Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives


Accueil > Aix Marseille > Politique > Voeux à la presse : Jean-Claude Gaudin se félicite des avancées de Marseille (...)

< >

Voeux à la presse : Jean-Claude Gaudin se félicite des avancées de Marseille et maintient son cap métropole

lundi 19 janvier 2015

JPEG - 75.1 ko
(Photo Philippe Maillé)

C’est à la presse que le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin a souhaité ses vœux ce lundi 19 janvier. L’occasion de renouveler son soutien « aux familles des victimes » et réaffirmer sa confiance « aux forces de police qui, au quotidien, font preuve d’un immense courage pour protéger notre pays, ainsi qu’aux médias qui ont su se mobiliser pour porter plus haut encore la voix des Français ». Et de revenir aux médias : « Je sais que certains titres de la presse écrite traversent, comme d’autres entreprises, des moments difficiles. Mais les entreprises de presse ne sont pas des entreprises tout à fait comme les autres. Leur but premier n’est pas la rentabilité. J’espère de tout cœur qu’elles pourront trouver rapidement les moyens de surmonter leurs difficultés. »
Le maire d’évoquer l’année qui vient de s’écouler comme porteuse de « bien des satisfactions ». 2014, un cru particulier de par sa réélection le replaçant ainsi comme premier magistrat de la Ville. « Je ne me suis pas présenté pour seulement gagner mais éviter à Marseille de revenir en arrière », considère-t-il. Entendant poursuivre et amplifier le renouveau « malgré un contexte financier et économique difficile et l’action d’un gouvernement qui transfère aussi volontiers ses charges qu’il réduit ses dotations ». De rappeler l’effet MP2013, le défi à venir avec la Capitale européenne du Sport 2017, le stade vélodrome « tant décrié qui porte chance à l’Olympique de Marseille », le label French Tech… Pour ce dernier, il met en exergue, le Pôle Média de la Belle-de-Mai, « Pôle d’excellence en matière d’économie numérique qui constitue, avec le Technopole de Château-Gombert, le Technopole de l’Arbois et le site de la Constance à Aix-en-Provence, l’un des quatre piliers de l’économie numérique de notre territoire qui vient de se voir attribuer le label national "French Tech" ». Précisant que le numérique, « c’est déjà 40 000 emplois pour notre territoire » Et d’insister : « Ce label va favoriser l’émergence d’accélérateurs de croissance des startups numériques et accroître leur visibilité internationale.

« Aix-Marseille s’impose comme la métropole numérique du Sud »

Ainsi Aix-Marseille s’impose comme La métropole numérique du Sud ». Annonçant dans le même temps : « L’année 2015 verra l’implantation sur le Pôle des studios de "Mocap" spécialisés dans la production d’effets spéciaux et de capture des mouvements (motion capture) destinés aux professionnels du cinéma, du jeu vidéo et du film d’animation. » Enfin, le projet de création du Pôle Média 2.0 dans le secteur des casernes de la Belle-de-Mai est appelé à constituer, sur le périmètre Euroméditerranée, le bâtiment "Totem" de la French Tech à Marseille, au sein du projet urbain "Quartiers Libres".
Il souligne ensuite la stratégie d’implantation commerciale qui « a porté ses fruits ». Les Terrasses du Port, les Voûtes de la Major, les Docks, la rénovation et l’agrandissement du Centre Bourse, « participent à l’attractivité de notre ville ». Ironisant à propos des Terrasses « que la gauche était contre » mais que ces dernières enregistrent « un million de visiteurs par mois et ont permis de créer 2 000 emplois ».

« Je sais que beaucoup pensent à ma succession »

Au cours de cette rencontre avec l’édile, une réponse en particulier était attendue : Est-ce qu’il irait jusqu’au bout de son mandat en 2020 ? En décembre La Provence dévoilait que le maire attendait d’être désigné au Conseil constitutionnel. Le président du Sénat, Gérard Larcher, aura en effet la possibilité de désigner un membre de l’institution en 2016. Le maire de lancer « cela ne m’a pas fait plaisir », sans démentir l’information. « J’ai interprété cette rumeur comme une méchanceté ou comme on le dit dans le sport, un tacle de certains de mes amis. Je sais que beaucoup pensent à ma succession », avancera-t-il. « Alors oui, ajoutera-t-il, le président du Sénat retrouvera le droit de désigner un membre du Conseil constitutionnel en 2016. Mais je vous rappelle qu’il peut choisir un candidat à l’intérieur de l’Assemblée comme à l’extérieur. Alors, on verra… ».
Des échéances approches notamment les Départementales. Jean-Claude Gaudin d’annoncer : « Le rassemblement UMP-UDI ». Des départementales « en ordre de marche pilotées par Martine Vassal et c’est elle qui sera au Conseil général », appuie-t-il. Quant aux discussions autour de celle ou celui qui devrait devenir la tête de proue pour les Régionales en décembre. Il botte en touche : « Nous aurons le temps d’en parler ».
Autre thème récurrent : la sécurité. Il avoue réfléchir « à la possibilité d’armer la Police municipale ». « Je n’exclue pas cette évolution », explique-t-il.
Et également aborder un autre sujet épineux, celui des rythmes scolaires. De revenir sur les difficultés à les mettre en place. « Cela nous coûte et nous serrons les boulons. On restreint tout pour éviter d’augmenter la fiscalité ». Et ne rejette pas la possibilité, à l’instar de Lyon, « pas cette année en raison des problèmes », de demander une participation aux parents.

« Les maires hostiles à la métropole ne manquent pas d’air »

La question de la future métropole n’est pas éludée. Il estime : « Il est grand temps que les opposants qui redoutent l’hégémonie marseillaise, prennent conscience que Marseille est la locomotive économique du département et de la région, avec des retombées pour de nombreuses communes, ainsi que son énorme marché qui fait vivre tout le territoire. » Et d’ironiser : « Les maires hostiles à la métropole ne manquent pas d’air, la quasi-totalité de leurs habitants vient travailler à Marseille, dans nos hôpitaux, se distraire à Marseille à l’Opéra, au Stade vélodrome... » « Oui, admet-il, la dette de Marseille est haute. Alors le maire de Marseille devrait donc la fermer et ne pas défendre sa ville. Je ne demande pas à Aix de la payer mais plus d’aides de l’État ». Il annonce avoir déposé 5 amendements sur lesquels, ils devraient obtenir satisfaction. « Le plan local d’urbanisme (PLU) reste sous l’autorité du maire ; la rentabilité des casinos de Cassis, La Ciotat, Aix-en-Provence, Carry-Le-Rouet et les taxes de séjours restent aux communes ; les concessions des plages restent également aux communes et enfin, pour Marseille, j’ai demandé une aide substantielle pour le Bataillon de marins pompiers de Marseille (BMPM) ». Et de rappeler que Marseille représente 46% du territoire.
Pour renforcer « le rayonnement de Marseille et celui de son territoire métropolitain », le maire de Marseille présente l’Académie des Ambassadeurs de Marseille.« Elle a vocation à réunir tous ceux qui, fiers de leur ville, sont profondément convaincus qu’elle est en capacité de devenir une grande métropole internationale et qui souhaitent s’engager. L’Académie poursuivra trois objectifs principaux : participer à la promotion de Marseille au plan national et international, détecter de nouvelles opportunités de développement, mettre en liaison des investisseurs, des porteurs de projets extérieurs, avec les services municipaux compétents »,explique-t-il. « C’est dans ce cadre, poursuit-il, « que le 4 décembre dernier, une charte a été signée entre la Municipalité, le bureau des congrès et des événements, et la communauté universitaire, médicale et scientifique du territoire pour attirer à Marseille toujours plus de manifestations et faire de la ville une place incontournable du tourisme d’affaires ».
Patricia MAILLE-CAIRE

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.