Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives


Accueil > Culture > Cinéma > Michel Piccoli : mort d’un géant

< >

Michel Piccoli : mort d’un géant

lundi 18 mai 2020

JPEG - 58.3 ko
En 2012, Michel Piccoli a reçu le David di Donatello du meilleur acteur pour "Habemus Papam" de Nanni Moretti (Photo capture d’écran)

« Maintenant que Serge Reggiani s’en est allé, qui va prendre soin de moi quand je n’irai pas bien ? » C’est en substance ce que déclara Michel Piccoli en juillet 2004 lorsqu’il apprit la mort de l’acteur-chanteur inoubliable interprète de « L’Italien », qu’il considérait comme un frère de cœur, et avec qui il partagea souvent l’écran ainsi que des idées humanistes de gauche. Profondément engagé dans les droits de l’Homme, honnissant les guerres et la violence Michel Piccoli avait d’ailleurs donné sur le disque hommage intitulé « Autour de Serge Reggiani » une version personnelle très émouvante du « Déserteur  » de Boris Vian, hymne antimilitariste que l’ami Serge avait immortalisé quelques années auparavant. Piccoli-Reggiani le duo s’était constitué sous la houlette de Claude Sautet pour ce chef d’oeuvre qu’était « Vincent, François, Paul et les autres » qui donna naissance peu après à « La chanson de Paul » dans laquelle Reggiani, emboîtant le pas à son personnage déclarait sur des paroles de Jean-Loup Dabadie : « Je bois, aux femmes qui ne m’ont pas aimé, aux enfants que je n’ai pas eu...  ». Voilà qu’en ce 18 mai, nous apprenons que Michel Piccoli a tiré sa révérence à l’âge de 94 ans. On songe bien sûr en feuilletant le catalogue de sa longue et magnifique carrière (commencée en 1945 conjointement au théâtre avec « L’invasion » de Léonov et au cinéma en tant que figurant dans « Sortilèges » de Christian-Jaque) à tous les longs métrages de Claude Sautet, que Piccoli a irradiés de son talent. « Les choses de la vie  » bien sûr qui lui offrit la possibilité d’enregistrer en duo avec Romy Schneider « La chanson d’Hélène ». Rappelons à ce sujet que Michel Piccoli aimait passionnément la musique lui qui vécut longtemps avec la chanteuse et comédienne Juliette Gréco (l’incroyable « Belphégor » de la télé) et qui participa comme narrateur d’Oedipus Rex de Stravinsky sous la direction de Colin Davis avec Jessie Norman. Point commun avec Gérard Depardieu qui interpréta le même rôle et qui enregistra sous la direction de Shlomo Mintz « Histoire du soldat  » de Stravinsky en compagnie de Carole Bouquet et de son fils Guillaume Depardieu. Michel Piccoli-Gérard Depardieu, impressionnants dans « Sept morts sur ordonnance  », film sorti en 1975 que l’on doit à Jacques Rouffio, autre complice au cinéma de Michel Piccoli avec qui il tourna aussi « Le sucre  », « La passante du Sans-Souci », « Mon beau-frère a tué ma sœur ».

Avec l’inoubliable Romy Schneider

Bien entendu, parler de Michel Piccoli, c’est évoquer immanquablement Romy Schneider qu’il admirait, qu’il aima profondément, qu’il rassurait à la scène comme à la ville, et dont il savait la fragilité humaine. Citons en vrac en dehors des « Choses de la vie » et de « La passante du Sans-souci » miracles d’équilibre et de justesse,« Mado », « La voleuse », « Max et les ferrailleurs », « Le trio infernal » ou encore, « Paris brûle-t-il ? » mais là dans ce film péplum c’est carrément tout l’annuaire du cinéma qui fut convié au casting (avec même Michel Sardou…..en résistant). Rappelons que dans les années 1960-1980 on ne montait pratiquement pas un film français sans la présence de Piccoli, Annie Girardot ou Romy Schneider, et des réalisateurs tels que Tavernier, Bertuccelli, Farraldo, Godard, (ce fut « Le mépris » avec Bardot qui salue ce soir son talent), Boisset, Chahine, Melville, Louis Malle (inoubliable « Milou en mai  », Lelouch, Costa-Gavras, Carax, Bertrand Blier, de Olivera, ne s’y sont pas trompés….qui lui ont donné des rôles importants.

Andréa Ferréol « orpheline » de « La Grande bouffe »

Et puis il y a « La grande bouffe » de Marco Ferreri, film sorti en 1973 qui fit scandale et dans lequel Michel Piccoli étincelait et où il partageait la vedette avec entre autres la comédienne débutante alors Andréa Ferréol. Jointe au téléphone ce soir par Destimed, l’actrice qui anime avec enthousiasme et talent « Les flâneries » aixoises se souvient d’un homme engagé, attentif aux autres, et d’un beau geste fait en sa faveur. « Une photographe de "Play Boy", explique Andréa Ferréol, me poursuivait sur le tournage depuis plusieurs jours pour faire des photos nues. J’étais mal à l’aise, je ne voulais pas et cela me perturbait. Je me suis confiée à Michel qui promit de m’aider. Et dès le lendemain matin, la journaliste était toujours là. Michel Piccoli a alors déclaré : "Tant que cette femme se trouvera sur le plateau, je ne jouerai pas". Elle quitta alors les lieux et je ne l’ai plus revue. J’ai pour Michel avec qui j’ai tourné ensuite avec Boisset et Varda et que j’ai revu à Cannes en 2013 pour la cérémonie des 40 ans de "La grande bouffe" une reconnaissance éternelle. » Et Andréa Ferréol a tenu à ajouter : « Il était l’élégance même. Et depuis ce matin, je me suis sentie orpheline de "La grande bouffe", car ils sont tous partis, l’un après l’autre ».

L’athée qui incarna un prêtre, et un cardinal

Profondément athée à la suite d’un drame personnel Michel Piccoli incarna pourtant un prêtre dans le film « La mort en ce jardin » de Bunuel (un autre réalisateur majeur dans sa carrière, pour six films ensemble), et joua un Cardinal dans « Habemus Papam » de Nanni Moretti, deux rôles de composition pour ce fou de littérature qui possédait une voix unique et qui enregistra « Gargantua  » et « Les fleurs du mal ». Un homme curieux de tout, proche de Mitterrand et qui s’engagea pour Amnesty International et qui défendit la candidature de Ségolène Royal contre « une droite arrogante ». Qui se battit avec Pierre Arditi, Maxime Le Forestier et Juliette Gréco pour faire adopter une loi sur la création et Internet.

Un homme de théâtre au chevet de Koltès

Mais Michel Piccoli auréolé de quatre César du meilleur acteur, fut également un grand comédien et metteur en scène de théâtre. (il présenta « Une vie de théâtre » de David Mamet, adapté par Pierre Laville). Des dizaines de pièces des dizaines d’auteurs classiques et contemporains (ah le Don Juan filmé pour la télé par Marcel Bluwal, et « Le misanthrope » sur les planches toujours avec Bluwal), dont ce « Roi Lear » revu par André Engel dont l’action se déployait dans une sorte d’entrepôt. Un spectacle qui secoua tous les spectateurs présents à l’Odéon-Théâtre de l’Europe et qui valut à Michel Piccoli un Molière du meilleur acteur 2007. L’aventure théâtrale ce fut également Koltès dont il joua « Combat de nègre et de chiens mis en scène par Chéreau, et surtout « Le retour au désert » qui procure à Koltès un vrai plaisir d’écriture. Koltès qui imposa Jacqueline Maillan…..au metteur en scène Patrice Chéreau, trouva en Michel Piccoli plus qu’un acteur pour jouer sa pièce mais un médium. Il faut dire que le dramaturge et le comédien étaient très amis, et qu’au moment de l’agonie de Koltès en 1989, Michel Piccoli se relaya avec quelques intimes pour lui tenir la main. C’est donc un grand monsieur à la scène, à l’écran comme à la ville, qui s’en est allé. Gageons que Serge Reggiani a dû l’accueillir là-haut en lui payant un verre, et en lui chantant du Bernard Dimey mis en musique par le divine et bien vivante Cris Carol.
Jean-Rémi BARLAND

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.