Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Aix Marseille > Société > Préparation à Marseille de l’édition 2020 du Congrès mondial de UICN - Entretien (...)

< >

Préparation à Marseille de l’édition 2020 du Congrès mondial de UICN - Entretien avec Sébastien Montcorps directeur du Comité français

lundi 9 septembre 2019

L’événement attendu, se tiendra en juin prochain à Marseille, au parc Chanot. Mais afin qu’il garde toute sa capacité d’influence, un congrès mondial de l’Union Internationale pour la conservation de la nature (UICN) se prépare en amont. C’était l’objet de la journée de débats du 12 juin dernier, organisée à Marseille.

JPEG - 88.1 ko
Sébastien Montcorps directeur du Comité français de l’UICN (Photo Mireille Bianciotto)

Vingt-six : c’était le nombre de motions émises par le comité français de l’Union Internationale pour la conservation de la nature le 12 juin dernier lors du Congrès français éponyme. Lequel constituait un préalable à l’organisation, en juin 2020, du Congrès mondial de l’UICN. Cette réunion d’une journée a permis à quelque 300 élus territoriaux, chercheurs, acteurs d’ONG et d’associations de défense de l’environnement de débattre, mais aussi de peaufiner ces 26 motions avant présentation et proposition, année N+1, au parc Chanot. Et le rendez-vous organisé tous les quatre ans, précise Sébastien Moncorps, directeur du Comité français de l’UICN, fait autorité. « C’est le grand rassemblement de tous les acteurs engagés dans la conservation de la nature, aujourd’hui, dans le monde ». Il permet de partager retours « d’expériences, idées, solutions, pratiques ». Mais aussi et surtout, d’adopter des « messages que l’on appelle des recommandations, non seulement à l’attention des États, mais aussi de l’ensemble des acteurs, collectivités, entreprises, citoyens. Afin que tous agissent aujourd’hui pour la protection de la nature ». Ainsi l’UICN peut-il se vanter d’une belle « capacité d’influence ». Exemple avec la dernière édition du congrès mondial organisée à Hawaï en 2016. La propension de l’Union à émettre des propositions sur des sujets concrets, à l’instar de la fermeture du marché de l’ivoire au niveau des États, impulse réellement le changement, explique encore le directeur. « Quelques temps après ce Congrès mondial, la Chine a décidé de fermer son marché domestique à la vente d’ivoire », appuie-t-il.

La France, acteur clé historique de l’UICN

Au sein de l’UICN, les membres fondateurs sont forcément davantage force de proposition. C’est ainsi le cas du comité français, le deuxième en nombre de membres après les États-Unis. Et puis, il faut savoir que la France a joué un rôle clé dans la création de l’UICN. Puisque c’est dans l’Hexagone qu’elle a vu le jour, plus précisément « en 1948, à Fontainebleau. Donc c’est un investissement historique depuis plus de 70 ans ». Investissement qui lui permet d’avoir réuni, au fil du temps, des personnes ressources, experts, organisations et de contribuer en tant que membre actif de ce vaste réseau. Mais ce n’est que « la première fois depuis 1948 que la France accueille le congrès mondial de l’UICN ». Et c’est donc le Parc Chanot qui a cette primeur. Un hall entier sera notamment ouvert gratuitement au grand public et près de 100 000 personnes sont attendues. Verront-elles les motions françaises recueillir les suffrages en juin prochain ? Seul l’avenir le dira. Pour mémoire, en 2016, sur les 121 motions adoptées, 11 avaient été proposées par des membres français. Voilà pourquoi, pour revenir au 12 juin dernier, l’heure était à la préparation. L’idée : peaufiner, corriger, amender les « recommandations sur lesquelles nous pensons qu’il y a une vraie priorité d’action, et sur lesquelles nous faisons des propositions concrètes ». La France, baignée par trois mers et par l’Atlantique, s’est naturellement focalisée sur la question de « la conservation des océans. Il existe un océan global plus que différents océans. Or il faut reconnaître tout ce que nous apporte cet océan, les menaces qu’il subit aujourd’hui par nos différentes activités et par le changement climatique. Un des points que nous mettons particulièrement en avant, c’est la pollution plastique qu’il faut aujourd’hui combattre vigoureusement. On ne peut pas aujourd’hui laisser se déverser des millions de tonnes de plastique chaque année dans les océans sans ne rien faire et laisser se constituer ce qu’on appelle le 7e continent plastique », poursuit Sébastien Moncorps. A savoir que l’Europe tente déjà de jouer un rôle moteur dans cette problématique, puisqu’elle a décidé l’interdiction des plastiques à usage unique. A d’autres de suivre... mais c’est justement tout l’intérêt du congrès mondial de l’UICN : réunir des pays suffisamment dynamiques pour changer les choses, permettre par le retour et le partage d’expérience que les uns s’inspirent de ce que les autres ont déjà mis en place sur leur territoire national, et le développent à leur tour.

L’humain, seulement « une espèce parmi d’autres »

Outre ce volet propositions, le comité travaille aussi à la mobilisation en vue du Congrès mondial de juin 2020, à Marseille. Et celle qui s’affirme et grandit ces derniers mois, c’est bien celle de la jeunesse, notamment sur la question du climat. Une jeunesse qui revendique et veut être entendue. « Pour la première fois dans le congrès mondial, on va faire une large place à leurs propositions », annonce Sébastien Moncorps. Une contribution de plus dans ce congrès qui réunit « historiquement, des États, des agences gouvernementales, des ONG ». Mais pas que. « Nous mettons beaucoup l’accent sur la responsabilité des collectivités locales, qui, avec la décentralisation, ont des responsabilités directes pour la protection de la nature ». Enfin, le monde économique doit aussi se sentir concerné, explique-t-il. « Les entreprises font partie des impacts par leurs activités industrielles et donc elles doivent faire partie de la solution ». Cela tombe bien, nombre d’entre elles sont de plus en plus force de proposition et veulent agir, ce qu’a montré localement la restitution du monde entrepreneurial au sein de la Chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence lors du grand débat national organisé au premier semestre dernier. Bref, tout un petit monde qui doit avancer dans un sens, celui de l’éthique, explique encore le directeur du comité français. « Les solutions aujourd’hui ne sont pas simplement techniques. Par exemple, quelles sont les bonnes pratiques pour restaurer une tourbière, des mangroves, des milieux naturels, comment protéger efficacement les espèces... » Tout simplement parce que la crise de la biodiversité, c’est surtout une crise éthique. « C’est notre rapport à la nature qui est questionné, la façon dont nous nous comportons vis-à-vis d’elle. Aujourd’hui, on sait que l’érosion de la biodiversité est la conséquence des activités humaines, donc c’est notre responsabilité ». Ce d’autant que « nous avons un rapport très étroit avec les écosystèmes, du simple fait que ce sont les milieux naturels qui fournissent l’oxygène dont nous avons besoin pour respirer ». Or, ce n’est pas seulement le cas des humains, conclut Sébastien Moncorps... «  Ils ne sont qu’une espèce parmi d’autres ! Aujourd’hui on en connaît 2 millions, on estime qu’il y en a probablement 10 à 15. Et chaque espèce a sa place sur la planète ». A l’humain donc de la leur ménager... ce qu’il fera certainement grâce aux prochaines recommandations adoptées en juin prochain.

Entretien avec Sébastien Montcorps directeur du Comité français de l’UICN

Carole PAYRAU (rédaction) et Mireille BIANCIOTTO (son)

Messages

  • Il faut regarder de près ce congrès de l’UICN (union internationale de conservation de la nature) prévu à Marseille en 2020 et pour lequel la France débourse 20 millions €. Les médecins urgentistes auraient préféré les avoir à la place de l’ enveloppe de 750 000 € annoncée par la ministre de la Santé qui était déjà prévue l’an dernier...

    Pourquoi de telles faveurs envers une association loi 1901 qui estime que les humains sont seulement une espèce parmi d’autres et qu’il convient de gérer tout cela sur un pied d’égalité ? Parce que l’UICN, malthusienne et eugéniste, dont l’idéologie coloniale et souvent nazie n’a pas varié d’un pouce depuis sa création, est chargée depuis 1956, par les Américains (G Watterson) et le monde occidental dans son ensemble, de "protéger" les ressources naturelles de leur exploitation.

    Ce n’est pas par altruisme ou pour protéger la nature. Non, loin de là. C’est uniquement pour que le monde industriel puisse accaparer l’ensemble des ressources mondiales grâce aux traités coercitifs ou "conventions", rédigés par l’UICN et signés dans le cadre de l’ONU. Il n’y en aura pas pour tout le monde, il est grand temps pour les multinationales de se partager le gâteau.

    L’un des moyens inventé par les conservationnistes de la nature est "la propriété intellectuelle" qui permet d’accaparer le vivant. C’est la convention sur la diversité biologique (CDB) qui a inauguré cette nouvelle propriété en 1992, deux ans avant l’ADPIC (accord international sur la propriété intellectuelle) signé à Marrakech au moment de la création de l’organisation mondiale du commerce (OMC). Où l’on voit que l’UICN et le monde des affaires sont intimement liés.

    L’UICN qui prétend représenter "la société civile" dont on ne sait ce que cela signifie réellement, parle au nom de tous, à tous les niveaux, national et international et se situe délibérément au-dessus des Etats qui acceptent de s’y soumettre. Nous sommes dans l’ère de la servitude volontaire.
    Cette servitude va jusqu’à transférer à cette association la politique nationale de la biodiversité, le ministre de l’écologie et les services du ministère n’étant là que pour appliquer les décisions prises dans les locaux de l’ancien musée de l’homme. C’est ainsi depuis la création du comité français de l’UICN en 1992 (situé jusqu’à récemment près du jardin des plantes à Paris), lui-même très imbriqué au Museum national d’histoire naturelle (MNHN). En clair les gouvernements successifs ont privatisé depuis presque 40 ans la politique de protection de la nature à une structure relevant du droit privé.
    Cette imposture n’est jamais dénoncée. Il est grand temps de la mettre sur la place publique, de démasquer qui décide de la protection de la nature pour mieux contrer cette politique. Il est temps de dénoncer les marionnettes qui la servent. J’ai nommé le président de la République, le Premier ministre et le gouvernement, en particulier les ministres de l’Ecologie et des Affaires étrangères, les services administratifs tels que l’ONF, l’ONCFS, directement mis à la disposition de l’UICN - France etc... Il est temps de restaurer la démocratie.

  • L’enveloppe pour les urgentistes est de 750 millions d’€ et non de 750 000€ comme il a été écrit par erreur dans le commentaire précédent.
    La phrase : "Les médecins urgentistes auraient préféré les avoir à la place de l’ enveloppe de 750 000 € annoncée par la ministre de la Santé qui était déjà prévue l’an dernier..." est donc une bourde de ma part.
    Merci de votre compréhension.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.