Recherche

Accueil > Ailleurs > Sciences > 31e session du Conseil Iter : des défis à relever

>

31e session du Conseil Iter : des défis à relever

lundi 21 novembre 2022

Le Conseil Iter s’est réuni pour examiner l’état d’avancement du programme Iter. Il a évalué les progrès enregistrés dans le domaine de la construction, de la fabrication, de l’assemblage et de la mise en service des premiers systèmes, ainsi que l’impact sur le programme de la pandémie de Covid-19 et des difficultés que connaît la chaîne logistique.

JPEG - 165.6 ko
Le chantier de construction de l’installation ITER à Saint-Paul-lez-Durance/Cadarache (13) mobilise quotidiennement plus de 2 500 personnes, appartenant à quelque 500 entreprises ©Iter

Lors de cette 31e session du Conseil Iter, les 16 et 17 novembre, le nouveau directeur général, Pietro Barabaschi, a présenté son rapport sur l’état d’avancement du programme Iter, reflétant les efforts réalisés par Iter Organization (IO) et les Agences domestiques (DAs) pour assurer le succès des livraisons de composants, de leur assemblage et de leur installation. Le directeur général a lancé une procédure d’évaluation du programme, qui a d’ores et déjà identifié plusieurs domaines requérant l’attention.

Progrès physique :

Le Conseil a constaté avec satisfaction les progrès continus enregistrés sur le chantier et dans les installations industrielles des membres.

● Les fabrications et les livraisons de pièces et de systèmes uniques par leur taille et leur complexité (comme la bobine de champ poloïdal n°1, prête à prendre la mer), se poursuivent.
● En cours également, l’installation des systèmes industriels, au nombre desquels la totalité des équipements de conversion électrique requis pour la production du premier plasma et la préparation de la mise en service des sous-systèmes de l’usine cryogénique et du système de refroidissement.
● Les travaux de construction ont également enregistré des progrès substantiels (Bâtiment tritium, Bâtiment de contrôle et gros œuvre de l’installation d’injection de neutres).

Défis techniques

Le Conseil a pris acte de la nécessité de répondre aux préoccupations liées aux composants « inédits » (First-of-a-kind). De récentes analyses portant sur certains de ces composants ont en effet mis en évidence la nécessité de procéder à d’importantes réparations. Le Conseil a demandé au directeur général d’évaluer dans les meilleurs délais les conséquences de cette situation et de procéder au plus vite aux réparations nécessaires. En outre, le Conseil a demandé à Iter Organization et aux Agences domestiques d’œuvrer conjointement pour promouvoir une culture fondée sur le contrôle qualité à l’échelle de l’ensemble du programme afin de prévenir la répétition de situations similaires.

Contexte réglementaire

Le Conseil a pris acte des efforts en cours pour répondre aux dernières
questions posées par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Il s’est félicité de la volonté du directeur général d’assurer une communication transparente et techniquement correcte avec l’ASN afin de répondre à ces questions de manière effective. Le Conseil a demandé à être régulièrement et précisément informé des progrès enregistrés.

Actualisation de la feuille de route

Le Conseil a accepté la recommandation du directeur général d’actualiser la feuille de route (Baseline) après qu’une évaluation globale aura été conduite et un plan de réparation défini. Une fois ces actions réalisées, Iter Organization pourra définir le nouveau calendrier jusqu’à la fin des travaux et établir le budget associé sur des bases solides.

Soutien des membres d’Iter

Les membres du Conseil ont réaffirmé leur totale adhésion à la mission d’Iter. Ils sont déterminés à œuvrer ensemble pour développer les solutions qui assureront le succès du programme. Prenant acte des pressions auxquelles ITER doit faire face, le Conseil a incité chacun des Membres à respecter ses engagements, tant en termes de contribution financière que de fournitures « en nature », afin de poursuivre la mise en œuvre du programme de construction, d’installation et d’assemblage.

Contexte

Conçu pour démontrer la faisabilité scientifique et technologique de l’énergie de fusion, ITER sera la plus grande installation expérimentale de fusion jamais construite. La fusion est à l’origine de l’énergie du Soleil et des étoiles : quand des noyaux d’atomes légers fusionnent pour former des noyaux plus lourds, une grande quantité d’énergie est libérée. La recherche sur la fusion vise à maîtriser cette source d’énergie à la fois sûre, fiable et respectueuse de l’environnement. Iter est également une entreprise de coopération scientifique internationale sans équivalent. La contribution de l’Europe représente à peu près la moitié du coût de construction ; les six autres Membres engagés dans cette entreprise (la Chine, l’Inde, le Japon, la République de Corée, la Fédération de Russie et les États-Unis) contribuent à part égale à l’autre moitié. Iter est en cours de construction à Saint-Paul-lez-Durance/Cadarache, en France, dans le département des Bouches-du-Rhône.

Plus d’info sur le programme Iter : iter.org

Cet article vous a intéressé ?

Grâce à vous nous pouvons continuer à proposer du contenu gratuitement.

Aidez-nous en visionnant une publicité.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.