Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Ailleurs > Politique > Tribune de la sénatrice Sophie Joissains : "Le Brexit est une catastrophe (...)

< >

Tribune de la sénatrice Sophie Joissains : "Le Brexit est une catastrophe mais une catastrophe annoncée"

vendredi 24 juin 2016

JPEG - 42.5 ko
Sophie Joissains sénatrice des Bouches-du-Rhône (Photo Philippe Maillé)

Les peuples sont de plus en éloignés des décisions qui les concernent et l’Europe apparaît comme le parangon de cet éloignement. Les réformes territoriales successives vont dans ce sens. Centralisation extrême, décisions concentrées dans les mains de quelques uns, inconnus ou coupés des populations concernées. On éloigne le peuple de ses représentants en retirant tout pouvoir d’action aux Élus de proximité, en faisant progressivement disparaître les communes. Communes qui constituent le seul échelon de proximité réellement reconnu par les citoyens. La démocratie, c’est à dire le lien entre les citoyens et les représentants qu’ils ont choisi, est menacée par le fantasme des grands ensembles. Les communes des Bouches du Rhône le dénoncent depuis longtemps. La métropole met le pouvoir local sous tutelle et enlise les communes non seulement en les privant de leurs compétences de proximité mais aussi en désactivant la prise de décisions des Maires par un processus administratif long et paralysant. Cette logique est mortifère. Les grands ensembles ne pourront être ressentis comme forts et légitimes que si leurs compétences interviennent par subsidiarité. L’affaiblissement du pouvoir local signifie l’effacement du citoyen. L’Europe forte, sociale et politique que j’appelle de mes vœux ne pourra l’être qu’en s’appuyant sur la volonté et l’adhésion des peuples. Pour cela le citoyen doit revenir au centre de la décision politique. Seul un pouvoir local fort basé sur les diversités et les particularités de territoire permettra la constitution acceptée et voulue d’une Europe forte et proche des préoccupations citoyennes, loin des extrémismes en tout genre. Le Brexit est une catastrophe, pourvu que ce soit un électrochoc.

Messages

  • Les peuples, l’homme ? le stade actuel d’évolution de l’humanité est le début de la négation de l’individu, donc bien évidemment de toute démocratie véritable. Il est vrai, sans mensonge, certain et très véritable que l’illusion "fait le boulot", et celà est démontré dans les sciences cognitives dont la face émergée est la sophrologie, où il suffit que le placébo soit bien vendu pour qu’il créé adhésion et que tout un chacun se sente en confiance. Le vote ne se fait plus sur le réel mais sur une réalité, à savoir celle que l’on vit qu’elle soit sur des fondements réels ou faux, qui nécessite un pouvoir de communication, donc d’embrasement fort.
    Donc centralisation dans les mains de ce certains appellent les élites, force d’écrasement des volontés individuelles en douceur bien sûr, négation de la finalité de l’humanité qui est la communion d’un grand nombre d’individus pour plus de richesses communes. Fin de la démocratie.
    L’Europe ? la confiance se mérite, elle ne s’octroie pas indéfiniment sans preuve, preuve pour le peuple bien sûr et non entre têtes pensantes se congratulant avec joie de leurs propres réalisations égotiques trop souvent à coté des réalités.
    Des réalités comme la Grèce dont le feuilleton va se terminer sans que l’Europe n’ait compris ou pire intégré la vraie "donne" : les ports chinois sont de Chine en sont une des preuves, et il suffit d’enquêter pour voir que toute substance permettant de rembourser une quelconque dette grecque est désormais en les mains de l’hors Europe pour ne pas faire de fixation...la vérité est bien ailleurs. Jpaul Barry

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.