mot qui aurait pu assombrir cette liesse n’ait été prononcé, que la mort de ces enfants soit tue ?
    est-ce là notre sens de la dignité ?

    N’oublions pas que la France est quand même un pays marchand d’armes :
    - qui se demande qui sont ses clients et ce que ceux-ci font des armes qu’ils achètent, que ce soit avions de combat ou autre ?
    - comment se fait-il que la chaine du Quatar ait été la première à donner l’information ?

    "Il faut combattre les « fauteurs de haine » et les empêcher de nuire partout où ils se trouvent, là-bas et ici en France" : leur apprendre à lire surtout dans des livres qui ne prônent pas la desruction d ’Israël, ce serait déjà un début.

  • Dans Ce résumé Hagay Sobol a tout dit et écrit , on se recueille et on souffre avec les familles... Que faire contre des êtres abjectes, des tueurs d’enfants, on se sent si démunis... Comment agir pour montrer notre révolte ? Ces enfants sont ceux de toute notre communauté... Comme une mère je les pleure... en pensant à leurs familles. Comme un être humain ma haine, ma rage contre les assassins ne fait que décupler.... Je ne suis pas fière des sentiments de colère que ces monstres font naître en moi.. Mais je ne trouve pas de meilleur réponse...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.