Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

https://www.business-story.biz/pour-votre-projet-faites-vous-accompagner-par-un-expert-comptable?ticket=ST-71690-RHTtBjMbDfkU2XtyOyJ3iwFi9QU-cas01

Accueil

< >

Cassis. Deux hommes jugés ce lundi 31 août pour avoir tué des pigeons à coups de pied : L’Association Stéphane Lamart se constitue partie civile

dimanche 30 août 2020

L’association Stéphane Lamart « Pour la défense des droits des animaux », reconnue d’Utilité Publique se constitue partie civile au sujet d’un acte de cruauté commis sur des pigeons par deux commerçants à Cassis (13), le 4 mai 2019.

L’association relate :« Les faits se sont déroulés rue Victor Hugo à Cassis le 4 mai 2019 aux alentours de 19h. Une commerçante de la rue entend tout à coup des bruits de cailloux dehors et sort de sa boutique pour voir ce qu’il s’y passe. Elle voit alors les deux employés de la boulangerie, voisine à son magasin, en train de jeter des pierres pour déloger les pigeons qui étaient sur le rebord, au-dessus du commerce. Ces derniers n’arrivant pas encore à voler tombent par terre puis se font piétiner par les deux hommes qui s’acharnent en les rouant de coups de pied jusqu’à les tuer. Ces oiseaux en bas âge n’avaient aucun moyen de fuir et se sont littéralement fait écraser. La scène d’une violence inouïe est très choquante et se déroule en pleine rue passante. La femme témoin de la scène décide alors de s’interposer et se fait agresser par les deux hommes qui s’en sont pris à elle en la martelant de coups. Elle a décidé de déposer plainte pour agression et les violences à son égard ont été constatées par un médecin. La police s’est également rendue sur place pour constater les cadavres des pigeons étendus devant le commerce. L’association Stéphane Lamart s’est constituée partie civile auprès de la gendarmerie de Cassis en date du 13 mai 2019. Elle missionne son avocat Patrice Grillon pour la représenter lors de l’audience du lundi 31 août prochain à 10h45 au Tribunal Judiciaire de Marseille, afin de faire valoir les droits des animaux et pour que les prévenus soient sanctionnés d’une peine exemplaire. Les mis en cause risquent jusqu’à 2 ans de prison et 30 000 euros d’amende pour acte de cruauté, en complément de leur peine pour agression. »
La rédaction
Plus d’info : associationstephanelamart.com

Cet article vous a intéressé ?

Aidez-nous à poursuivre la mise à disposition d'articles gratuits en regardant simplement une courte publicité de votre choix :



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.