Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Aix Marseille > Politique > Plan partenarial d’aménagement : Denormandie débloque 217M€ pour le (...)

< >

Plan partenarial d’aménagement : Denormandie débloque 217M€ pour le centre-ville de Marseille, dénonce les assurances qui menacent de ne plus assurer la Ville...

jeudi 18 juillet 2019

Le ministre du Logement Julien Denormandie l’avait promis : il ne « lâchera pas les Marseillais ». Cette nouvelle descente dans la cité phocéenne, la 7e, lui a permis de signer avec neuf partenaires un Plan partenarial d’aménagement. L’objet : lancer les réhabilitations sur quatre îlots de l’Hyper-centre, et débloquer pour cela 217M€. Des rénovations qui concernent 200 000 habitants et s’étaleront... sur 15 ans.

JPEG - 65.9 ko
Julien Denormandie lance avec la signature du PPA une rénovation programmée de quatre îlots du centre-Ville de Marseille (Photo Robert Poulain)

Une fois n’est pas coutume et situation d’urgence oblige, Julien Denormandie a effectué ce 15 juillet une 7e visite à Marseille. Il faut dire que le ministre du Logement venait avec du lourd, ou tout du moins du concret : la mise en place d’un PPA, ou Plan partenarial d’aménagement, signé ce jour-là avec 9 autres partenaires. Parmi ces derniers, la Métropole Aix-Marseille Provence, la Ville de Marseille, le Conseil départemental 13, Euroméditerranée, l’Anah, l’Anru, la Banque des Territoires, filiale de la Caisse des dépôts et consignations, et l’Association régionale des HLM (ARHLM). Ainsi, tout cela se lance après la gestion effective de l’urgence, qui satisfait en grande partie le ministre, déclarant que l’État « a mis des moyens exceptionnels au regard d’une situation qui l’est aussi  ». Même si toujours selon lui, « tout n’est pas encore satisfaisant mais on continue avec beaucoup de détermination ». Et le mouvement se poursuit bien sûr en adoptant une cadence olympique... Bref, selon la formule consacrée, « plus loin, plus vite, plus fort  ». Or ce PPA, nouvel instrument posé par la loi Elan, est justement vu comme un tuteur propre à accélérer les choses. Très concrètement et pour donner quelques chiffres, il vise la rénovation de quatre îlots de l’hyper-centre (Clovis Hugues/ Belle de mai, Noailles/Delacroix, Noailles/Ventre et Hoche/Versailles), soit un périmètre assez vaste de 1 000 hectares. Ce sont ainsi plus de 200 000 habitants qui sont concernés par ces travaux, programmés sur près de... 15 ans. Un calendrier prévisionnel qui a déjà fait bondir l’opposition sur les réseaux sociaux, et notamment Benoît Payan, président du groupe socialiste, conseiller municipal et départemental. « Après 25 ans au pouvoir la majorité réclame 15 ans de plus pour changer le centre-ville... 40 ans en tout... L’indécence n’a pas de limites. Les Marseillais méritent mieux », fulmine ainsi ce dernier.

Création d’une SPLA-IN

Soit, mais en attendant le verdict desdits Marseillais au printemps 2020, les premiers jalons de ce PPA seront ainsi posés. Et cela commence déjà avec le financement d’études de faisabilité, à 50% par l’État, soit 1 million d’euros « pour déterminer quel vont être les travaux à faire, les projets à mener, ce sur quel calendrier ». Avec bien sûr la volonté d’aller le plus vite possible... ce malgré les quelques mois de retard pris par rapport à la date de lancement du projet, fixée initialement au printemps dernier. Par ailleurs, outre les questions de planning, il faudra également déterminer les modalités de financement : qui met quoi sur la table entre L’État, les collectivités et les investisseurs. Un deuxième instrument complémentaire, la SPLA-IN, ou Société publique locale d’aménagement d’intérêt national, va également être créé pour la maîtrise d’ouvrage d’ici la fin de l’année. La Ville et la Métropole ont accepté de mettre en œuvre cet outil et l’État en sera actionnaire. Concrètement, cette société pourra demain, « sur la ville de Marseille, acheter des logements dits insalubres, les rénover et les remettre sur le marché ». Une structure à l’utilité indiscutable, pour Julien Denormandie : « Si vous voulez rénover rapidement le bâti, il faut inventer de nouvelles choses, il faut être extrêmement ambitieux. Donc il fallait passer par une société qui ne fera que ça, qui ira identifier les logements insalubres, les racheter, les réparer puis ensuite les remettre sur le marché ». Mais il n’est pas seulement question de prérogatives en termes d’urbanisme, illustre le ministre. Car il ne faut pas non plus négliger la composante humaine, l’urgence réside donc plus que jamais dans l’« accompagnement dans cette rénovation ». Lequel doit être pris en charge par l’État comme par les collectivités, conformément à ce qui est stipulé dans la charte du relogement, que l’État a signé dans la mesure où ce document prévoit cet accompagnement. Ainsi « l’État finance une grande partie de cet accompagnement » et il compte encore renforcer ses moyens pour le mener à bien, a annoncé ce jour-là Julien Denormandie aux élus et aux associations. Associations qui seront incluses dans le processus de « concertation, de co-construction » avec les habitants, comme le prévoit le PPA. Puisqu’il est question de mise en œuvre, et pas d’une seule signature non suivie d’effets. Pour s’en assurer, des comités de pilotage seront créés sous l’égide du préfet Pierre Dartout, « pour savoir si ce PPA avance bien suffisamment rapidement, quels sont les difficultés, les critiques ou au contraire les points très positifs ». Car « il n’est pas possible de construire la ville sans les habitants », martèle le ministre, reprenant à son compte les paroles de Simone Veil…

Le compte est bon ?

La volonté d’associer toutes les parties prenantes autour de ces projets est là. Pour autant, l’État va-t-il mettre sur la table tous les moyens financiers dont il avait été question précédemment ? En effet, 217M€ vont être débloqués pour la rénovation de ces 4 îlots démonstrateurs... On est encore loin des 600 millions promis à Marseille lors des premières annonces de Julien Denormandie. Mais le ministre ne se dédie pas : « Tous les engagements que j’ai pris seront tenus », appuie-t-il. Et de citer, entre autres possibilités, des types de financements complémentaires qui vont s’adjoindre à cette première enveloppe. Comme ceux de « l’Agence Nationale pour l’Habitat que je pilote. J’ai proposé que lorsqu’il y a des travaux obligatoires à faire pour réhabiliter rapidement un logement, cette agence puisse pré-financer à 100% ces travaux. C’est beaucoup d’argent que je mets sur la table ». A savoir que pour bénéficier de ces fonds, les services de la mairie doivent saisir l’Anah afin d’enclencher ces financements. Ils doivent donc « prendre leurs responsabilités » et cultiver le réflexe de contacter l’agence, martèle le ministre... « Par le biais du préfet, j’ai transmis une liste d’immeubles dont j’ai connaissance et pour lesquels je considère que l’Anah pourrait intervenir ». Un travail de suivi « dans la dentelle » réalisé grâce au détachement d’équipes du ministère pour œuvrer en direct à Marseille, et à la nomination d’une chargée de projet venant elle aussi de Paris, Muriel Joer Le Corre. Laquelle assume ses fonctions en collaborant avec Nathalie NDoumbe, nommée quant à elle par la Métropole.

Entretien avec Julien Denormandie ministre du Logement

Trois revendications

JPEG - 191.4 ko
De gauche à droite les délogés Anaïs - Baya et Kaouther Ben Mohamed, co-fondatrice de l’association "Marseille en colère" (Photo Mireille Bianciotto)

Bref, la bonne volonté de l’État semble s’incarner dans les propos de Julien Denormandie, et déjà, il a été possible de constater, ce 15 juillet, qu’il met en œuvre l’un des points évoqués plus haut : rallier les associations dans les échanges. C’est ainsi que Marseille en Colère a participé ce matin-là à une table ronde avec le ministre. L’une de ses fondatrices, Kaouther Ben Mohamed, entendait porter trois revendications, avec les autres associations ou collectifs de délogés. Elle évoque tout d’abord la nécessité de faire décréter un état de sinistre exceptionnel, « puisqu’il n’y a aucune assurance qui prenne en charge, qui ouvre un sinistre et qui aide les personnes. Et ce, peu importe leur statut : commerçante, propriétaire occupante ou locataire... Les assurances ne sont pas mises à contribution et ne donnent aucun soutien financier aux personnes concernées  ». Et on ne parle pas de 3 000 personnes, comme on l’entend souvent, mais de « plus de 3 000 foyers », rectifie-t-elle. Or, la partie est loin d’être jouée, comme l’a déclaré le ministre : un bras de fer a été engagé « avec les assurances qui menacent de ne plus assurer Marseille ». Ce qui est proprement « intolérable » pour la militante. Elle demande ensuite « des moyens financiers et humains, renforcés et compétents, pour prendre en charge la crise mais aussi l’insalubrité ». Il faut savoir que le service d’insalubrité municipal ne compte pour l’heure que deux personnes, aujourd’hui, et deux autres seront recrutées prochainement. Le chat est maigre quand il est question de « gérer ce qui n’a pas été fait depuis 50 ans !  », appuie Kaouther Ben Mohamed ! Car on parle bien de 331 immeubles évacués... Et dans le cadre du PPA, ce ne seront pas moins de 6 000 personnes qui le seront pour permettre d’effectuer les travaux de rénovation ! Par ailleurs, les associations et collectifs souhaiteraient que l’ARS (Agence régionale de santé) soit également de la partie et mette elle aussi de l’argent sur la table, puisque l’insalubrité « est aussi un vrai problème de santé publique ». Ce sont par exemple des problèmes respiratoires et autres dus aux champignons, à l’humidité... Enfin, il est nécessaire selon ces associations de mettre assez d’argent pour rénover Marseille et construire du logement « social, mais vraiment social ! Pas de l’habitat dit social avec des loyers exorbitants ». Donc pas seulement des PLAS, mais aussi des PLAI, dont le niveau des loyers est divisé par deux par rapport à celui des premiers. Or, Marseille a misé majoritairement jusque là sur du PLS... Et cet habitat social, il doit se bâtir non seulement dans l’hyper-centre, mais aussi dans toute la ville.

Du côté des associations, méfiance et vigilance

Reste à voir à présent comment ces premières annonces seront suivies d’effet. En matière de mise en place du suivi d’insalubrité, de l’encadrement des loyers ou du permis de louer, l’État ne peut obliger une collectivité locale à mettre en place une loi ou un décret de loi, a encore rappelé Julien Denormandie. Ainsi tout s’impulse à la bonne volonté de la municipalité ou de la métropole... Or « période électorale oblige, on ne peut forcer personne à rien », traduit la militante après intervention du ministre. Or « Martine Vassal (présidente du département 13 et de la métropole Aix-Marseille Provence NDLR) n’était pas autour de la table des 8 mois de négociation que nous avons passés, elle n’est pas signataire de la charte non plus et n’a montré aucun signe d’engagement dans la lutte de l’insalubrité ou pour la sécurité des personnes, dont elle a la charge (au Département, NDLR), personnes âgées et enfants ». Ainsi donc, si la militante accueille favorablement la mise en place de ce PPA et le déblocage de ces 217M€, elle semble beaucoup plus circonspecte sur la façon dont les collectivités locales vont s’impliquer dans ces projets de rénovation. « Le ministre et les services de l’État affichent une réelle volonté de travailler dans le bon sens, sauf que c’est un travail en commun qui inclut la Mairie de Marseille, la Métropole, et l’État… et qu’aujourd’hui on n’a pas vu un centime ». Or nombre de délogés sont toujours reclus dans des hôtels, sans visibilité sur leur avenir. Autre fait préoccupant, la majorité des personnes qui ont été relogées le sont dans des habitations provisoires, souvent en sur-occupation, dénonce-t-elle. Ils se retrouvent à « 4,5,6 voire plus dans des T3, mais ils préfèrent ça et avoir la possibilité de se doucher, de vivre en famille, de cuisiner » plutôt que d’aller à l’hôtel. Ainsi donc, « aujourd’hui, le problème est suspendu dans des logements provisoires ».

Entretien avec Kaouther Ben Mohamed fondatrice de Marseille en colère

Des délogés plus que jamais démunis

Et les cas dramatiques se comptent à la pelle... Comme celui de Baya, qui à 69 ans, vit en hôtel depuis juin 2018 aux abords de la rue d’Aix, bien avant le drame du 5 novembre 2018. A la suite de l’acquisition de l’immeuble dans lequel elle vivait par un nouveau propriétaire dans des conditions douteuses, ainsi qu’à l’engagement de travaux alors qu’elle vivait toujours dans ce studio insalubre de la rue Tapis Vert, la Mairie a pris un arrêté de péril. Elle a élu domicile dans une chambre d’hôtel sans salle de bains et dont les toilettes étaient collectives, en étant la seule femme dans un environnement d’hommes. Sa santé décline, d’autant qu’elle doit reprendre un travail pour compléter sa pension et envisager de pouvoir régler son loyer dans le parc privé... Puisque malgré des demandes depuis près de 12 ans, elle n’a jamais pu obtenir de logement social.

Entretien avec Bahia

Autre parcours du combattant, celui d’Anaïs. Évacuée par erreur à la suite de l’incendie d’un immeuble voisin alors que le sien n’était pas directement mitoyen, cette jeune mariée, mère d’un enfant de 4 ans et d’un bébé œuvrant chez elle en télétravail a connu des déboires en cascades. Ne pouvant bénéficier d’une prise en charge en tant que propriétaire occupante, elle se voit dans l’obligation de payer un meublé tout en continuant à rembourser son prêt puisque l’arrêté de péril a été établi au nom de la propriétaire précédente ! Une absence de document qui l’empêche, elle et sa famille, d’obtenir une suspension de prêt. Faute de logement, elle perd son emploi, se retrouve contrainte de payer des contre-expertises pour accélérer les choses, découvrent un dégât des eaux dû à un robinet défaillant de la SEM coulant depuis 5 mois, ce qui a provoqué une détérioration du bâti. Elle finance de fait de nouvelles contre-expertises... Cambriolée deux fois dans son logement vacant, elle apprend « que les assurances ne nous couvraient plus parce qu’on avait été évacués par les forces de l’ordre … » Cerise sur le gâteau, des fissures apparaissent maintenant sur le bâti... « Au final on a reçu une lettre de menace des assurances en disant que si vraiment il y avait des fissures avérées chez nous, ils allaient nous radier ». Vous avez dit ubuesque ?

Entretien avec Anaïs

Carole PAYRAU (Rédaction) - Mireille BIANCIOTTO (Son)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.