Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives


Accueil > Ailleurs > Société > Tribune libre de Marc La Mola : Ma pauvre Sandra …

< >

Tribune libre de Marc La Mola : Ma pauvre Sandra …

vendredi 19 mai 2017

J’ai toujours été en admiration devant les révoltés, les insurgés voulant changer le monde ou désireux de se battre bec et ongles contre les choses établies ou les puissants. Moi même je suis parfois des leurs et mène des combats dont les issues sont évidemment en ma défaveur mais c’est ainsi on ne se change pas !
Il existe donc des luttes nobles, des joutes verbales violentes et des coups de gueule justifiés et légitimes comme l’on peut se confronter à des bagarres inutiles, parfois même ridicules tant l’enjeu est minable ou sa justification, par rapport aux faits concernés, est disproportionnée voire indécente. C’est bien de cela dont je souhaite parler dans cette tribune, de ces drames engendrant des commentaires, des polémiques éhontées en des périodes où il serait préférable de respecter ceux qui sont tombés sous la violence des terroristes et le deuil de trop nombreuses familles.

Mais voilà il existe toujours une Jeannette Bougrab ou une Sandra Bertin pour se perdre dans de grandes palabres, parfois assorties de larmes de crocodiles, pour déblatérer sur un sujet grave et mieux encore pour se placer en victime esseulée d’un système qu’elles pensent atteint de cécité refusant de présenter une vérité à une société stupide et lobotomisée.

Mais voilà lorsque l’on porte publiquement des accusations farfelues contre un ministre d’État il faut s’attendre à se justifier devant les tribunaux comme le fera d’ailleurs Sandra Bertin le 7 juin prochain. Sandra sera jugée pour diffamation et elle n’aurait pas diffamé n’importe qui puisqu’il s’agit de l’ancien ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Sandra est une fliquette municipale de la ville de Nice, elle exerce au Centre de Supervision Urbaine de cette ville. Elle en est même la responsable. C’est donc elle et les fonctionnaires placés sous ses ordres qui ont assisté passivement et malgré eux au massacre du 14 juillet dernier sur la promenade des Anglais. Derrière leurs écrans ils ont tout vu. Depuis l’entrée en trombe du camion dans le dispositif de sécurité jusqu’à sa course folle durant laquelle il a transformé des pauvres gens en quilles vulnérables et évidemment aux passages des roues jumelées sur les corps des victimes innocentes. Tout, ils ont tout vu ou presque ...

Sandra fut sollicitée, presque harcelée affirmera-t-elle ensuite par une hiérarchie locale mais surtout par des autorités Nationales. Il fallait très vite rendre un rapport pour informer, pour rendre compte au plus haut sommet de l’État des circonstances de ce drame et cela devait aller vite, très vite. Alors elle a vu défiler des gradés de la Police Nationale qui, pressés par leurs hiérarchies départementale et nationale, ont insisté peut être un peu trop pour avoir un document qu’ils pourraient fournir au plus vite au cabinet du préfet puis bien évidemment à celui du ministre. D’autres ont téléphoné, certainement trop aussi, pour avoir des infos et savoir ce que les caméras de surveillance avaient capté, avaient enregistré. Ils se sont emballés, affolés, effrayés aussi mais ne le serait-on pas pour moins que cela ?

Mais Sandra, non habituée à gérer ce type d’événement a mélangé, à confondu empressement et harcèlement. Alors elle a cru de bon ton de s’insurger devant les caméras de télé, elle a même cru qu’il serait judicieux de remettre en cause les positions des hauts fonctionnaires de la Police Nationale en les faisant passer pour des agités, en brandissant la théorie du complot comme un étendard, en se positionnant comme l’empêcheuse de tourner en rond susceptible de fédérer derrière elle toute une horde de gens intègres désireux de faire basculer un gouvernement aux idées auxquelles elle n’adhérait évidemment pas. Dans tout cela elle semblait oublier les victimes …
Elle se sentit bien dans son uniforme de vengeresse d’une société en proie en un terrorisme que le pouvoir socialiste était incapable d’endiguer, incapable d’éradiquer sans réaliser qu’elle n’était qu’un pion paumé sur un échiquier glissant où les fous sont assassinés bien avant d’avoir pu mettre sa majesté en échec et mat et encore plus si les arguments avancés ne sont qu’approximations.
Telle la grenouille rencontrant le bœuf Sandra a voulu se gonfler pour être vue, connue et reconnue de ses propres collègues, de sa hiérarchie et même de toute la société Française qui d’après elle n’avait que cela à penser, n’avait que cela à se préoccuper.
Elle en oubliait seulement les victimes …

Sans nul doute en mal de notoriété, Sandra ne baissa pas les bras lorsqu’elle vit arriver, à la même vitesse que le funeste poids-lourd, les caméras de BFM. Elle ne se découragea pas lorsque le ministre démentit, avec le flegme qui le caractérise, les propos de la fliquette surmédiatisée. Au contraire elle renchérit …

Ma pauvre Sandra sais-tu que la gestion d’une telle catastrophe est affaire de professionnels. Les services de police d’État devaient bien évidemment être informés du déroulé de cette affaire. Les services de renseignements, les responsables de la police ont certainement insisté pour avoir un rapport circonstancié relatant les faits mais cela ne veut pas dire qu’ils aient voulu dissimuler une vérité. L’insistance n’est pas synonyme d’embrouilles, de magouilles et les hauts fonctionnaires de la police nationale ne sont pas des « tordus » capables de demander et même d’ordonner à une simple policière municipale de transformer une vérité qui leur déplairait pour dissimuler un scandale d’état. Restons sérieux Sandra, tu t’égares !

Comment peux tu imaginer que ces policiers là puissent te demander de transformer ce que les bandes vidéos ont enregistré ? Crois tu vraiment qu’ils auraient eu besoin de toi s’il avait fallu dissimuler quoi que ce soit ? Évites de t’accorder plus de crédit que tu n’en as !

Alors qu’au sol les débris du camion jonchaient encore la promenade des Anglais, que le bitume était toujours souillé du sang des victimes et que les larmes versées là ne parvenaient pas à laver ni les mémoires ni les pavés Sandra se pavanaient devant les journalistes en jouant de sa tignasse pour étaler sans aucune pudeur ce qu’elle nommait un scandale, ce qu’elle espérait voir devenir une bombe capable de déstabiliser le ministre de l’Intérieur et même, dans ses rêves les plus fous, le Président de la République.
Son rêve allait peut-être devenir réalité et le tout, associé à une sur-médiatisation capable de la faire sortir de l’ombre, elle rêva de quitter des rangs d’une police que municipale pour aller se frotter aux effectifs dont elle crèverait de faire partie : la police, celle de l’État ! Mais c’est à la barre du tribunal que le fusible risque de sauter. C’est donc devant une cour de justice très sérieuse que le sort de Sandra va être décidé.

Le souvenir du drame est encore dans nos têtes et Sandra va aller laver son linge sale devant des magistrats alors que des familles pleurent toujours les leurs, alors que les rescapés cauchemardent en revivant la scène, en entendant les craquements secs des fémurs et des cages thoraciques pulvérisées par des roues de camion. Eux ne réclament rien car ils savent qu’il n’existe qu’un seul responsable de cette horreur et qu’il a été abattu au volant de l’abominable camion un soir de 14 Juillet sur la promenade des Anglais. Le 07 Juin ce sera ton procès mais aussi celui de l’indécence faute d’avoir vu se tenir celui du ridicule que tu as si bien incarné !

Moi je pense au bitume souillé par le sang, je pense aux familles inconsolables et même aux flics, fussent-ils municipaux ou nationaux d’ailleurs, qui ont tenté de stopper le terroriste et je sais que cette querelle est bien triste et inutile.

Mais Sandra avais tu vraiment besoin de cela pour exister ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.