Recherche

Accueil > Ailleurs > Société > Chronique totalement libre de Marc La Mola. Mais Louis dans quel monde (...)

< >

Chronique totalement libre de Marc La Mola. Mais Louis dans quel monde Vuitton ?

mardi 13 décembre 2022

Ce matin je me suis levé avec la tête à l’envers, enfin vous voyez ce que je veux dire et si ce n’est pas le cas c’est que le monde, dans lequel nous vivons, vous donne entière satisfaction et même vous apporte bonheur, santé, sécurité et prospérité. En ce qui me concerne, je me dois de mettre un bémol puisque, comme je le demandais à mon ami Louis, dans quel monde vit-on ou plutôt Vuitton car depuis quelques jours c’est bien le patron de cette société du luxe qui est devenu ou redevenu l’homme le plus riche du monde.

JPEG - 186.4 ko
L’auteur et scénariste Marc La Mola (Photo D.R.)

Eh oui. Et pardon du peu mais l’homme pèse plusieurs milliards de dollars ou d’euros, enfin je ne sais plus, mais toujours est-il c’est que son portefeuille est plus gros que le mien et cela n’en déplaise aux Américains qui, jusqu’à présent, détenaient le record avec Elon Musk et autre Bill Gates. Et toc dans leurs gueules les Ricains c’est un frenchy qui vous a détrônés avec ses sacs à mains et son champagne à prix exorbitants que des oligarques Russes consomment allègrement tout en foutant des bombes sur les faces des pauvres Ukrainiens.

Et voilà comment va le monde avec son lot de richesses étalées opposées à son flot de pauvreté dégoulinante que les clients de Lidl constatent chaque jour en se demandant si demain ils pourront dévorer dindes aux marrons et foie gras d’oie ou de canard sur lit de pains toastés en sirotant un Sauternes échappé de la crise du pinard en Bordelais.

Bref, dans quel monde vit-on puisque en ouvrant ma télé je constate que Eric Ciotti vient d’être élu à la tête des Républicains, il pourra organiser ses meetings dans les cabines téléphoniques ou dans des placards à balais puisque les fameuses cabines ont disparu au profit des téléphones portables hors de prix que des smicards, revendiquant des hausses de salaires, refusent de ne pas s’acheter sous peine de passer pour des ringards au bureau, où ils ne vont d’ailleurs pas.

Mais où allons-nous, mais dans quelle direction courons-nous sans dessus-dessous et comme des rats pourchassés par madame Hidalgo dans les rues de la poubelle ville du monde qu’est Paris ?

Mais où allons-nous à quelques jours de Noël alors qu’une horde de jeunes gens appartenant aujourd’hui à la minorité agitée, nouvelle appellation des mineurs délinquants, s’apprêtent à célébrer le nouvel an à coups de tirs de mortier dans les gueules déprimés de nos policiers devenus de véritables agneaux passifs devant, pour ne pas faire de vagues, subir les affrontements et les assauts de tant de pauvres petits enfants régis par l’ordonnance de 1945 leur offrant une totale impunité.

Eh oui car de toute évidence le mineur de 2022 est semblable à celui de 1945 même si depuis presque 80 ans il a prit 15 centimètres et trente kilos et qu’il n’a évidemment pas connu les horreurs de la guerre comme les privations et que ses parents, pour la plupart ont abandonné leur rôle d’éducation qu’ils refusent de confier à l’école et encore moins aux policiers.

Eh oui ils faut les comprendre ils n’ont pas que cela à faire entre aller claquer le beignet de l’institutrice ayant collé un zéro à leur progéniture et bomber la gueule de l’infirmière des urgences ayant suggéré de conduire leur petit dernier devant le médecin de ville en expliquant calmement que la constipation d’un nourrisson ne présente aucun caractère d’urgence.

Où allons nous, je vous le demande où allons nous échouer ?

Oui je me demande où nous allons puisque je vois autour de moi les uns s’armer alors que les autres rendent les armes sur simple demande, que les uns se font justice alors que les autres subissent sans rétorquer, que cyril hanouna parvient chaque soir a mobiliser deux millions de têtes décérébrées quand les librairies et bibliothèques sont désertées, que la police ne peut plus entrer dans certains quartiers alors qu’une équipe de bras cassés vient, après avoir cambriolé une villa, réclamer à leur victime leurs documents d’identité égarés (nuit du 4 au 5/12 rue Pressensé Marseille (1er), etc., etc.

Non vraiment je me demande où allons-nous atterrir après tant de débilités et de contradictions, après tant de cafouillages et de tergiversations. Autant confier la direction du pays à un super héros de Marvel ou aller vivre sur Pandorra.

Tiens je vous laisse. Je vais voir le deuxième volet de Avatar. Je vais rêver avec James Cameron, un Américain, d’un monde meilleur !

Marc La Mola a été flic vingt-sept années durant. Après des débuts à Paris, il rejoint sa ville natale, Marseille et choisit les quartiers Nord pour y exercer. C’est aussi là qu’il a grandi. Officier de Police Judiciaire, à la tête d’un groupe d’enquête de voie publique, il a traîné dans ces quartiers pour en mesurer les maux. Il a touché du doigt la misère et la violence de ces secteurs de la Ville. Marc La Mola a sans doute trop aimé son métier et c’est en 2013 qu’il décide de mettre un terme à sa carrière. Il retourne à la vie civile pour écrire. Il est aujourd’hui auteur, 10 livres à son actif, et scénariste. Son dernier ouvrage est coécrit avec Laure Garcia : « Je suis flic et ce soir je vais me suicider », paru chez Ring éditions.

Cet article vous a intéressé ?

Grâce à vous nous pouvons continuer à proposer du contenu gratuitement.

Aidez-nous en visionnant une publicité.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.