Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Culture > Théâtre > Marseille. On a vu au Gymnase - une machine de guerre théâtrale nommée "Le (...)

< >

Marseille. On a vu au Gymnase - une machine de guerre théâtrale nommée "Le prénom" dans une nouvelle production

jeudi 16 janvier 2020

JPEG - 115.5 ko
Lilou Fogli et Florent Peyre dans "Le Prénom" (Photo Bernard Richebé)

Une pièce de Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière c’est une machine de guerre. Les mots claquent, (pas un de trop), les phrases fusent, les répliques font mouche et la surprise constante. On n’entend jamais ce que l’on avait imaginé entendre. Aucun comique de répétition non plus. Du brut de chez brutal, comme aurait dit Audiard. Phénoménal travail d’écriture, innovation, psychologie très fine des personnages on se régale et on en redemande. Et parmi toutes les réussites de ce duo de fines gâchettes de la dramaturgie française il y a bien entendu « Le prénom ». Preuve que c’est une grande pièce elle permet de nouvelles interprétations, et captive autant aujourd’hui que lors de sa création le 7 septembre 2010 au Théâtre Édouard VII dans une mise en scène de Bernard Murat. « Bis repetita placent », serait-on tentés de dire…. la pièce revenant en tournée nationale dans une distribution nouvelle avec toujours Bernard Murat aux commandes et un décor construit par Nicolas Sire. Dans un théâtre du Gymnase de Marseille archicomble où la pièce sera donnée jusqu’au dimanche 19 janvier inclus, revoilà donc Vincent Larcher, futur papa et narrateur d’une crise familiale provoquée par le fait qu’il prétend que son fils à naître se prénommera Adolphe. « Comme Hitler », lui lancent Élisabeth et Pierre qui l’ont reçu à dîner en compagnie d’Anna qui porte son enfant. Sous l’œil dépité d’ailleurs de Claude l’ami d’enfance d’Élisabeth que tout le monde pense être homosexuel et qui en fait vit avec la mère de Vincent et Élisabeth, sans que ceux-ci ne s’en doutent un instant. Les masques qui explosent et l’idée que « l’enfer c’est les autres » voilà deux des thèmes de cette comédie virevoltante joyeuse et grave. De nouveaux acteurs donc.

Jonathan Lambert…. proche de Louis de Funès

Grimaçant, agité, rempli de tics, gesticulant, colérique et enfant gâté Jonathan Lambert qui incarne Pierre Garaud est absolument phénoménal. Sous bien des aspects il rappelle (et c’est un compliment) le grand Louis de Funès lorsqu’il jouait « La valse des toréadors ». A ses côtés Florent Peyre qui joue Vincent fait oublier Patrick Bruel et par son jeu sans cabotinage rend son personnage bouleversant d’authenticité et de fragilité. Matthieu Rozé dans la peau de Claude nous touche au plus haut point. Lilou Fogli qui vient d’écrire le film tourné par son époux Clovis Cornillac qui sortira fin 2020 campe une Anna plus solide que celle jouée par Judith El Zein lors de la création de la pièce et dans le film. Juliette Poissonnier étonnante dans le film « Ni une ni deux » tourné en partie à La Roque d’Anthéron se signale par son côté Anémone dans « Le Père Noël est une ordure » l’aspect culturel en plus. On peut simplement regretter (choix de mise en scène) le débit mitraillette qu’elle utilise lors du monologue final de Babou qui après avoir parlé à sa mère au téléphone pète littéralement les plombs en expliquant à son mari qu’il pourrait s’excuser pour toutes les crasses qu’il lui a faites. On entend un mot sur deux et du coup la longue tirade perd de sa force. C’est un maigre défaut tant l’ensemble cohérent fait mouche. Oui « Le prénom » supporte d’être vu par une autre troupe de comédiens.
Jean-Rémi BARLAND
"Le prénom" avec Florent Peyre, Jonathan Lambert, Juliette Poissonnier, Matthieu Rozé, Lilou Fogli au au Théâtre du Gymnase de Marseille jusqu’au 18 janvier à 20h. Le dimanche 19 janvier à 15 heures avec - Plus d’info et réservations : Lestheatres.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.