DestiMed

Accueil > Aix Marseille > Société > Appel national du Camp des Milles par les quatre principales associations (...)

< >

Appel national du Camp des Milles par les quatre principales associations antiracistes

dimanche 20 septembre 2015

L’histoire alerte le présent : Veillons sur les valeurs de la République !
Les présidents des quatre principales associations antiracistes, Françoise Dumont (LDH), Alain Jakubowicz (LICRA) , Pierre Mairat (MRAP) et Dominique Sopo (SOS Racisme), ont lancé conjointement ce dimanche 20 septembre, un Appel national du Camp des Milles face à la montée des extrémismes, des racismes et de l’antisémitisme.

JPEG - 100.9 ko
Les présidents des associations antiracistes, Françoise Dumont (LDH), Alain Jakubowicz (LICRA) , Pierre Mairat (MRAP) et Dominique Sopo (SOS Racisme), ont lancé un Appel national du Camp des Milles (Photo C.d.M.)

Cet appel commun, qui est un événement en soi, a été lancé devant plus de 250 personnes à l’occasion du premier Forum annuel « Démocratie, mémoires et vigilance » organisé par la Fondation du Camp des Milles-Mémoire et Éducation, en partenariat avec le journal Le Monde et avec le soutien de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.
Partant du constat commun de la forte progression du racisme et de l’antisémitisme, les présidents associatifs ont mis en garde contre les dérives idéologiques et démagogiques inhérentes à cette évolution porteuse de haine et de violences de plus en plus meurtrières. L’Appel national été lancé depuis le Camp des Milles, « afin de rappeler que notre démocratie vit et se développe à l’ombre de l’histoire. Ce lieu, seul camp français d’internement et de déportation encore intact, témoigne en effet des persécutions et des déportations du régime de Vichy dont les héritiers et les défenseurs relèvent aujourd’hui la tête. » Les présidents associatifs ont souhaité par cet Appel rappeler leur combat en faveur de la tolérance et du vivre-ensemble mais aussi appeler à la résistance nécessaire face à la tentation des discours et des actes xénophobes et racistes : « Parce que le racisme et l’antisémitisme ont un potentiel explosif et contagieux, parce que les dynamiques qu’ils engendrent deviennent vite immaîtrisables ». Et parce qu’aujourd’hui comme hier, ne rien faire, « c’est laisser s’enclencher des engrenages mortifères pour la démocratie et pour chacun d’entre nous ». Ils ont aussi rappelé la responsabilité de chaque citoyen face à la montée de ces périls et des discours qui les portent et qui menacent le socle des valeurs républicaines et humanistes de liberté, d’égalité, de fraternité mais aussi de laïcité, de dignité et de justice.
Animé par Pascal Galinier du Monde, un débat s’est ouvert entre des représentants d’associations et un public varié, composé de militants mais aussi de citoyens concernés. Ce fut aussi l’occasion pour Nathalie Bajos, représentant le Défenseur des droits, de présenter la plate-forme de ressources récemment lancée contre le racisme, et pour Daniel Davisse, ancien interné du Camp des Milles, de rappeler l’importance d’une prise de recul dans ce Site-mémorial qui est à ses yeux un lieu unique s’appuyant sur le passé pour préparer le présent et l’avenir. Le mot de la fin a été pour Alain Chouraqui, Président de la Fondation du Camp des Milles-Mémoire et Éducation, qui a repris les propos de son père Sidney, combattant volontaire de la Résistance : « Le combat pour les droits de l’Homme n’est jamais gagné, mais il n’est jamais perdu non plus…à condition de le mener ».
O.B.

Appel national du Camp des Milles LDH, LICRA, MRAP, SOS Racisme 20 septembre 2015

L’histoire alerte le présent
Veillons sur les valeurs de la République : Pas une voix pour les candidats du racisme et de l’antisémitisme !
"Le monde est dangereux à vivre non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire". Albert Einstein
Racisme et antisémitisme progressent dangereusement. En France et dans le monde, ils provoquent la montée des haines et des violences, de plus en plus meurtrières. Ils sont nourris par des discours démagogiques qui se saisissent de difficultés objectives, de peurs et de colères pour justifier l’injustifiable : la désignation de boucs émissaires et leur exclusion, au prétexte de répondre aux problèmes qu’affrontent le monde et donc, nos sociétés.
Nous connaissons ces mécaniques ; elles ont déjà malheureusement marqué notre histoire et elles resurgissent dans les moments difficiles, car les crises favorisent discriminations et atteintes aux droits de l’homme. Nous savons qu’elles conduisent à exalter la force, à pratiquer la violence, à conjuguer la haine des faibles, des minorités et des étrangers. Nous savons qu’elles déstabilisent ainsi le vivre ensemble, l’ordre public, l’idée même d’un avenir commun.
Bien que dangereuses, ces idées sont aujourd’hui au cœur du débat public, dont elles donnent trop souvent le ton. Elles entendent conquérir encore du terrain lors des prochaines élections régionales. Il est urgent d’y porter un coup d’arrêt, il est décisif que nos voix bannissent racisme et antisémitisme du débat républicain.
C’est pourquoi nos associations lancent d’une même voix un appel solennel aux électrices et aux électeurs, quels que soient leurs appartenances, leurs préférences, leurs choix politiques
Nous avons choisi de le faire ensemble parce que nous sommes profondément opposés au racisme, à l’antisémitisme, à tous les discours et à toutes les politiques de haine et d’exclusion qui préparent, toujours, le pire.
Nous avons choisi de le faire au camp des Milles afin de rappeler que notre démocratie vit et se développe à l’ombre de l’histoire. Ce lieu, seul camp français d’internement et de déportation encore intact, témoigne en effet des persécutions et des déportations du régime de Vichy dont les héritiers et les défenseurs relèvent aujourd’hui la tête.
Nous avons choisi de le faire parce que face à un danger sociétal aussi grave, nos Associations ne peuvent réussir seules et ont besoin de l’implication de tous. Tout indique que lors du scrutin régional la démagogie – singulièrement celle du FN mais pas uniquement -, le repli identitaire et le rejet de l’Autre vont être agités comme autant d’appels à la peur et à la haine.
Le camp des Milles fait comprendre la permanence de ces périls, il rappelle qu’on peut, qu’on doit leur résister.
C’est ce à quoi nous appelons toutes et tous. Parce que le racisme et l’antisémitisme ont un potentiel explosif et contagieux, parce que les dynamiques qu’ils engendrent deviennent vite immaîtrisables, aucun candidat ne doit impunément s’autoriser à les banaliser ou les légitimer. Ne laissons pas ces idéologies polluer l’esprit public, contaminer les discours de certains élus dits modérés et détourner le débat démocratique du traitement sérieux des vrais problèmes sociaux, économiques, écologiques, sécuritaires, migratoires.
Aujourd´hui comme hier, ne rien faire, c’est laisser s’enclencher des engrenages mortifères pour la démocratie et pour chacun d’entre nous ; car la haine ne s’arrête ni aux frontières, ni aux « races », ni aux religions….
Nous en appelons à la capacité individuelle et collective à ne plus rien laisser passer, et à convaincre, autour de soi comme sur internet. Il en va de notre responsabilité à tous : élus, responsables politiques, journalistes, hommes de culture et plus encore citoyens et électeurs.
Ne laissons pas la haine et la peur dicter leurs lois aux valeurs de la République ; entre une construction commune et solidaire et un repli mortifère, sachons combiner nos refus et nos choix pour porter et faire vivre les valeurs républicaines et humanistes de liberté, d’égalité, de fraternité, de laïcité, de dignité et de justice. Elles seules sont garantes de la paix civile et de l’avenir.

Cet article vous a intéressé ?

Grâce à vous nous pouvons continuer à proposer du contenu gratuitement.

Aidez-nous en visionnant une publicité.



Messages

  • On ne peut qu’être d’accord avec cet appel. Néanmoins il faut aussi être clair ; si les idées d’extrême droite sont à juste titre visées, il est évident aussi qu’un phénomène très inquiétant qui se développe ne pourra que nourrir ces idées. Qu’au camp des Milles on mette l’accent sur le racisme et l’antisémitisme, c’est normal. Mais que les associations se saisissent aussi de ce danger qu’est le salafisme, comme contraire à nos valeurs républicaines et démocratiques, et qu’une sorte d’omerta empêche trop souvent de nommer au risque d’une prétendue islamophobie.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.