Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Provence > Société > Qualité de l’air. Dominique Robin, directeur d’Atmo Sud : "Chaque geste du (...)

< >

Qualité de l’air. Dominique Robin, directeur d’Atmo Sud : "Chaque geste du quotidien compte"

vendredi 23 novembre 2018

JPEG - 109.7 ko
14 jeunes volontaires d’Unis Cités ont participé aux ateliers d’Atmo Sud à Marseille (Photo M.B.)

Une journée de formation vient de se tenir au siège d’Atmo Sud, à Marseille. Dominique Robin, directeur d’Atmo Sud, dresse le bilan de 10 ans d’une longue série de sensibilisation à l’air et, insiste aujourd’hui, sur la nécessité de « Travaux Pratiques ». Expliquant que « la question de l’air est complexe » parce que l’air ne se voit pas malgré les « 15 000 litres d’air qui passent dans nos poumons chaque jour ». Ainsi, un an durant Atmo Sud a travaillé avec des spécialistes au rang desquels la Fédération "L’air et moi" et en particulier les "Petits Débrouillards Paca". « Une association vraiment formidable qui a un savoir-faire inouï. » Il explique que les 40 personnes, formées aujourd’hui, à l’air, sont des directeurs et directrices d’école, des collectivités et 14 jeunes volontaires d’Unis Cités. En ce qui concerne la pollution de l’air à Marseille et sur la Métropole Aix-Marseille Provence, rappelle d’abord que Atmo Sud donne des informations sur son site atmosud.org et des pistes de solution. « On a, explique-t-il, à progresser sur la place des véhicules thermiques, le diesel en particulier (...) et à traiter les questions des navires, (…) la zone de l’étang de Berre... » Parle de « trois leviers » pour la transition énergétique, d’abord, politique avec « l’Europe qui légifère beaucoup et met sous pression pour améliorer la qualité de l’air » ; les collectivités « qui doivent construire des plans d’action qui intègrent mieux l’air ». Observant :« Il y a encore du travail sur notre territoire » et, enfin avec cette journée de formation d’enseignants, d’animateurs pour leur apprendre « comment sensibiliser les enfants, la société civile ».. Cite l’expérience de la boîte de captation de CO2 dans une classe. « L’air est saturé de CO2 après ¼ d’heure », indique-t-il. Dénonce à ce propos « le confinement » contre lequel, « il suffit d’ouvrir les fenêtres et d’aérer ». Pour lui : « Chaque geste du quotidien compte ». Entretien

Propos recueillis par Mireille BIANCIOTTO

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.