Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Aix Marseille > Société > Surveillants en grève à la prison des Baumettes de Marseille : "On ne peut (...)

< >

Surveillants en grève à la prison des Baumettes de Marseille : "On ne peut pas gérer de l’humain sans de l’humain"

mercredi 24 janvier 2018

Il est un peu de plus de 8 heures, ce mercredi matin, les entrées de la prison des Baumettes de Marseille sont bloquées par des barricades montées par des surveillants en grève. Hier, les forces de l’ordre sont intervenues pour les déloger, sans succès. En ce 10e jour de grève, la tension est palpable... Il s’agit du plus grand mouvement dans les prisons depuis 25 ans...

JPEG - 150.4 ko
David Cucchietti, secrétaire local de la CGT des Baumettes à Marseille (Photo Mireille Bianciotto)

Parmi les grévistes, David Cucchietti, secrétaire local de la CGT-pénitentiaire des Baumettes, syndicat majoritaire du SPS, (Syndicat pénitentiaire des surveillants) à Marseille. Ses revendications sont les mêmes qu’au niveau national. En ce qui concerne l’emploi, le recrutement. Indique qu’il manque 86 agents aux Baumettes (Baumettes historiques et Baumettes II, inaugurées fin 2016). Il rappelle la proposition de la ministre qui parle de la création, au niveau national, de 1 100 postes sur 4 ans dont 100 en 2018, « cela couvre à peine les besoins des Baumettes », s’insurge-t-il. ... Aborde la sécurité par rapport « aux détenus radicalisés et difficiles ou violents ». Insiste sur la revalorisation salariale et indemnitaire, l’attractivité du métier « sur les 800 à 900 candidats aux concours de la pénitentiaire, la moitié seulement se présente à l’école ». Dénonce la proposition de la ministre qui parle d’une prime de 1 400 euros, dans certains établissements, pour les surveillants de détenus radicalisés qui se font agresser. « Elle ne sait pas que l’on se fait agresser partout en France », lance-t-il . Une prime qui, selon lui, « cherche à diviser ». Enfin, donne les chiffres du travail de nuit, 17 euros et 26 euros pour des dimanches et fêtes, une prime de 300 euros et une autre de 1 000 euros à l’année qui peut être réduite avec les jours d’absence « le gars qui est agressé, il est pénalisé sur cette prime-là ». Met en exergue la surpopulation en confirmant qu’aux Baumettes II, il y a bien deux détenus par cellule, ce qui double bien sûr les détenus pour les gardiens « autour de 65, 70 par étage » et sur les Baumettes historiques, c’est pire, poursuit-il, avec « 80 à 120 détenus, par étage ». Enfin, le syndicaliste souhaite sortir du conflit et attend d’autres propositions de la ministre Nicole Belloubet qui a déclaré laisser la porte ouverte « mais, aucun rendrez-vous n’est pris ». Entretien...

Reportage Mireille BIANCIOTTO

Messages

  • Bonjour
    Je suis d’accord avec ces propos mais je souhaiterai ajouter quelques petits détails importants :
    - la surpopulation carcérale n’est pas faite de population radicalisées ou violente, il en a cette, il y a aussi des pauvres types qui n’ont pas payé des pensions alimentaires ou qui ont coupé un sapin dans un champs.

    - l’insalubrité et l’inconfort primaire (absence de douche, brossage des dents)
    Si les lieux ne sont pas aux normes, si les locaux sont vétustes et si les espèces du règne animal prolifèrent tout le monde le subit ! Pour tout le personnel, qu’il est un uniforme ou pas qu’on le surnomme SPIP ou surveillant, les détenues et les familles qui subissent aussi les odeurs le manque de papier toilette, les prouts sur les meubles des parloirs ..

    - la vie ou la mort
    En plus du danger pour le personnel et les détenues, il y les suicides et la non assistance à personne en détresse.
    N’oublions pas que c’est pas vraiment confortable de décrocher un cadavre pour un maton et encore moins pour la famille aimante malgré tout, d’apprendre le décès de son proche surtout en prison..). La prison n’est pas faite pour tuer les gens.. Elle est là pour protéger ceux qui sont dehors et aider ceux qui sont dedans à devenir meilleurs et ne plus récidiver.

    - fréquentations obligatoire de la prison.
    Chaque condamnation a un taux de violence et de folie, au sens médical du terme, énoncé clairement lors d’arrestation et de jugement. Malgré ça, le mélange est tel, que les personnes les plus opposés se retrouve entre elles à longueur de temps à partager leur intimité, les caractères et les peu d’objets précieux.
    Automatiquement les idéologies se mélange et sautent des générations. Problème !

    Quelque soit le sens qu’on donne à ce mot en vogue, la prison radicalise la totalité des gens qui sont en lien avec avec, les surveillants ne travail plus, les détenues tapent sur tout ce qu’il peuvent tapé a défaut de prendre une simple douche. Et les familles s’en prenne aux associations, aux surveillants des parloirs et parfois même à leur proche.

    - les sorties sèches
    Des textes de loi qui décrivent les multiples aménagements de peine.. Et on a encore des pinpoy qui sorte sans les vrais conseils dont ils ont besoins, un suivis, des obligations. Quelques mois après ils reviennent... Normal sans aide chacun va vers ce qu’il connait dles.

    - manque cruel d’éducation
    N’oublions pas les épreuves du bac en se moment qui ne sont pas tâches faciles ! Et si à 17ans on faisait des visites des prisons au lieux de visiter les musées parfois peu intéressant sur un art qu’on ne comprendra jamais même une fois adulte..
    Peut-être que ça nous donnerait un meilleur avant goût des métiers et des risques personnelles qu’on encours chacun dans nos actes quotidiens.
    Le code pénal et le code civil tout le monde devrait l’avoir au même titre que les livres à lire de E. Zola pour les épreuves nationales du bac.
    Les obligations, les droits, les devoirs sont bafoués régulièrement.
    Au cours des études, les stages se font rares et les postes à la sortie aussi et maintenant on entrent la façon de promouvoir les postes en prison qui sont pas franchement alléchantes.
    Il a beaucoup de personne qui n’aspire qu’a travailler même en tant qu’ouvrier n’importe quel corps de métier cherche a travailler !! A l’intérieur comme à l’extérieur. Ça apprendrait plus de choses intéressante aux détenues et du job pour les gens.
    Il faut juste démarcher et surtout chez les jeunes pour ne pas les avoir dans quelques années dans vos cellules.

    - l’agressivité attire l’agressivité !!!
    Les syndicats sont tous là et c’est génial ! Merci d’être une voix pour les prisons.
    Il serait tant que les associations et syndicat de défense des détenues (avocat, arapej etc) , ainsi que les familles se mobilisent un peu pour faire valoir ce qui leur est dû.
    Les débordements sont mal vues et ne servent à rien hormis attiser la colère de tous.
    Unissez davantage les forces en acceptant et en démontrant le bienfait pour tous de renforcer la sécurité et les conditions sanitaire !
    Il faudrait peut être arrêter d’être tous agressif les uns envers les autres et assumer que nous sommes le pays des droits de l’Homme.
    Et c’est valable dans tout notre quotidien on est agressif quand on va chercher du pain ,on est agressif quand on le donne on est agressif en voiture, on est agressif en piéton et on veux prône la paix en France ?!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.