Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives



Accueil > Ailleurs > Politique > Qui sont ces femmes et ces hommes qui composent le gouvernement Philippe (...)

< >

Qui sont ces femmes et ces hommes qui composent le gouvernement Philippe ?

mercredi 17 mai 2017

Dix-huit ministres et quatre secrétaires d’État ont été nommés. Le secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, a annoncé ce mercredi 17 mai la composition du gouvernement d’Édouard Philippe. Strictement paritaire, avec 11 femmes et 11 hommes le gouvernement a 54,6 ans de moyenne d’âge.

JPEG - 84.8 ko
Édouard Philippe (Photo Capture d’écran)

Un gouvernement au-delà des partis. Le président de la République et le Premier ministre ont pioché à gauche (avec notamment Jean-Yves Le Drian et Gérard Collomb), à droite et au centre (Gérald Darmanin, François Bayrou et Bruno Le Maire), ainsi que dans la société civile (l’escrimeuse Laura Flessel devient ministre des Sports et le médecin Agnès Buzyn, ministre de la Santé). Enfin, on retrouve des fidèles de la première heure d’Emmanuel Macron, comme Richard Ferrand, à la Cohésion des territoires, Sylvie Goulard aux Armées, Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État chargé du Numérique ou encore Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement

Gérard Collomb est nommé ministre d’État, ministre de l’intérieur. Cadre historique du Parti socialiste et mairie de Lyon depuis 16 ans a rejoint Macron dès le début. Ce sénateur PS âgé de 69 ans n’avait jamais été ministre.

Nicolas Hulot est nommé ministre d’État, ministre de l’Écologie, Il avait jusque-là résisté aux sirènes ministérielles. Nicolas Hulot, qui avait renoncé à se présenter à l’élection présidentielle 2017, avait été nommé en 2012 par François Hollande "envoyé spécial pour la protection de la planète". Poste qu’il avait quitté en 2016. S’il s’est félicité des accords de Paris sur le climat signés de le cadre de la COP21, l’écologiste de ne cache pas son inquiétude quant à sa réelle application. Pendant la présidentielle, il avait refusé de se prononcer pour un candidat.

JPEG - 163.6 ko
François Bayrou (Photo Robert Poulain)

François Bayrou est nommé ministre d’État, garde des Sceaux, ministre de la Justice. Maire de Pau depuis 2014, François Bayrou avait été nommé ministre de l’Éducation en 1993. Celui qui a scellé une alliance avec Emmanuel Macron n’avait depuis plus jamais compté dans une équipe gouvernementale. Pour autant, celui qui s’est présenté trois fois à l’élection présidentielle a occupé plusieurs mandats électifs, de conseiller général à député, ou d’eurodéputé à président de Conseil général (outre ses fonctions de présidents de l’UDF puis du Modem).

JPEG - 38 ko
Bruno Le Maire (Photo Robert Poulain)

Bruno Le Maire, est nommé ministre de l’Économie. Candidat malheureux à la primaire de la droite, comptant parmi les ténors des Républicains, Bruno Le Maire a tout de suite renoncé à soutenir François Fillon après l’éclatement du "Penelope Gate". Celui qui prétendait incarner le "renouveau" a récemment signé l’appel des élus LR à saisir la main tendue par Emmanuel Macron ; L’énarque de 48 ans peut compter sur une solide expérience gouvernementale. Il a en effet successivement été nommé directeur de cabinet de Dominique de Villepin, secrétaire d’État aux Affaires européennes puis Ministre de l’Agriculture. Il est également député de l’Eure où il se représente à sa réélection, la République En Marche ayant décidé de ne pas présenter de candidat contre lui.

JPEG - 497.2 ko
Sylvie Goulard (Photo Philippe Maillé)

Sylvie Goulard est nommée ministre des Armées, Députée européenne depuis 2009, Sylvie Goulard vient des rangs du MoDem. Avant la nomination d’Édouard Philippe, son nom a beaucoup circulé pour Matignon. Si elle a travaillé dans l’administration, comme au service prospective du Quai d’Orsay où elle était chargée des questions européennes, la Marseillaise de naissance n’avait jamais obtenu de portefeuille ministériel.

Jean-Yves Le Drian est nommé ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian passe de la Défense aux Affaires étrangères. Inamovible ministre de la Défense du quinquennat Hollande, Jean-Yves Le Drian a été le premier poids lourd du gouvernement sortant à avoir apporté son soutien à Emmanuel Macron. À 69 ans, celui qui est également président de la région Bretagne bénéficie d’une précieuse expérience, alors que la France est engagée sur plusieurs théâtres d’opérations (Sahel, Irak, Syrie).

JPEG - 49.7 ko
Richard Ferrand (Capture d’écran)

Richard Ferrand est nommé ministre de la Cohésion des territoires. Secrétaire général de "En Marche !", Richard Ferrand a cru depuis le début à la candidature d’Emmanuel Macron et a quitté le PS. Le député du Finistère, de 54 ans, - qui a également été rapporteur de la loi Macron- n’a jamais été ministre. Il est également candidat à sa réélection aux législatives.

Agnès Buzyn est nommé ministre des Solidarités et de la Santé. Agnès Buzyn est médecin spécialisée en hématologie et enseignante à l’université. Elle a exercé à l’hôpital Necker jusqu’en 2011. Elle dirigeait depuis plus d’un an la Haute autorité de la santé, après avoir été présidente de l’institut national du cancer.
Francoise Nyssen (Photo Robert Poulain)
Francoise Nyssen est nommée ministre de la Culture. Françoise Nyssen (66 ans) fait partie de ces ministres issus de la société civile. Elle est éditrice et présidente du directoire de la maison d’édition arlésienne Actes Sud, dont le fondateur n’est autre que son père Hubert Nyssen. A son actif, l’édition des prix Goncourt de Laurent Gaudé en 2004 et de Jérôme Ferrrari en 2012.

Murielle Pénicaud est nommée ministre du Travail. Murielle Pénicaud fait partie des recrues issues de la "société civile". Ambassadrice déléguée aux investissements internationaux puis directrice générale de Business France, cette dirigeante d’entreprise de 62 ans a été administratrice de plusieurs grands groupes (Orange, Aéroports de Paris) pendant qu’elle était DRH de Danone.

Jean-Michel Blanquer est nommé ministre de l’Éducation nationale. Agrégé de droit public, ce haut fonctionnaire de 52 ans a été Directeur général de l’enseignement scolaire de 2009 à 2012. Peu politisé, il avait tout de même appelé ses étudiants de l’Essec, via Facebook, à voter pour Emmanuel Macron pour faire barrage au Front National.

Jacques Muzard est nommé ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Sénateur du Cantal depuis 2008, cet homme de 69 ans est président du groupe radical au Sénat depuis 2011.

Gérald Darmanin est nommé ministre de l’Action et des Comptes publics.Gérald Darmanin, 34 ans, n’avait jamais obtenu de portefeuille ministériel. Maire de Tourcoing et député LR du Nord, il avait choisi de soutenir Nicolas Sarkozy à la primaire de la droite. Le jeune élu a pris ses distances avec le parti au moment de l’affaire Fillon. Il a signé l’appel des élus LR à saisir la main tendue par Emmanuel Macron et s’était positionné pour le candidat d’En Marche ! sans ambiguité dès le soir du premier tour de la présidentielle.

Frédérique Vidal est nommé ministre de l’Enseignement sur de la Recherche et l’innovation, A 53 ans, cette monégasque de naissance dirige l’université de Nice-Sophia-Antipolis depuis 2012. C’est une spécialiste de biochimie génétique.
Annick Girardin ministre de l’Outre-mer. Ministre depuis 2014 (Francophonie puis Fonction publique), la députée de Saint-Pierre-et-Miquelon est âgée de 52 ans. Elle est vice-présidente du PRG.

Laura Flessel ministre des Sports, L’ancienne escrimeuse (45 ans), double championne olympique, était la porte-drapeau de la délégation française aux JO de Londres en 2012. En 2010, elle était membre du Conseil économique et social.
Elizabeth Borne ministre chargée des Transports. Haut-fonctionnaire née en 1961, elle a commencé sa carrière au ministère de l’Equipement avant d’intégrer des cabinets ministériels (Jack Lang et Lionel Jospin). Devenue préfet de Poitou-Charentes en 2013, elle se rapproche de Ségolène Royal dont elle devient directrice de cabinet au ministère de l’Ecologie. Elle préside la RATP depuis 2015.

Marielle de Sarnez est ministre chargée des affaires européennes. Figure historique du MoDem et fidèle parmi les fidèles de François Bayrou, Marielle de Sarnez n’a jamais connu d’expérience gouvernementale. C’est surtout au Parlement européen qu’elle a mené l’essentiel de sa carrière. Marielle de Sarnez y a été élue pour la première fois en 1999 avant d’être réélue en 2004, 2010 et 2014. Elle est aussi candidate dans la 11e circonscription de Paris aux élections législatives.

Les secrétaires d’Etat :

JPEG - 51.6 ko
Christophe Castaner (Photo Philippe Maillé)

Christophe Castaner est nommé porte-parole du gouvernement chargé des relations avec le Parlement. Christophe Castaner, 55 ans, est issu des rangs du PS qu’il a quitté pour rejoindre Emmanuel Macron dont il fut le porte-parole pendant la présidentielle . Tête de liste du PS aux régionales, Christophe Castaner s’est retiré en faveur de Christian Estrosi (LR) pour faire barrage au Front National. Il est député des Alpes-de-Haute-Provence. Candidat à sa réélection dans sa circonscription ;

Marlène Schiappa est chargée de l’égalité des femmes et des hommes. Présidente de l’association "Maman travaille", adjointe au maire du Mans à l’égalité, auteur, Marlène Schiappa est, à 34 ans, une personnalité multicartes. Dans le cadre de l’élection présidentielle, Marlène Schiappa s’était engagée rapidement derrière Emmanuel Macron, devenant l’une des 100 délégués d’En Marche !.

Sophie Cluzel est chargée des personnes handicapées. Maman d’une enfant trisomique cette femme de 56 ans a fondé plusieurs associations visant à faciliter la scolarisation des enfants handicapés. Présidente de la FNASEPH (Fédération Nationale des Associations au Service des Élèves Présentant une Situation de Handicap), elle a participé à l’élaboration de la loi de 2005 sur l’égalité des droits.

Mounir Mahjoubi est chargé du numérique. En février 2016, ce Parisien de 33 ans avait été nommé par François Hollande à la tête du Conseil national du numérique, d’où il a démissionné au mois de janvier. Pendant la campagne d’Emmanuel Macron, il était chargé de la sécurité informatique et de la communication numérique du candidat.
Pour autant, celui qui est aussi président de la société French Bureau s’est toujours engagé en politique. Candidat aux législatives à Paris, Mounir Mahjoubi correspond aux exemples de réussite mis en avant par Emmanuel Macron (renouvellement, jeunesse, entrepreneur etc.).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.