Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Ailleurs > Sciences > Marseille : Nuit européenne des chercheur.e.s l’art de la narration du conte (...)

>

Marseille : Nuit européenne des chercheur.e.s l’art de la narration du conte aux fake news...

samedi 29 septembre 2018

JPEG - 109.4 ko
(Photo Mireille Bianciotto)

C’est au Dock des Suds à Marseille, ce vendredi soir, que s’est déroulée "La Nuit européenne des chercheurs" Une centaine de chercheurs, toutes les disciplines confondues, ont rencontré le public afin de partager leurs histoires de recherche au travers de récits, de jeux, de mises en scène, d’énigmes et d’anecdotes.

JPEG - 161.5 ko
(Photo Mireille Bianciotto)
JPEG - 171.7 ko
(Photo Mireille Bianciotto)

Après deux éditions en 2016 et 2017 qui ont réuni chacune plus de 2 000 personnes, l’art de la narration a été mis à l’honneur cette année avec le thème « 1001 histoires ». Le public a pu ainsi découvrir des histoires de recherche sous toutes les formes : parcours immersif inspiré d’un célèbre conte, ciné-sciences avec séance 3D, jeu vidéo expérimental pour découvrir le travail d’un anthropologue, histoires contées dans le noir, atelier pour décrypter les fake news...

JPEG - 95.7 ko
(Photo Mireille Bianciotto)

Une Boîte à histoires s’ouvre par un sas éclairé où deux conteurs, dont Jean Guillon, accueille le public … avec une histoire, bien sûr !

JPEG - 125 ko
Cédric Parizot (Photo Mireille Bianciotto)

Cédric Parizot, 47 ans est chargé de recherche au CNRS. Anthropologue du politique à l’institut de recherche et d’étude sur le monde arabe et musulman à Aix-en-Provence. Il étudie depuis une vingtaine d’années les espaces israélo-palestiniens et s’intéresse plus particulièrement aux mobilités et frontières dans ces espaces. Il a présenté ce vendredi un jeu vidéo, A crossing industry, au croisement de la recherche et de la pratique artistique, élaboré avec deux artistes de l’École supérieure d’art d’Aix-en-Provence, dans lequel les visiteurs ont pu se mettre dans la peau d’un ethnologue parti enquêter...


A l’étage, loin des vraies histoires de la recherche, il y a les fausses informations ou « fake news » du « Bureau de désinformation », un espace double où le public est d’abord invité à démêler le vrai du faux puis à en débattre avec des chercheurs comme Céline Caravagna, 30 ans, post doctorante à l’institut de neuroscience de la Timone à Marseille. L’idée de cet atelier est de permettre d’apprendre au public à « discerner le vrai du faux et penser en terme critique » face aux affirmations du quotidien. A l’heure d’internet et des fake news, le projet prend évidemment tout son sens en matière de médecine...

Propos recueillis par Mireille BIANCIOTTO

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.