Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives


Accueil > Provence > Politique > Tourisme : la région Provence-Alpes-Côte d’Azur prend ses marques pour capter (...)

< >

Tourisme : la région Provence-Alpes-Côte d’Azur prend ses marques pour capter des parts de marché

jeudi 23 mars 2017

Renaud Muselier, Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président du Comité Régional de Tourisme (CRT) Paca vient de présenter la « Nouvelle donne et stratégie 2017/2020 du CRT Paca en présence de Jennifer Salles-Barbosa, conseillère régionale, Présidente de la Commission Tourisme. Une nouvelle stratégie qui vise à rendre visible les trois marques de destination à l’international : Provence, Côte d’Azur France et Alpes, rendre les destinations régionales compétitives et centrer l’approche sur le client, alors que le secteur du tourisme souffre, du fait notamment des attentats que la France et la région, avec Nice, ont eu à connaître.

JPEG - 69.9 ko
Jennifer Salles-Barbosa et Renaud Muselier ont présenté la nouvelle stratégie du tourisme en Paca (Photo Robert Poulain)

« C’est en fédérant, les Agences Départementales de Tourisme, les Offices et les professionnels du tourisme autour des marques Provence, Alpes et Côte d’Azur, que nous pourrons développer la notoriété de nos destinations et accroître l’économie touristique », avance Renaud Muselier. Il insiste sur l’importance de celle-ci : « L’économie touristique de notre région génère 18 milliards d’euros de retombées économiques, soit 13% du PIB de la région et anime 141 000 emplois, soit 7,5% des emplois totaux de la région et 9,4% des emplois salariés. Et c’est pas moins de 25 000 TPE et PME qui opèrent dans le secteur de l’hébergement, de la restauration, des transports ou encore des activités de loisirs culturelles ou sportives ». Il ne manque pas de signaler qu’avec 6 millions de touristes internationaux qui dépensent deux fois plus que les touristes français, « notre région est la deuxième destination du tourisme international en France, juste après Paris Île de France. Pour autant, si le tourisme mondial devait augmenter de 50 % d’ici 2030, le nombre de concurrents serait, lui, multiplié par 3 ».
Il importe donc, pour le président du CRT, de rendre les destinations régionales plus compétitives. « Ce qui passe par un travail avec les professionnels du tourisme en s’appuyant sur nos infrastructures : nos ports, nos aéroports de Nice et Marseille, les deux plus importants, après Paris, nos dessertes TGV », assure-t-il.
Jennifer Salles-Barbosa indique pour sa part : « Le président Estrosi a voulu que ce plan sorte très rapidement. Nous avons donc été à la rencontre des professionnels du tourisme pour identifier leurs problèmes et comment la région pouvait les aider, les soutenir. Puis, nous avons organiser des ateliers pour définir la stratégie touristique et c’est ainsi que nous avons élaboré ce plan avec sa stratégie et ses 8 programmes opérationnels ». Explique également que ce plan est évolutif. « Nous avons la volonté de rencontrer une à deux fois par an les professionnels pour voir si la situation évolue positivement ». « On voit bien, reprend Renaud Muselier, que la population européenne vieillit, est riche et souhaite faire du tourisme. On voit bien que les Nord-Américains sont des clients potentiels importants et que la France est un territoire d’appel fabuleux si la sécurité est au rendez-vous ». Pour lui, il existe nombre de destinations de qualités mais, considère-t-il :« Nous sommes les seuls à avoir la chance de disposer de territoires de grandes qualités et totalement différents, d’où notre idée de structurer les marques Provence, Alpes et Côte d’Azur France pour être visibles à l’échelle mondiale ».
« Il faut, c’est notre premier objectif, que nos destinations soient connues, rêvées pour pouvoir être sélectionnées », dévoile Renaud Muselier qui ajoute : « Cela implique la concentration de nos moyens sur les marchés à plus fort potentiel, la connaissance de nos prospects pour contextualiser nos messages et la construction de plus-values différenciantes pour chaque marque de destination ». Et d’annoncer que la marque Provence sera lancée le 25 avril 2017, « elle veut asseoir ses fondamentaux tout en redynamisant son image avec des expériences nouvelles, inattendues, autour des arts de vivre en Provence ». La marque Côte d’Azur France a déjà été lancée par le CRT Côte d’Azur, « elle se veut plus créative, variée, intemporelle et renouvelée. Elle se concentre sur les grands événements sportifs, culturels et rencontres professionnelles ». La marque Alpes sera construite en lien étroit avec l’ADDET (Agence Départementale de Développement Économique et Touristique) 05 et les partenaires des trois départements alpins, dans le courant de l’année 2017 pour une nouvelle communication dès 2018.
Le deuxième objectif avancé est de rendre les destinations régionales compétitives. « Après avoir été sélectionnées, nos destinations doivent être choisies et achetées. Un travail étroit avec les professionnels du tourisme se met en place pour aider à la commercialisation, notamment en ailes de saison ». En amont, le CRT doit agir pour le développement de l’accessibilité, en lien avec les aéroports et différents transporteurs. « Enfin, la compétitivité passe aujourd’hui par la présence digitale, qui doit aider à la compréhension des valeurs associées à nos marques et inciter à l’achat. La refonte de la présence digitale est en marche et doit permettre d’ici 2018 de proposer des moteurs d’inspiration ou d’accentuer les passerelles entre les marques pour rallonger les séjours et inciter à l’achat. L’animation des communautés sur les réseaux sociaux étrangers fait partie intégrante de ce travail et cette démarche ira de pair avec la politique
commune de Gestion de la Relation Clients
 ».
Le troisième objectif consiste à créer un lien avec les clients (2018/2020). « Durant leur visite et après leur retour, nos clients doivent devenir nos meilleurs ambassadeurs. Cette étape se construit avec nos partenaires de terrain (privés et institutionnels). La création d’une stratégie globale d’acquisition des données clients rend possible des actions de marketing direct à grande échelle dans le but de servir le client et les professionnels grâce à la mise en valeur d’offres contextualisées ».
Michel CAIRE

Renaud Muselier revient sur cette nouvelle stratégie touristique en Provence-Alpes-Côte d’Azur au micro de Mireille BIANCIOTTO

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.