Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Méditerranée > Echanges > Méditerranée du futur : un acte III qui a mis l’investissement au cœur des (...)

< >

Méditerranée du futur : un acte III qui a mis l’investissement au cœur des enjeux (1/3)

mercredi 27 novembre 2019

Dans le cadre de l’Acte III de Méditerranée du futur, Renaud Muselier, président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, président de Régions de France, a reçu au Palais du Pharo plus de 35 délégations et pays méditerranéens et européens. Plus de 1 000 personnes ont participé à cette journée dédiée aux investissements en Méditerranée, où 40 porteurs de projets ambitieux pour les deux rives, ont été mis à l’honneur sur différentes thématiques : les grands projets d’infrastructures, des projets de jeunes entreprises innovantes, des projets territoriaux et de coopération. Autour d’ateliers, ils ont pu présenter leur projet à plus de 60 investisseurs pour trouver des solutions de financement. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères a rendu hommage aux 13 militaires français morts au Mali.

JPEG - 133.9 ko
Renaud Muselier, Jean-Yves Le Drian et Nasser kamel pour le Futur de la Méditerranée (Photos Robert Poulain)

C’est avec émotion que Jean-Yves Le Drian et Renaud Muselier, ont rendu hommage aux militaires morts au Mali. « Tristesse et recueillement après la mort en opération de 13 de nos militaires lors d’un terrible accident au Mali. Engagés dans la lutte contre le terrorisme, ils accomplissaient une mission essentielle à notre sécurité. Mes pensées vont à leurs familles et à leurs frères d’armes », déclare le ministre. Et c’est après une minute de silence qu’il évoquait l’acte III de la Méditerranée du futur : « C’est ici que nous inventons ensemble la Méditerranée du futur, d’acte en acte ». Rappelle qu’il a été question la première année de transition écologique, la deuxième de la jeunesse et, ce 3e acte d’une pièce qui devrait en compter nombre d’autres. Rappelle que « la scène marseillaise s’est dédoublée avec le Sommet des deux rives. Un événement que j’avais appelé de mes vœux voilà deux ans et qui a été ouvert en juin dernier par le Président de la République ». Il formule le souhait de « conforter les complémentarités entre le Sommet des deux rives et la Méditerranée du futur ». Un Sommet appelé à se dérouler dans des pays différents, sur les deux rives, mais il considère qu’il faut « un point fixe », préconisant les rencontres de la Méditerranée du futur « pour suivre l’état d’avancement des projets ». Jean-Yves Le Drian souhaite voir « des concrétisations ». Il se prononce enfin en faveur de l’ouverture des Sommets des deux rives aux « élus régionaux qui sont des acteurs majeurs ».

Intervention de Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères

« Par les fracas de l’histoire, les tumultes de la vie des hommes, Marseille a tout connu, et en même temps tout reçu. Frappée aussi souvent par la peste que par la grâce, majestueuse, stupéfiante et diverse, cette cité magique a gardé en héritage une ouverture naturelle à sa mer, la Méditerranée, ce bassin de vie, d’histoire et d’espoir unique dans le monde », déclare Renaud Muselier. Pour lui, Marseille en tire une richesse fondamentale : « Celle des hommes, venus de partout, et surtout d’ailleurs, ils donnent à cette ville ce reflet si particulier. Ces hommes et ces femmes composent une mosaïque exceptionnelle, la capitale régionale, l’un des noyaux de la Méditerranée. Ces hommes et ces femmes composent Marseille ». Il en vient à l’acte III de la Méditerranée du futur : « Nous avons réussi à inscrire dans la durée ce rendez-vous important. Important, parce qu’il met en œuvre la diplomatie des territoires. Une diplomatie proche des peuples de Méditerranée, complémentaire et jamais concurrente de celle des États, capable d’être plus proche des gens et de leurs préoccupations quotidiennes. Parce que c’est nous, dirigeants locaux, qui les connaissons le mieux. Gouverneurs, Présidents de Région, Walis, Présidents d’Union de municipalités, Maires, qu’importe notre titre, nous avons deux points communs majeurs : nous sommes les interlocuteurs directs des citoyens, nous sommes méditerranéens et fiers de l’être ». Il revient sur la journée précédente : « Hier, en présence de l’ensemble des délégations, la force de frappe de cette diplomatie des territoires a été montrée. Il y avait bien sûr la réunion du Parlement euro-méditerranéen de la Jeunesse, autour de 40 jeunes de toute la Méditerranée venus mettre en place un programme d’actions pour toute l’année 2020. » Dans le même temps, l’Agence des villes et territoires méditerranéens durables (Avitem) réunissait un réseau des aménageurs de tout le bassin pour bâtir, au sens propre comme au sens figuré, l’avenir des villes méditerranéennes. « Nous avons signé en fin de journée un accord entre Chambre des Métiers, Université de Toulon, Port de Marseille, Rectorat et Région, pour le Campus régional des Métiers de la Mer. Et nous avons lancé un Club des Investisseurs de Méditerranée assez innovant, pour faire passer le label Méditerranée du Futur dans une nouvelle dimension très attendue », décrit le président de région pour qui, il importait de passer un palier et, surtout, faire du concret. A cette fin, annonce-t-il : « Nous avons réuni ici un panel de 24 grands investisseurs de dimension internationale. Ils pèsent, au total, plus de 300 milliards d’euros et représentent une force économique et financière incontestable. Nous avons réuni ici 46 porteurs de projet labellisés à la recherche de 250 millions d’euros d’investissement pour faire progresser leur ambition. 46 projets d’infrastructures, d’entreprises, ou de coopération, tous mis à l’honneur aujourd’hui ». Et il met en exergue une urgence, celle « de travailler ensemble ». Il explique : « Il y a au fond du cœur de tout Méditerranéen l’idéal d’un respect commun. Ce que nous faisons ici peut être une contribution empreinte de travail et d’efficacité. Il le faut, parce que l’urgence est là : après l’Arctique, la Méditerranée est la deuxième région du monde la plus affectée par le changement climatique. Elle s’est déjà réchauffée de 1,5 degré, et le niveau de la mer pourrait monter de plus d’un mètre d’ici à 2100. Partout, la canicule s’aggrave, les périodes de sécheresse s’allongent, et des îles entières sont destinées à disparaître sous les eaux. Le projet politique que nous portons depuis trois ans est celui d’un avenir commun. Les enjeux ne nous laissent plus le temps d’attendre ».

Intervention de Renaud Muselier, président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, président de Régions de France

Le Secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée (UpM), Nasser Kamel, se félicite que la thématique des investissements ait été retenue pour cet acte III, dossier sur lequel, signale-t-il, l’UpM joue un rôle clé. « Nous avons une thématique centrale, les investissements à impact positif qui font le lien entre la croissance économique et le développement durable » et de mettre en avant « les économies bleue, verte et circulaire ». Le financement de la lutte contre le changement climatique est, « non seulement prioritaire pour la survie de la région mais offre aussi un énorme potentiel de croissance ». Et de poser les enjeux : « La Méditerranée ne dispose que de 3% des ressources mondiales en eau et ce réservoir va diminuer de 15% au cours des prochaines décennies. De même, sur les 20 villes dans le monde qui vont le plus être affectées par le changement climatique 10 sont des villes méditerranéennes. Alors on ne pourra pas faire face à l’urgence climatique sans une mobilisation de tous les secteurs et notamment privés. Des opportunités sont à saisir et le retour sur investissement est très intéressant tout en apportant des solutions et en créant des emplois ». Il annonce à ce propos que l’UpM va présenter un fonds ayant pour objet de financer les actions contre le changement climatique va être présenté à la COP 25 à Madrid.

Intervention de Nasser Kamel secrétaire général de l’UpM
Entretien avec Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères
JPEG - 106.3 ko
(Photo Robert Poulain)


Michel CAIRE (rédaction) - Mireille BIANCIOTTO (Son)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.