Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives


Accueil > Culture > Musique / Opéra > Plamena Mangova illumine La Folle Criée par une série d’éclatants (...)

< >

Plamena Mangova illumine La Folle Criée par une série d’éclatants concerts

vendredi 4 décembre 2015

JPEG - 149 ko
Plamena Mangova a illuminé "La Folle Criée" (Photo D.R.)

Il faillit y avoir une malédiction provençale autour de la pianiste Plamena Mangova. Alors qu’elle devait jouer en 2014 au Festival de La Roque d’Anthéron elle tomba malade ne put se déplacer en France et fut remplacée par Anna Vinnitskaïa. Le souci fut qu’un orage homérique l’empêcha de jouer, et que le concert fut annulé. Exit donc et Plamena et Anna, de là à penser que la maladie de la première ait porté la scoumoune à l’autre, il n’y avait qu’un pas et que l’on ne verrait plus Plamena Mangova du côté de Marseille. Grave erreur ! Programmée à La Criée dans le cadre des journées russes, la pianiste a répondu présente et a illuminé de son talent singulier ces concerts russes de toute beauté. A quatre reprises et ce, dès le vendredi soir, aux côtés du violoniste Dimitri Makhtin et du violoncelliste Alexander Knaziev (complice musical de Nikolaï Lugansky) pour un Trio de Rachmaninov. Les mêmes se retrouvant réunis en clôture de cette manifestation marseillaise avec un trio de Tchaïkovsky. Mais c’est le samedi après-midi en enchaînant les concerts de 16h et de 17h 30 accompagnée à chacun des deux par le violon assez magique de Dimitri Makhtin, et le violoncelle de Kniazev que Plamena Mangova, artiste formée à Sofia a montré sa dextérité, (virtuosité même), et son sens de la poésie pianistique. Rachmaninov et ses vocalises et sonates violoncelle puis Tchaïkovsky dont « Souvenir d’un lieu cher » et au piano seul cette « Dumka » de Tchaïkovsky qu’enregistra Kotaro Fukuma et que Boris Berezovsky donna au GTP d’Aix voilà peu. Elle fit montre d’un sens de la nuance assez prodigieux, poursuivant en cela celui dont elle illumina son disque Beethoven comportant une « Appassionata » de rêve. Une pianiste majeur repartie sous des tonnerres d’applaudissements.
Jean-Rémi BARLAND

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.