Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives


Accueil > Aix Marseille > Economie > Soldes d’hiver 2017 : Un mauvais cru pour les commerçants d’Aix-Marseille-Provence

< >

Soldes d’hiver 2017 : Un mauvais cru pour les commerçants d’Aix-Marseille-Provence

mardi 14 février 2017

Evénement majeur pour les commerçants (12% de leur CA annuel), les soldes traditionnels d’hiver sont à la peine... Fréquentation décevante, panier moyen en légère baisse, à quelques jours de la fin des soldes, le cru 2017 s’annonce décevant pour les commerçants d’Aix-Marseille-Provence selon l’enquête réalisée par la CCI Marseille Provence. [1]

JPEG - 168.1 ko
(Photo Patricia Maillé-Caire )
JPEG - 101.3 ko
(Photo Patricia Maillé-Caire )

Plus de la moitié des commerçants (57%) observent une baisse de la fréquentation des soldes d’hiver 2017 par rapport au cru 2016 confirmant ainsi la tendance observée depuis 2012. Seuls 9% d’entre eux ont constaté une hausse de la fréquentation, un taux parmi les plus bas des 12 dernières années (8% en 2015). En corollaire, une majorité de commerçants (55%) envisagent un chiffre d’affaires lié aux soldes inférieur à l’année dernière. Le retournement positif de tendance observé lors des soldes d’hiver 2016 ne s’est donc pas confirmé cette année.
Ce sont les commerçants succursalistes qui affichent les meilleurs résultats (17% d’entre eux prévoient un CA Soldes supérieurs à l’an dernier contre 10% en moyenne).
Le panier moyen « soldes d’hiver 2017 » du secteur de l’équipement de la personne se stabilise à 80€, en légère baisse par rapport à 2016 (82€, et 78€ en 2015).

...malgré des taux de démarque attractifs

Les taux de remises pratiqués dès les premiers jours ont été supérieurs aux années précédentes : plus de 80% des professionnels affichaient des niveaux de démarques allant de 30% à 50% au démarrage des soldes, ils étaient 74% l’an dernier. 4 commerçants sur 5 ont ensuite pratiqué des taux de 50% et plus, et ils sont même 1 sur 4 à avoir atteint un taux de démarque de 70% et plus.
« Si les ventes promotionnelles se multiplient, elles ne remplacent pas les soldes traditionnels, attraction commerciale commune à l’ensemble de la profession. Les soldes correspondent à une réalité économique pour les commerçants, celle d’écouler les stocks avant l’arrivée de nouvelles collections. Si la fréquentation en magasin décline, ils restent un événement majeur pour les commerçants et leurs clients. » réagit Nicole Richard-Verspieren, vice-présidente CCIMP déléguée au Commerce, « Ventes promotionnelles, e-commerce, nouveaux usages, le commerce est en quête d’un nouveau modèle. Il nous appartient d’accompagner les commerçants afin qu’ils ne subissent plus ces mutations. Le déclin de la fréquentation lors des soldes illustre également la problématique plus globale de la consommation en centre-ville. Pour endiguer cette situation, l’amélioration de l’accessibilité de nos centres-villes est l’une des priorités. »

Les autres enseignements de cette enquête

- Le cadre réglementaire des soldes : Les soldes d’hiver 2017 démarraient cette année le 11 janvier, soit un décalage de 6 jours par rapport à l’an dernier. Si la majorité des commerçants (60%) expriment leur satisfaction, près d’un commerçant sur 3 aurait souhaité un démarrage plus précoce.
- L’ouverture dominicale au démarrage des soldes : Près d’un commerce sur deux étaient ouverts le premier dimanche des soldes. Cette pratique traditionnelle a été particulièrement suivie par les commerces d’équipement de la personne (56%) et les succursalistes (77%).
Une période pourtant abordée avec optimisme (Rappel de l’enquête du 11 janvier) [2]
La saison automne/hiver 2016 a marqué une reprise pour les commerçants du territoire après deux saisons particulièrement difficiles. Près de 60% des commerçants interrogés le 11 janvier dernier déclaraient ainsi avoir réalisé un CA supérieur ou égal à l’année précédente. Un léger redémarrage confirmé lors de la période des fêtes de fin d’année au cours desquelles 2/3 des commerçants ont enregistré des résultats supérieurs à l’année précédente. Cette légère reprise de l’activité, conjuguée aux ventes privées - désormais pratiquées par près de la moitié des commerçants - a permis une bonne maitrise des stocks. Les commerçants abordaient donc ces soldes, qui restent déterminants pour leur activité (12% de leur CA annuel), avec optimisme. Au démarrage, près des 2/3 des commerçants interrogés espéraient des résultats à la hausse pour ce cru 2017 malgré un démarrage calme le premier jour des soldes.


[1La CCI Marseille Provence a réalisé une enquête téléphonique du 30 janvier au 3 février auprès d’un échantillon représentatif selon la méthode des quotas de 500 commerces pratiquant les soldes, localisés dans les centres-villes et centres commerciaux de l’ensemble de la circonscription de la CCIMP (BdR hors Pays d’Arles). Un recul de 12 ans permet d’analyser les tendances sur la fréquentation, l’état des stocks et le chiffre d’affaires liés aux soldes.

[2Enquête réalisée par les conseillers commerce de la CCIMP, en face à face, sur l’ensemble du territoire Marseille-Provence du 6 au 11 janvier 2017 auprès d’un échantillon de 257 commerçants d’Aix en Provence (Centre-Ville, Allées Provençales), Aubagne (CC Auchan), Marseille (Hyper centre, Rue Paradis, Centre Bourse, CC La Valentine, Les Terrasses du Port, Les Docks), Martigues (Centre-Ville et CC Auchan), et Salon de Provence. Les entretiens ainsi réalisés portaient sur leur activité sur la saison et l’écoulement de leur stock et sur leur ressenti dès les premières heures d’ouverture (fréquentation, prévisions de CA).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.